Komi Selom Klassou au forum sur les ODD à New York

Komi Selom Klassou à New York pour le forum politique de haut niveau sur les ODD

La session ministérielle du forum politique de haut niveau sur la mise en œuvre des Objectifs de développement durable s’est ouverte ce lundi à New York aux USA en présence du Premier ministre togolais Komi Selom Klassou.

Le Togo fait parti des 47 Etats retenus cette année, qui vont partager leur expérience en ce qui concerne les avancées réalisées dans la mise en œuvre des ODD intégrés aux politiques nationales de développement.

La délégation togolaise conduite par Komi Selom Klassou, présentera ce mardi 17 juillet, son rapport centré sur les efforts de mise en œuvre des Objectifs 6, 7,11,12, 15 et 17 choisis par les Nations Unies pour faire objet de la revue de cette année. Le Togo saisira l’occasion pour exposer les récentes initiatives de développement et vulgariser le nouveau Plan national de développement (PND) qui sert de cadre de référence à la mise en œuvre des ODD dans le pays.

C’est la troisième fois que le Togo signe sa présence à cette Tribune comme pays volontaire, après celle de 2016 et 2017.

Démarrée depuis le 9 juillet dernier par la rencontre des experts et des autres acteurs de la société civile, la réunion 2018 du forum politique de haut niveau pour le développement durable prendra fin le 19 juillet prochain par l’adoption d’une déclaration ministérielle. L’ouverture des travaux de ce lundi a été présidée par Mme Marie Chatardova, présidente du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC).

Cris DADA




La France championne du monde 2018

Un nouveau jour de gloire pour l’équipe de France de football !

C’est un nouveau jour de gloire pour l’équipe nationale de football de la France qui décroche sa deuxième étoile mondiale, après celle de 1998. Les Bleus ont remporté ce dimanche à Moscou, la 21ème édition de la coupe du monde de football en battant en finale, les croates sur le score de quatre buts à deux (4-2).

Comme celle de Zinedine Zidane il y a 20 ans, la génération de Mbappé fait son entrée dans la légende du football français. La date du 15 juillet 2018 restera également dans les annales : une nouvelle victoire en finale de coupe du monde.

Pourtant, tout avait commencé très timidement du côté des Bleus. La valeureuse équipe croate avait le contrôle du jeu, du moins pour les quinze premières minutes. Les poulains de Didier Deschamps vont cependant concrétiser leur première occasion du match en provoquant un but de Mario Mandzukic contre son camp sur un coup franc d’Antoine Griezmann à la 18ème minute. L’égalisation interviendra à la 28ème minute par l’entremise de Perisic sur un bel enchaînement.

Les choses sont ensuite allées très vite car dix minutes plus tard, Antoine Griezmann inscrit le deuxième but français sur penalty. Sur des frappes bien millimétrées, Paul Pogba et Kylian Mbappé vont réussir à leur tour à tromper la vigilance du goal croate Subasic respectivement à la 59ème et à la 65ème minute pour le 4-1. Une erreur du gardien français Hugo Lloris à la 69ème minute va permettre à l’attaquant de la Juventus Mario Mandzukic de relancer l’équipe croate en réduisant à 4-2, le score qui n’évoluera plus jusqu’à la fin de la rencontre.

Au coup de sifflet final, c’est l’explosion de joie chez les supporters français qui vont certainement faire la fête toute la nuit. Le sacre de la France marque la fin d’un mois de compétition marquée par des joies pour certains, mais aussi des déceptions pour d’autres.

Le rendez-vous est pris pour 2022 au Qatar pour la 22ème édition de cette fête du football mondial.

David




La miss régionale Kara et ses dauphines

Mlle Jhyna Yawa Raïssa Kpotufé sacrée Miss super régionale KARA

Le Palais des congrès de la ville de Kara a accueilli ce samedi 14 juillet, la première super régionale de l’édition 2018 de l’élection Miss Togo. A l’issue d’une soirée riche en sons et lumière, c’est Mlle Kpotufe Naël Jhyna Yawa Raïssa qui a été sacrée Miss super régionale de Kara.

Au total sept (07) candidates sont retenues pour la grande finale du 25 août prochain à Lomé. Mlle Kpekpassé Biwèrèo Denise enlève le titre de première dauphine suivie de Mlle Djafalo Essi Laurence, deuxième dauphine. Les autres finalistes sont : Dare Gnamba Flora, Ditone Yawa Messifa, Sama Adidé Esther et Mandjamie Afi Justine.

Elles étaient en tout 21 candidates toutes belles de la  région centrale, de la Kara et des savanes, à s’affronter au cours de cette soirée pour la couronne de Miss Super régionale Kara 2018. La deuxième super régionale est prévue à Lomé pour les candidates des régions des plateaux et maritime.

Pour cette année, les organisateurs ont renoué avec leurs premières amours, notamment les étapes régionales qui, selon le Président du comité d’organisation du concours Miss Togo M. Gaspard Baka, offre un panorama plus représentatif des potentialités du pays. « Comme d’habitude ce sera un spectacle haut en couleurs qui va nourrir à la fois nos yeux et nos oreilles, et bien arbitré par un jury aguerri », promet-il, au sujet de la grande finale du 25 août.

David




Gerry TAAMA, Président national du NET

Politique : Le NET annonce des meetings de sensibilisation dans la région des plateaux

En prélude aux prochaines échéances électorales, le Nouvel Engagement Togolais (NET) s’inscrit dans une dynamique de remobilisation des populations à la base. Le parti politique dirigé par Gerry TAAMA annonce dans ce cadre, une tournée d’information et de sensibilisation dans la région des plateaux à partir du 20 juillet prochain.

Selon le communiqué publié à cet effet, les points saillants de cette tournée prévue pour durer 10 jours, seront des meetings qui se tiendront dans plusieurs localités des préfectures de l’Est Mono, de Haho et d’Amou.

Le Président national du NET estime que l’enlisement de la crise politique ne devrait pas détourner les acteurs politiques de l’opposition dont il fait parti, de leur mission principale, celle de continuer à mobiliser les populations en vue des échéances électorales à venir.

« Les leaders politiques auront certes à cœur d’améliorer le cadre électoral et réaliser les réformes constitutionnelles, mais le peuple seul reste souverain et est le seul capable de réaliser l’alternance politique tant attendue », explique Gerry TAAMA.

Il faut rappeler que le Togo est plongé depuis août 2017 dans une crise sociopolitique née des manifestations d’un regroupement de partis de l’opposition porteur d’une série de revendications notamment des réformes constitutionnelles et institutionnelles, la révision du cadre électoral avec le vote des togolais de l’étranger entre autres.

Lors de la dernière séance du dialogue politique inter-togolais, les facilitateurs ghanéen Nana Akufo-Addo et guinéen Alpha Condé avaient recommandé que les élections législatives se tiennent avant fin novembre 2018 dans le pays.

Cris DADA




Une équipe de l’ONG IJD lors d’une campagne de sensibilisation

Formation sur la Décentralisation : Cap sur les chefs lieux de préfecture !

Dans le souci de permettre aux leaders d’opinions de bien maîtriser les notions de décentralisation, de gouvernance locale et de développement à la base, l’ONG IJD  (Initiatives des Jeunes pour le Développement), entame le 20 juillet prochain à partir de Tsévié, une série de formation sur la décentralisation et la gouvernance locale dans tous les chefs lieux de préfectures du Togo.

Ce programme de formation est un volet de l’agenda de la campagne nationale de sensibilisation sur la décentralisation et le développement communautaire lancée le 14 juin dernier par l’ONG à Lomé.

Les modules des sessions de formation prévues dans les différentes villes du Togo sont relatifs au cadre juridique de la décentralisation (lois, décrets et arrêtés), les avantages, les contraintes et les défis liés à la décentralisation de même que les droits et devoirs des citoyens. « Au total, 3000 personnes au moins seront formées pour cette première phase », indique Pascal Edoh Agbové, Directeur Exécutif de l’ONG IJD.

« Tous les citoyens surtout les leaders d’opinion intéressés par les questions de développement de leurs localités et surtout ceux qui souhaitent mieux comprendre les concepts de décentralisation et de gouvernance locale sont invités à s’inscrire très vite pour participer auxdites formations », a-t-il précisé.

Tous les habitants des villes de l’intérieur du pays qui souhaitent prendre part à ces sessions de formation sont priés de s’inscrire auprès de l’ONG-IJD au +228 90 77 57 00. L’étape de Lomé démarre quant à elle ce 14 juillet 2018. La campagne se présente comme une contribution à la réussite du processus de décentralisation grâce à un éveil de conscience collective des populations à la base.

David




Réunion des experts à Lomé

Sommet CEDEAO-CEEAC : Les choses se précisent…

A Lomé, les experts de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et ceux de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) ont entamé cette semaine, les préparatifs du prochain Sommet conjoint des deux communautés régionales prévu le 30 juillet 2018 dans la capitale togolaise.

Les travaux des experts constituent le point de départ de cette rencontre de haut niveau entre les Chefs d’Etat et de Gouvernement sur la paix, la sécurité, la radicalisation et l’extrémisme violent. Les experts de la CEDEAO et de la CEEAC ont eu à explorer des pistes de solutions qui devront permettre de venir à bout de ces phénomènes. « Cette rencontre renforce les possibilités de pouvoir donner des solutions aux problèmes que nous avons en commun », a indiqué Edu Mba Mokuy, secrétaire général adjoint de la CEEAC.

Les recommandations formulées à l’issue des échanges qui ont pris fin jeudi, mettent l’accent notamment sur l’implication des communautés locales et de la société civile, de même que le renforcement des échanges d’information et la coopération militaire entre les deux communautés. Egalement au rang des recommandations, l’élaboration des stratégies communes en matière de lutte contre la radicalisation et le renforcement de la mobilisation des ressources.

La réunion des experts a été aussi consacrée à l’adoption du projet de déclaration conjointe de la CEDEAO et de la CEEAC sur la paix, la stabilité et la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent. Ce document sera soumis à une autre réunion cette fois-ci au niveau ministériel le 28 juillet prochain à Lomé entre les Ministres des affaires étrangères et ceux en charge de la défense et de la sécurité.

Les travaux des Ministres porteront essentiellement sur l’examen et l’adoption du projet de déclaration et du communiqué final devant sanctionner la fin des travaux du Sommet conjoint des Chefs d’Etat et de Gouvernement des deux communautés économiques régionales qui se tiendra le 30 juillet toujours à Lomé.

L’objectif final est de parvenir à la définition d’une approche commune pour relever les défis sécuritaires qui se posent aux deux régions. « Les Etats membres de la CEDEAO et de la CEEAC, à l’instar des autres régions, font l’objet d’actes récurrents de criminalité sous diverses formes, sur fonds de radicalisation et d’extrémisme violent, qui remettent en cause la paix, la sécurité et le développement », avait expliqué l’ambassadeur Kadangha Bariki Limbiye, représentant du ministre togolais des Affaires étrangères, de la Coopération et de l’Intégration africaine (président du Conseil des ministres de la CEDEAO), à l’ouverture des travaux des experts.

David SOKLOU




Damehame Yark, Ministre de la sécurité et de la protection civile

Le Gouvernement demande à la C14 de « prendre les dispositions nécessaires » au sujet des meetings

Mardi dernier, la coalition des 14 partis de l’opposition annonçait des manifestations politiques qui, initialement prévues pour démarrer ce 13 juillet, viennent d’être reportées pour la semaine prochaine. Dans un courrier adressé aux leaders de la coalition, le ministre de la sécurité et de la protection civile affirme avoir pris acte de cette décision.

Le Général Damehame Yark a au nom de son collègue Payadowa Boukpessi en charge de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, demandé aux responsables de ce regroupement de partis de l’opposition, de prendre les dispositions nécessaires pour un bon déroulement des manifestations.

« Je voudrais vous signifier que je prends acte de la programmation desdits meetings et vous recommande de prendre les dispositions nécessaires afin que vos manifestations se déroulent dans le respect des lois et règlements en vigueurs », a indiqué le Ministre Damehame Yark.

Selon le nouveau programme annoncé par la C14, ces manifestations concernent en effet des meetings d’information et de sensibilisation qui vont se dérouler du 19 au 29 juillet dans les villes de Lomé, Tsévié, Atakpamé, Kpalimé, Sokodé, Bafilo et Mango. Egalement à l’agenda de la coalition, des visites aux détenus de la prison de Lomé et celle de Sokodé.

Cette nouvelle offensive de l’opposition s’appuie sur le communiqué des facilitateurs à l’issue du dernier round du dialogue inter-togolais tenu le 27 juin 2018 à Lomé, lequel communiqué invitait le Gouvernement à garantir le droit et la liberté de manifester en toute sécurité sur l’ensemble du territoire national.

L’opposition tient à la satisfaction de ses revendications qui portent essentiellement sur le retour à la Constitution originelle de 1992, des réformes institutionnelles, la révision du cadre électoral y compris le droit de vote des Togolais de la diaspora. A cela s’ajoutent d’autres exigences notamment la libération des manifestants arrêtés, la levée de l’Etat de siège de fait des villes de Mango, Bafilo, Sokodé, Tchamba, Kara et de certains quartiers de Lomé, et l’arrêt immédiat des rafles sur toute l’étendue du territoire entre autres.

Cris DADA




Photo de famille

Atakpamé : Formation des sages femmes sur la réduction de la mortalité maternelle et néonatale

C’est ce jeudi 12 juillet que prennent fin à Atakpamé dans la préfecture de l’Ogou, les travaux d’un atelier de formation de quatre jours à l’endroit d’une centaine de sages femmes et des infirmières de toutes les régions du Togo sur les soins essentiels et la réanimation du nouveau-né.

Cette formation organisée par la Société Togolaise de Pédiatre (SOTOPED) en collaboration avec des experts américains et avec l’appui de l’UNICEF est placée sous les thèmes « aider les mères à survivre  et aider les bébés à respirer ». Elle vise à consolider la capacité des participantes selon l’approche HBB et la compétence de 4 nouveaux formateurs de la région des Plateaux et celle maritime.

Le Directeur par intérim de la Direction de la santé de la mère et de l’enfant, Dr Agossou Abram, représentant le Ministère de la Santé, a à l’ouverture des travaux expliqué que des insuffisances persistent dans l’accès aux soins obstétricaux et néonataux d’urgence entre le milieu rural et urbain et dans la couverture de certaines interventions.

« Face aux défis posés par la santé de la mère et du nouveau-né, le Togo à l’instar des autres pays, a souscrit à différentes initiatives et a ratifié de nombreux engagement sous régionaux, régionaux et internationaux parmi lesquels figurent les ODD visant à induire dans les Etats, un développement inclusif et durable », a-t-il indiqué.

Pour le Dr Toke Yaovi , chargé de la vaccination et de la santé nouveau à l’UNICEF, il est scientifiquement prouvé qu’il est possible d’éviter deux tiers des décès de nouveau-nés par des soins essentiels et des gestes de réanimation simple et que l’accouchement dans de bonnes conditions et des soins néonatals efficaces sont essentiels pour éviter ces décès dont les principales causes sont les naissances prématurées ou les faibles poids de naissance, l’asphyxie à la naissance et les infections.

Les participantes ont au cours de ces 4 jours, été outillées sur 5 thématiques notamment le contexte et la situation de la santé néonatale dans le monde et au Togo, les soins essentiels au nouveau-nés, les soins spécifiques destinés aux nouveau-nés malade à la naissance, les soins aux nouveau-nés de mères atteintes de maladies spécifiques, et le transfert des nouveau-nés d’une structure à une autre, et la communication dans le domaine de la santé néonatale.

De notre correspondant à Atakpamé, Évrard NOMANYO




Hawa Cissé Wagué

Hawa Cissé Wagué, nouvelle Représentante Résidente de la Banque mondiale au Togo

L’institution de la Banque mondiale dispose d’une nouvelle Représentante Résidente au Togo en la personne de la mauritanienne Hawa Cissé Wagué. Elle a officiellement pris fonction mardi en remplacement de Mme Joelle Dehasse dont le mandat a pris fin le 30 juin dernier.

Dans sa nouvelle mission au Togo, Mme Wagué aura comme principales priorités, le renforcement du partenariat entre la Banque mondiale et le Togo et la poursuite des actions pour répondre de façon durable aux besoins des populations.

« Je suis heureuse de me joindre à l’équipe du Togo en tant que Représentante Résidente pour poursuivre la dynamique enclenchée par mon prédécesseur, renforcer les actions en cours et aller de l’avant, tout en maintenant l’impulsion engagée par nos équipes conjointes (celles du Togo et de la Banque) en vue d’une mise en œuvre réussie de nos opérations et d’un accroissement du volume de notre portefeuille au Togo », a déclaré Hawa Cissé lors de sa prise de fonction.

Hawa Cissé Wagué est titulaire d’un Diplôme d’Etude Supérieures Scientifiques (DESS) en Gestion des Politiques Economiques de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan et d’une Maitrise en Administration des Affaires (MBA) de l’Université de Sherbrooke au Canada.

Elle a rejoint la Banque mondiale en Septembre 2002 en Mauritanie en tant qu’Economiste au sein de l’unité « Réduction de la Pauvreté et Gestion Economique ». Elle a par la suite occupé différentes positions au sein de la Banque mondiale, dont celle d’Economiste Principal pour le Nigeria, avant de se rendre au Canada où elle a travaillé au sein du secteur financier privé et comme Analyste Principale au département de Gestion des Fonds à la Banque Centrale du Canada.

Avant son arrivée à Lomé, Mme Wagué était Economiste Principal au sein du département du Risque de Crédit de la Banque mondiale.

La rédaction




Cristiano Ronaldo

Football : Cristiano Ronaldo quitte le Real Madrid pour la Juventus de Turin

C’est officiel. Après neuf saisons dans le Championnat d’Espagne, la superstar du football, Cristiano Ronaldo quitte le Real Madrid pour la Juventus de Turin en Italie. L’annonce a été faite ce mardi 10 juillet. 105 millions d’euros, c’est le montant du transfert évoqué par les médias locaux pour l’attaquant portugais de 33 ans.

C’est donc un nouveau départ dans l’incroyable carrière de celui qui a été toujours considéré comme le meilleur footballeur de cette dernière décennie avec l’Argentin Lionel Messi du FC Barcelone.

Selon le contrat d’une durée de quatre ans, le désormais ex-madrilène gagnera à la Juventus, une trentaine de millions d’euros par saison. Mais à en croire les médias espagnols et italiens, le coût global de l’opération avoisinerait les 400 millions d’euros bruts pour les Turinois, entre l’indemnité de transfert, les salaires de l’intéressé, ainsi que les taxes et autres commissions.

Il faut rappeler que Cristiano Ronaldo avait été transféré en 2009 de Manchester United (Angleterre) au Real Madrid contre 94 millions d’euros, un record à l’époque. Avec le Real, « CR7 » a remporté deux titres de champion (2012 et 2017), deux coupes d’Espagne (2011 et 2014), trois Super coupes de l’UEFA (2014, 2016 et 2017), trois Coupes du monde des clubs (2014, 2016 et 2017) et surtout quatre Ligue des champions (2014, 2016, 2017, 2018), la plus prestigieuse des compétitions de clubs.

Cristiano Ronaldo quitte le Real Madrid avec 451 buts marqués en 438 matches toutes compétitions confondues. Simplement extraordinaire !

David