Brigitte Adjamagbo-Johnson : « (…) Il n’y a aucune désunion au sein...

Brigitte Adjamagbo-Johnson : « (…) Il n’y a aucune désunion au sein de la coalition »

SHARE
Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson
Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson
image_pdfimage_print

La coalition des 14 partis de l’opposition entame ce 19 juillet comme prévu, ses meetings qui se feront sans le Parti National Panafricain (PNP). Une désolidarisation de la formation politique de Tikpi Atchadam qui alimente le débat au sein de l’opinion. Mais pour la coordinatrice de la coalition de l’opposition, la décision du PNP n’est pas synonyme d’une désunion au sein du groupe qu’elle dirige.

Au micro de nos confrères de Victoire FM, Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson explique que ce n’est pas la première fois que le PNP ne participera pas aux meetings de la coalition. Elle s’est plutôt montrée solidaire au parti du cheval, dont les responsables estiment qu’il serait judicieux de laisser ces manifestations en attendant les décisions du prochain Sommet de la CEDEAO qui se tiendra le 31 juillet à Lomé.

Les leaders du PNP pensent par ailleurs que l’accord du Gouvernement pour organiser ces manifestations politiques dans les villes retenues y compris celles de Mango, Bafilo et Sokodé serait un piège, craignant que le régime en place ne sème des troubles pour les mettre sur leur compte.

« Quand vous avez parmi vous, un membre qui a ce genre de problème à régler, la moindre des choses c’est de vous montrer solidaire. Et nous montrer solidaire, c’est d’accepter qu’il ne puisse pas s’associer à ces manifestations et que vous alliez de l’avant dans la mesure où cela ne remet pas en cause ce qui vous unit fondamentalement : obtenir l’alternance dans ce pays et le mettre sur les rails de la démocratie. Nous sommes toujours ensemble, il n’y a aucune désunion au sein de la coalition », a indiqué Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson.

Elle n’a pas manqué de revenir sur certaines informations qui font état de ce qu’il existerait un conflit de leadership entre le parti ANC du chef de file de l’opposition Jean Pierre Fabre, et le PNP : « Nous sommes 14 partis politiques, nous avons décidé de mettre en veilleuse nos intérêts partisans de nos différentes chapelles. Mais je ne trouve pas extraordinaire que des partis soient tentés de développer des relations de compétition entre eux ».

Ce qui est important, précise-t-elle, « c’est que ces aspirations partisanes ne nous empêchent pas de réaliser l’objectif commun ».

Selon le programme annoncé par la C14, ces manifestations concernent en effet des meetings d’information et de sensibilisation qui vont se dérouler du 19 au 29 juillet dans les villes de Lomé, Tsévié, Atakpamé, Kpalimé, Sokodé, Bafilo et Mango. Egalement à l’agenda de la coalition, des visites aux détenus de la prison de Lomé et celle de Sokodé.

Cette nouvelle offensive de l’opposition s’appuie sur le communiqué des facilitateurs à l’issue du dernier round du dialogue inter-togolais tenu le 27 juin 2018 à Lomé, lequel communiqué invitait le Gouvernement à garantir le droit et la liberté de manifester en toute sécurité sur l’ensemble du territoire national. Le Ministre de la sécurité, Général Damehame Yark avait indiqué à l’endroit des leaders de la coalition de prendre toutes les dispositions nécessaires afin que les manifestations se déroulent dans de bonnes conditions.

David