Amélioration de l’état de mise en œuvre des réformes de l’UEMOA au...

Amélioration de l’état de mise en œuvre des réformes de l’UEMOA au Togo

SHARE
Les officiels à l’ouverture des travaux
Les officiels à l’ouverture des travaux
image_pdfimage_print

Au sein de l’espace UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest Africaine), l’état général de mise en œuvre des réformes s’est amélioré, avec un taux moyen de 62 %. Au Togo, le nombre total des réformes effectuées est actuellement porté à 79 sur un ensemble de 122 réformes engagées au sein de l’Union, soit un taux de mise en œuvre de 65 %. Ces données sont communiquées au cours de la quatrième revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets communautaires dans les Etats membres de l’Union qui se tient à Lomé.

Les travaux, ouverts ce lundi par le Directeur de Cabinet du ministère de l’économie et des finances, M. Kossi Tofio, s’inscrivent dans une dynamique de renforcement du processus d’intégration au sein de cet espace communautaire.

Il s’agit en effet d’une réunion technique visant l’évaluation de la performance des Etats dans l’application des réformes communautaires. Selon Kossi Tofio, cette évaluation est un dispositif institutionnel de suivi favorisant l’harmonisation des législations nationales, la coordination des politiques sectorielles nationales et la bonne exécution des politiques, programmes et projets communautaires.

« Aussi, permet-elle d’améliorer significativement la compétitivité et l’attractivité au sein de l’Union et, partant, le potentiel de croissance économique nécessaire à la création d’emplois ainsi qu’à la réduction de la pauvreté », a-t-il ajouté, précisant que la performance du Togo s’explique par la prise d’un certain nombre de décisions notamment : l’adoption de  la Loi uniforme relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme dans les Etats membres de l’UEMOA, du Décret portant protection du patrimoine routier et des équipements connexes, du Décret portant réglementation des transactions et services électroniques et de celui relatif au Service Universel des Communications électroniques.

Prévus pour prendre fin ce mercredi 18 juillet, les travaux de cette revue permettront aux experts de relever les résultats atteints et les difficultés auxquelles font face les Etats, afin que des solutions idoines soient apportées pour une amélioration de la compétitivité des économies des pays membres et leurs potentiels en termes de croissance économique.

« C’est une condition pour réaliser l’avancement du processus d’intégration mais surtout son ancrage au niveau des Etats membres. Il s’agit d’un exercice important institué par la conférence des Chefs d’Etat et qui permet de mesurer les efforts accomplis par chaque Etat membre de l’Union dans le cadre de la mise en œuvre des réformes politiques, programmes et projets communautaires », a expliqué Raymond Assoukou, Représentant résident de l’UEMOA au Togo.

David