Afrique : Le financement des infrastructures se décide à Lomé !

Afrique : Le financement des infrastructures se décide à Lomé !

SHARE
Au cours des travaux, le ministre Robert DUSSEY dans le compte du Togo
Au cours des travaux, le ministre Robert DUSSEY dans le compte du Togo
image_pdfimage_print

La première Session ordinaire du Comité Technique Spécialisé (CTS) de l’Union africaine (UA) sur le transport, les infrastructures transcontinentales et interrégionales, l’énergie et le tourisme s’est ouverte ce lundi 13 mars à Lomé dans la capitale togolaise. Organisée par la Commission de l’Union africaine, en collaboration avec le gouvernement togolais, la Banque Africaine de Développement (BAD), la Commission Economique pour l’Afrique (CEA), cette session qui va durer au total cinq jours, inclura la Semaine africaine de l’énergie et un Forum panafricain sur l’investissement dans les secteurs du transport, de l’énergie et du tourisme.

Il s’agira pour les experts des pays africains, d’évaluer les progrès accomplis en termes de financement des infrastructures, notamment celles contenues dans le Plan d’action prioritaire du Programme de développement des infrastructures en Afrique (PAP/PIDA).

L’objectif est de trouver les moyens pour accroitre les ressources financières nationales et régionales en faveur des projets régionaux, et du développement des infrastructures sur le continent.

Les sessions de travail vont concerner entre autres divers sujets notamment : l’examen du Règlement intérieur du CTS, le financement innovant et stratégies de mobilisation de ressources nationales, les opportunités et défis du financement de grands projets d’infrastructures intercontinentaux, interrégionaux et nationaux dans les secteurs de l’énergie, du transport, et du tourisme, le renforcement et la promotion des capacités aux niveaux national, régional pour l’élaboration des projets, le point sur la mise en œuvre du Programme pour le développement des infrastructures en Afrique et perspectives, et l’Agenda 2063 de l’UA et objectifs du développement durable (ODD) des Nations unies (ONU).

A l’ouverture des travaux axés sur le thème « Financer les infrastructures en Afrique », le ministre togolais des Affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine, Robert DUSSEY, a mis en relief l’importance des partenariats public-privé (PPP) en matière de financement des infrastructures sur le continent.

« La question du financement des infrastructures demeure une préoccupation majeure pour l’Afrique qui se veut à l’horizon 2063, une Afrique unie, prospère et intégrée. Dans cette optique, il faudra accroitre les investissements dans la construction d’infrastructures durables et améliorer les partenariats public-privé en Afrique afin de pouvoir relever les grands  défis auxquels le continent est confronté. Investir dans les infrastructures sûres, innovantes et en parfaite adéquation avec nos objectifs légitimes de développement durable, constitue donc le meilleur moyen de nous préparer efficacement à valoriser les potentialités énormes dont dispose le continent africain pour promouvoir le commerce et le tourisme comme facteur clé de son développement », a indiqué le Pr. Robert DUSSEY.

Il a ajouté que la mauvaise qualité des infrastructures en Afrique, notamment en matière d’alimentation électrique, en eau, en routes et en nouvelle technologie pèse énormément sur la croissance des pays africains.

Cette session de Lomé réunit les ministres du Transport (aérien, routier, ferroviaire et maritime), de l’Energie et du Tourisme de tous les États membres de l’UA, les représentants des Communautés économiques régionales, des Banques de développement et d’institutions financières régionales, d’organisations spécialisées continentales, du monde universitaire, du secteur privé et de la société civile pour participer à cette Réunion. Des représentants de partenaires de développement et d’organisations internationales intervenant dans les secteurs de l’énergie, du transport et du développement du tourisme y participent également.

Cette première Session ordinaire du CTS sera suivie les 16 et 17 mars d’une réunion ministérielle avec au centre des travaux, l’examen et adoption du Règlement intérieur et création des Sous-comité du CTS, l’examen du Rapport de la Réunion d’Experts, de même que l’examen et l’adoption du Plan d’action du CTS et de la Déclaration ministérielle.

David KOSSI