29 milliards de F CFA de la Banque mondiale pour la lutte...

29 milliards de F CFA de la Banque mondiale pour la lutte contre l’érosion côtière au Togo

SHARE
Une image de l’érosion côtière
Une image de l’érosion côtière
image_pdfimage_print

52,53 millions de dollars US soit environ 29 milliards de francs CFA, c’est l’enveloppe financière que l’institution de la Banque mondiale met à la disposition du Togo en appui à la lutte contre l’érosion côtière.

C’est un montant total de 210 millions de dollars soit près de 120 milliards de francs CFA qui a été approuvé le 9 avril dernier par le Conseil d’Administration du Groupe de la Banque mondiale pour la lutte contre l’érosion côtière dans six pays africains dont le Togo.

Les autres pays qui bénéficieront du financement sont le Bénin, la Côte d’Ivoire, la Mauritanie, Sao Tomé & Principe et le Sénégal.

Le montant alloué au Togo s’inscrit dans le cadre du projet régional WACA (West Africa Coastal Areas Resilience Investment Project). Il est composé d’un crédit IDA (Association internationale de développement) évalué à 30 millions de dollars, un don IDA de 15 millions de dollars et d’un don du Fonds mondial pour l’environnement (GEF) de 7,53 millions de dollars.

Il faut souligner que face à la problématique liée à l’érosion côtière, le Togo s’est doté d’un plan de financement de 96 milliards de F CFA pour lutter contre ce phénomène. Un plan qui s’intègre dans une dynamique globale de lutte contre les effets du réchauffement climatique sur les côtes ouest africaines.

En Afrique de l’ouest, les zones côtières représentent environ 42 % du PIB. Ces zones accueillent près d’un tiers de la population, qui est donc particulièrement vulnérable aux conséquences du changement climatique, fait savoir la Banque mondiale.

« Le Projet d’investissement dans la résilience-WACA est une réponse collective au besoin urgent de lutter contre la dégradation du littoral selon une approche régionale et intégrée. Cette opération va permettre de renforcer la résilience des populations ouest-africaines et transformer leurs moyens de subsistance », a indiqué Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale pour la Région Afrique.

David