Près de 92 000 Kg de drogues et produits contrefaits incinérés à...

Près de 92 000 Kg de drogues et produits contrefaits incinérés à Lomé

SHARE
Incinération de drogues et produits contrefaits
Incinération de drogues et produits contrefaits
image_pdfimage_print

Le gouvernement togolais réaffirme sa volonté et sa détermination à éradiquer la chaîne d’approvisionnement et réduire la disponibilité des drogues sur son territoire. Entre juin 2017 et juin 2018, c’est au total 91.601,796 Kg de drogues et autres produits contrefaits qui ont été saisis notamment au niveau de l’aéroport, de port autonome de Lomé, et sur les frontières terrestres. Lesquels produits ont fait l’objet d’incinération vendredi à Lomé, une opération présidée par le Ministre de la sécurité et de la protection civile, le Général Damehame Yark qui avait à ses côtés, son collègue Pius Agbétoméy en charge de la justice et des relations avec les institutions de la République.

Cette opération d’incinération rentre dans le cadre de la célébration de l’édition 2018 de la journée internationale contre l’abus et le trafic illicite des drogues au Togo. Les quantités de drogues saisies et détruites se présentent comme suit : 6014,353 Kg de Cannabis, 84,584 Kg de cocaïne, 0,015 Kg de cocaïne+héroïne, 0,02 Kg d’héroïne+Crack-cocaïne, 0,007 Kg d’héroïne, 7,587 Kg de methamphétamine et 20 Kg de Khat.

Au niveau des médicaments illicites saisis, la quantité est évaluée à 85474,8 Kg et 0,43 Kg de psychotropes (Tramadol). Les autres produits illicites saisis et brûlés sont les cigarettes illicites (169 tonnes),  le papier à fumer (2,66 Kg), les pétards (115 Kg), les vinaigres frelatés (2573 bouteilles) et des boissons frelatées de diverses marques (3649 bouteilles).

Les membres du Gouvernement et les responsables des services de répression ont saisi l’occasion  pour de faire le point des efforts fournis et de demander l’implication de tous à savoir les acteurs de prise en charge des personnes ayant des problèmes avec la drogue, les organisations de la société civile, les médias, les communautés, les parents et les familles.

« La lutte porte ses fruits mais les trafiquants aussi ne désarment pas et ce n’est pas aux forces de répression de capituler (…) », a indiqué le ministre de la sécurité. « Cette année nous avons beaucoup insisté sur le constat aujourd’hui qui est l’utilisation des drogues par la jeunesse et les élèves. Ce n’est pas une bonne chose. La jeunesse c’est la relève de demain. Si nous ne prenons pas garde, cette jeunesse qui s’adonne à la drogue ne pourra pas assurer cette relève dignement », a-t-il ajouté.

« Nous devons aussi faire beaucoup attention à ce que nous achetons comme liqueur. Il y a des magasins de référence et faut y aller même si ça coûte un peu cher. Si on ne peu pas s’en passer de liqueur il faut aller là où on peu trouver de bonne boissons. On ne peut pas aller sur la place du marché, où vous avez toutes les marques, mais généralement de fausses marques et c’est aussi un problème de santé publique », a fait savoir le Général Damehame Yark.

David