Réunion des experts à Lomé

Sommet CEDEAO-CEEAC : Les choses se précisent…

A Lomé, les experts de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et ceux de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) ont entamé cette semaine, les préparatifs du prochain Sommet conjoint des deux communautés régionales prévu le 30 juillet 2018 dans la capitale togolaise.

Les travaux des experts constituent le point de départ de cette rencontre de haut niveau entre les Chefs d’Etat et de Gouvernement sur la paix, la sécurité, la radicalisation et l’extrémisme violent. Les experts de la CEDEAO et de la CEEAC ont eu à explorer des pistes de solutions qui devront permettre de venir à bout de ces phénomènes. « Cette rencontre renforce les possibilités de pouvoir donner des solutions aux problèmes que nous avons en commun », a indiqué Edu Mba Mokuy, secrétaire général adjoint de la CEEAC.

Les recommandations formulées à l’issue des échanges qui ont pris fin jeudi, mettent l’accent notamment sur l’implication des communautés locales et de la société civile, de même que le renforcement des échanges d’information et la coopération militaire entre les deux communautés. Egalement au rang des recommandations, l’élaboration des stratégies communes en matière de lutte contre la radicalisation et le renforcement de la mobilisation des ressources.

La réunion des experts a été aussi consacrée à l’adoption du projet de déclaration conjointe de la CEDEAO et de la CEEAC sur la paix, la stabilité et la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent. Ce document sera soumis à une autre réunion cette fois-ci au niveau ministériel le 28 juillet prochain à Lomé entre les Ministres des affaires étrangères et ceux en charge de la défense et de la sécurité.

Les travaux des Ministres porteront essentiellement sur l’examen et l’adoption du projet de déclaration et du communiqué final devant sanctionner la fin des travaux du Sommet conjoint des Chefs d’Etat et de Gouvernement des deux communautés économiques régionales qui se tiendra le 30 juillet toujours à Lomé.

L’objectif final est de parvenir à la définition d’une approche commune pour relever les défis sécuritaires qui se posent aux deux régions. « Les Etats membres de la CEDEAO et de la CEEAC, à l’instar des autres régions, font l’objet d’actes récurrents de criminalité sous diverses formes, sur fonds de radicalisation et d’extrémisme violent, qui remettent en cause la paix, la sécurité et le développement », avait expliqué l’ambassadeur Kadangha Bariki Limbiye, représentant du ministre togolais des Affaires étrangères, de la Coopération et de l’Intégration africaine (président du Conseil des ministres de la CEDEAO), à l’ouverture des travaux des experts.

David SOKLOU




Damehame Yark, Ministre de la sécurité et de la protection civile

Le Gouvernement demande à la C14 de « prendre les dispositions nécessaires » au sujet des meetings

Mardi dernier, la coalition des 14 partis de l’opposition annonçait des manifestations politiques qui, initialement prévues pour démarrer ce 13 juillet, viennent d’être reportées pour la semaine prochaine. Dans un courrier adressé aux leaders de la coalition, le ministre de la sécurité et de la protection civile affirme avoir pris acte de cette décision.

Le Général Damehame Yark a au nom de son collègue Payadowa Boukpessi en charge de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, demandé aux responsables de ce regroupement de partis de l’opposition, de prendre les dispositions nécessaires pour un bon déroulement des manifestations.

« Je voudrais vous signifier que je prends acte de la programmation desdits meetings et vous recommande de prendre les dispositions nécessaires afin que vos manifestations se déroulent dans le respect des lois et règlements en vigueurs », a indiqué le Ministre Damehame Yark.

Selon le nouveau programme annoncé par la C14, ces manifestations concernent en effet des meetings d’information et de sensibilisation qui vont se dérouler du 19 au 29 juillet dans les villes de Lomé, Tsévié, Atakpamé, Kpalimé, Sokodé, Bafilo et Mango. Egalement à l’agenda de la coalition, des visites aux détenus de la prison de Lomé et celle de Sokodé.

Cette nouvelle offensive de l’opposition s’appuie sur le communiqué des facilitateurs à l’issue du dernier round du dialogue inter-togolais tenu le 27 juin 2018 à Lomé, lequel communiqué invitait le Gouvernement à garantir le droit et la liberté de manifester en toute sécurité sur l’ensemble du territoire national.

L’opposition tient à la satisfaction de ses revendications qui portent essentiellement sur le retour à la Constitution originelle de 1992, des réformes institutionnelles, la révision du cadre électoral y compris le droit de vote des Togolais de la diaspora. A cela s’ajoutent d’autres exigences notamment la libération des manifestants arrêtés, la levée de l’Etat de siège de fait des villes de Mango, Bafilo, Sokodé, Tchamba, Kara et de certains quartiers de Lomé, et l’arrêt immédiat des rafles sur toute l’étendue du territoire entre autres.

Cris DADA




Photo de famille

Atakpamé : Formation des sages femmes sur la réduction de la mortalité maternelle et néonatale

C’est ce jeudi 12 juillet que prennent fin à Atakpamé dans la préfecture de l’Ogou, les travaux d’un atelier de formation de quatre jours à l’endroit d’une centaine de sages femmes et des infirmières de toutes les régions du Togo sur les soins essentiels et la réanimation du nouveau-né.

Cette formation organisée par la Société Togolaise de Pédiatre (SOTOPED) en collaboration avec des experts américains et avec l’appui de l’UNICEF est placée sous les thèmes « aider les mères à survivre  et aider les bébés à respirer ». Elle vise à consolider la capacité des participantes selon l’approche HBB et la compétence de 4 nouveaux formateurs de la région des Plateaux et celle maritime.

Le Directeur par intérim de la Direction de la santé de la mère et de l’enfant, Dr Agossou Abram, représentant le Ministère de la Santé, a à l’ouverture des travaux expliqué que des insuffisances persistent dans l’accès aux soins obstétricaux et néonataux d’urgence entre le milieu rural et urbain et dans la couverture de certaines interventions.

« Face aux défis posés par la santé de la mère et du nouveau-né, le Togo à l’instar des autres pays, a souscrit à différentes initiatives et a ratifié de nombreux engagement sous régionaux, régionaux et internationaux parmi lesquels figurent les ODD visant à induire dans les Etats, un développement inclusif et durable », a-t-il indiqué.

Pour le Dr Toke Yaovi , chargé de la vaccination et de la santé nouveau à l’UNICEF, il est scientifiquement prouvé qu’il est possible d’éviter deux tiers des décès de nouveau-nés par des soins essentiels et des gestes de réanimation simple et que l’accouchement dans de bonnes conditions et des soins néonatals efficaces sont essentiels pour éviter ces décès dont les principales causes sont les naissances prématurées ou les faibles poids de naissance, l’asphyxie à la naissance et les infections.

Les participantes ont au cours de ces 4 jours, été outillées sur 5 thématiques notamment le contexte et la situation de la santé néonatale dans le monde et au Togo, les soins essentiels au nouveau-nés, les soins spécifiques destinés aux nouveau-nés malade à la naissance, les soins aux nouveau-nés de mères atteintes de maladies spécifiques, et le transfert des nouveau-nés d’une structure à une autre, et la communication dans le domaine de la santé néonatale.

De notre correspondant à Atakpamé, Évrard NOMANYO




Hawa Cissé Wagué

Hawa Cissé Wagué, nouvelle Représentante Résidente de la Banque mondiale au Togo

L’institution de la Banque mondiale dispose d’une nouvelle Représentante Résidente au Togo en la personne de la mauritanienne Hawa Cissé Wagué. Elle a officiellement pris fonction mardi en remplacement de Mme Joelle Dehasse dont le mandat a pris fin le 30 juin dernier.

Dans sa nouvelle mission au Togo, Mme Wagué aura comme principales priorités, le renforcement du partenariat entre la Banque mondiale et le Togo et la poursuite des actions pour répondre de façon durable aux besoins des populations.

« Je suis heureuse de me joindre à l’équipe du Togo en tant que Représentante Résidente pour poursuivre la dynamique enclenchée par mon prédécesseur, renforcer les actions en cours et aller de l’avant, tout en maintenant l’impulsion engagée par nos équipes conjointes (celles du Togo et de la Banque) en vue d’une mise en œuvre réussie de nos opérations et d’un accroissement du volume de notre portefeuille au Togo », a déclaré Hawa Cissé lors de sa prise de fonction.

Hawa Cissé Wagué est titulaire d’un Diplôme d’Etude Supérieures Scientifiques (DESS) en Gestion des Politiques Economiques de l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan et d’une Maitrise en Administration des Affaires (MBA) de l’Université de Sherbrooke au Canada.

Elle a rejoint la Banque mondiale en Septembre 2002 en Mauritanie en tant qu’Economiste au sein de l’unité « Réduction de la Pauvreté et Gestion Economique ». Elle a par la suite occupé différentes positions au sein de la Banque mondiale, dont celle d’Economiste Principal pour le Nigeria, avant de se rendre au Canada où elle a travaillé au sein du secteur financier privé et comme Analyste Principale au département de Gestion des Fonds à la Banque Centrale du Canada.

Avant son arrivée à Lomé, Mme Wagué était Economiste Principal au sein du département du Risque de Crédit de la Banque mondiale.

La rédaction




Cristiano Ronaldo

Football : Cristiano Ronaldo quitte le Real Madrid pour la Juventus de Turin

C’est officiel. Après neuf saisons dans le Championnat d’Espagne, la superstar du football, Cristiano Ronaldo quitte le Real Madrid pour la Juventus de Turin en Italie. L’annonce a été faite ce mardi 10 juillet. 105 millions d’euros, c’est le montant du transfert évoqué par les médias locaux pour l’attaquant portugais de 33 ans.

C’est donc un nouveau départ dans l’incroyable carrière de celui qui a été toujours considéré comme le meilleur footballeur de cette dernière décennie avec l’Argentin Lionel Messi du FC Barcelone.

Selon le contrat d’une durée de quatre ans, le désormais ex-madrilène gagnera à la Juventus, une trentaine de millions d’euros par saison. Mais à en croire les médias espagnols et italiens, le coût global de l’opération avoisinerait les 400 millions d’euros bruts pour les Turinois, entre l’indemnité de transfert, les salaires de l’intéressé, ainsi que les taxes et autres commissions.

Il faut rappeler que Cristiano Ronaldo avait été transféré en 2009 de Manchester United (Angleterre) au Real Madrid contre 94 millions d’euros, un record à l’époque. Avec le Real, « CR7 » a remporté deux titres de champion (2012 et 2017), deux coupes d’Espagne (2011 et 2014), trois Super coupes de l’UEFA (2014, 2016 et 2017), trois Coupes du monde des clubs (2014, 2016 et 2017) et surtout quatre Ligue des champions (2014, 2016, 2017, 2018), la plus prestigieuse des compétitions de clubs.

Cristiano Ronaldo quitte le Real Madrid avec 451 buts marqués en 438 matches toutes compétitions confondues. Simplement extraordinaire !

David




Des leaders de la coalition (archives)

Togo : L’opposition annonce des manifestations dans plusieurs localités dont Sokodé, Bafilo et Mango

En attendant les recommandations de la CEDEAO au sujet de la crise togolaise, la coalition des 14 partis de l’opposition compte renouer avec les manifestations politiques. Dans un communiqué publié ce mardi, les leaders de la coalition annoncent une série de manifestations dans plusieurs localités du pays dont Sokodé, Bafilo et Mango où les manifestations étaient interdites depuis un temps.

La coalition de l’opposition s’appuie dans cette décision sur le communiqué des facilitateurs à l’issue du dernier round du dialogue inter-togolais tenu le 27 juin 2018 à Lomé, document qui invitait le Gouvernement à garantir le droit et la liberté de manifester en toute sécurité sur l’ensemble du territoire national.

Selon le programme annoncé par la C 14, ces manifestations concernent des meetings d’information et de sensibilisation qui vont se dérouler du 13 au 29 juillet dans les villes de Lomé, Tsévié, Atakpamé, Kpalimé, Sokodé, Bafilo et Mango. Egalement à l’agenda de la coalition, des visites aux détenus de la prison de Lomé et celle de Sokodé.

Il faut rappeler que les revendications de l’opposition à l’origine de la crise politique togolaise depuis août 2017, portent essentiellement sur le retour à la Constitution originelle de 1992, des réformes institutionnelles, la révision du cadre électoral y compris le droit de vote des Togolais de la diaspora. A cela s’ajoutent d’autres exigences notamment la libération des manifestants arrêtés, la levée de l’Etat de siège de fait des villes de Mango, Bafilo, Sokodé, Tchamba, Kara et de certains quartiers de Lomé, et l’arrêt immédiat des rafles sur toute l’étendue du territoire.

Cris DADA




Photo de famille

Des hommes d’affaires indiens à la conquête du marché économique togolais

Une délégation d’hommes d’affaires  indiens a échangé ce lundi 09 juillet 2018 à la Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo (CCIT) avec les responsables d’entreprises, de société et des associations professionnelles, occasion de présenter à ces derniers, les opportunités d’affaires qu’offre l’Inde au continent africain en général et au Togo en particulier, et de toucher du doigt les réalités du terrain.

Cette rencontre est une occasion pour les deux parties, la délégation indienne et les opérateurs économiques togolais, d’échanger sur les multiples opportunités d’affaires et nouer des partenariats fructueux et gagnant-gagnant.

La mission conduite par M. Saddhartha JAIN Chef de la délégation et le Chargé d’affaires de l’Ambassade du Togo en Inde Alexandre Galley Logosu-Téko, s’inscrit dans la continuité et le suivi du 13è Conclave Inde-Afrique qui a eu lieu en Mars dernier à New Dehli en terre indienne où les opérateurs économiques togolais avaient partagé les potentialités du Togo dans le but de nouer des partenariats d’affaires et de rechercher de potentiels investisseurs.

« Nous sommes venus apporter l’information de l’implantation des petites et moyennes industries au Togo pour que le Togo n’ait plus besoin dans le futur de beaucoup importer. Et les Togolais se sont montrés très réceptifs à notre message. Donc, pour nous, c’est un signe pour la marche en avant de cette coopération », a indiqué le chef de la délégation indienne  Saddhartha JAIN.

En marge de cette visite au Togo, la délégation a eu à échanger avec les premiers responsables togolais pour parler de la construction d’un hôpital de référence dans le pays. Aussi, juge-t-elle importante de faire du Togo le pionnier dans la construction d’un laboratoire d’analyse et de contrôle : «  Nous avons remarqué aussi qu’il n’y a pas de laboratoire de contrôle et d’analyse dans l’espace CEDEAO, et ce serait une bonne chose pour le Togo d’être le pionnier de ce département », a ajouté le Chef de la délégation.

Pour le Président de la CCIT, Germain MEBA, cette visite est la preuve que les hommes d’affaires indiens ont foi au Togo, en termes d’opportunités d’affaires et d’investissements. « La CCIT est engagée aujourd’hui à initier et à mettre en œuvre des projets dans plusieurs domaines notamment dans la formation professionnelle, l’énergie et l’agrobusiness », a-t-il souligné. La conseillère au commerce à la CCIT, Mme d’Almeida Boevi Tchotcho a pour sa part invité les opérateurs économiques togolais à saisir les opportunités qu’offrent de telles initiatives.

Espoir AMEHOASSI




Incendie du bus

Togo : Le bus d’une Eglise incendié par des individus non identifiés à Lomé

Le bus de l’Eglise Ministère International de Prière de Changement (Temple du Changement) a été victime dans la nuit de dimanche à Lundi, d’un incendie orchestré par des individus non encore identifiés, a-t-on appris cette matinée.

Selon les informations parvenues à notre Rédaction, le bus de 40 places qui sert de transport gratuit aux fidèles de l’église, a été incendié aux environs de 1h du matin alors qu’il a été garé à la devanture de ce lieu de culte sis à Agoè-Atchanvé dans la banlieue nord de Lomé.

Les auteurs de l’acte de même que les motifs sont pour le moment inconnus. Le Pasteur de l’Eglise, Joseph Adjognon a appelé les fidèles à la prière et à garder toujours la foi en Dieu. Certaines informations font état de ce que c’est le Pasteur Adjognon qui serait dans le viseur des malfaiteurs.

Une enquête va certainement être ouverte pour situer l’opinion sur cet acte qui a mis les fidèles de l’église en état de choc. Il faut souligner que l’Eglise a célébré en juin dernier, ses 15 années d’existence au Togo.

La Rédaction




Stanley OKOLO, Directeur Général de l'OOAS

De grandes ambitions à l’agenda de l’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS)

L’Organisation Ouest Africaine de la Santé (OOAS) célèbre ce lundi 9 juillet 2018, le 31e anniversaire de son existence. Le Directeur général de cette institution a à cette occasion, adressé un message aux populations d’Afrique de l’Ouest. Le Professeur Stanley OKOLO a évoqué les grands progrès réalisés dans le domaine de la santé au niveau de la sous région ouest africaine et la nouvelle vision de l’organisation devant permettre de relever les défis pour une meilleure santé des populations.

Au rang des acquis de l’OAAS, la création du Centre régional de surveillance et de contrôle des maladies de la CEDEAO, les activités de formation et le perfectionnement, l’harmonisation des politiques pharmaceutiques à travers l’ensemble de la région, l’amélioration de la sécurité de la chaîne d’approvisionnement en médicaments et vaccins, la création d’un réseau d’institutions nationales de coordination pour la surveillance des maladies et la réponse en situation d’urgence aux épidémies, la mise en place d’un réseau de laboratoires régionaux de référence.

Egalement à l’actif de l’Organisation, la publication de façon périodique, d’informations sanitaires relatives aux épidémies, l’organisation périodique d’un Forum de partage des meilleures pratiques en matière de santé dans la région, la mise en place d’une base de données de collecte d’informations pour le suivi des zoonoses dans le contexte des maladies épidémiques suivant l’approche « une seule santé ».

En juin dernier à Banjul en Gambie, la 19ème réunion ordinaire de l’Assemblée des ministres de la santé de la CEDEAO a par ailleurs adopté plusieurs résolutions visant à donner un coup de pouce à la santé au profit des citoyens de la Communauté.

Dans les années à venir, l’OAAS compte veiller à ce que ses actions et interventions aient un impact visible sur les populations, en particulier dans les domaines thématiques tels que la santé de la mère, de l’enfant et de l’adolescent, la prévention et le contrôle des maladies transmissibles et non-transmissibles, l’accès aux médicaments et aux vaccins de très bonne qualité, la promotion des normes de qualité et des centres d’excellence, et la disponibilité d’informations régionales spécifiques sur la santé.

« Dans toutes nos interventions, nous travaillerons sans relâche pour renforcer les capacités humaines dans la région, renforcer nos réseaux et assurer la durabilité de tous les programmes qui concourent à l’amélioration de la santé », a indiqué Stanley OKOLO.

Cette nouvelle vision a été déjà approuvée en juin dernier par l’Assemblée des Ministres de la Santé de la CEDEAO, sur recommandation du Comité des Experts de la santé de la CEDEAO.

Créé par les Chefs d’Etat et de Gouvernement des 15 pays de la CEDEAO, l’OOAS a pour objectif d’assurer aux populations de la sous région, le niveau le plus élevé possible de protection en matière de santé à travers l’harmonisation des politiques des États membres, la mise en commun des ressources et la coopération entre eux ainsi qu’avec les tiers, en vue d’une lutte collective et stratégique contre les problèmes de santé.

Cris DADA




Photo de famille

Colloque sur le dialogue inter-religieux : La Fondation Mohammed VI en action pour la paix au Togo

La Fondation Mohammed VI des Oulémas africains à travers sa section togolaise, joue sa partition en faveur de la paix et du vivre ensemble dans le pays. Cette organisation tient en effet depuis ce samedi à Lomé, un colloque national sur le dialogue inter-religieux, une première du genre dont les débats sont focalisés sur le thème central : « message éternel des religions ».

C’est le Ministre de la sécurité et de la protection civile, Général Damehame Yark qui a, au nom de son collègue de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, présidé l’ouverture des travaux de ce colloque en présence d’une importante délégation d’Oulémas marocains, des membres de la section togolaise de la Fondation, et de plusieurs autres fidèles musulmans de même que des responsables d’autres confessions religieuses (catholique et protestant).

Selon le président de la section togolaise de la Fondation Mohammed VI des Oulémas africains, ce rendez-vous s’inscrit dans le cadre du plan d’action annuel de la section Togo de la Fondation. « Le colloque se veut une véritable occasion d’insuffler un nouveau dynamisme au cadre de discussion entre les religieux, bâtisseurs de la paix sous toutes ses formes avec les efforts des gouvernants », a indiqué Mamadou Abdoulbatchi.

Le Ministre Yark a d’abord au nom du Gouvernement, félicité le Roi Mohammed VI et les organisateurs de l’évènement avant d’expliquer la nécessité pour les communautés de se mettre ensemble  dans une approche de dialogue, d’ouverture de soi et surtout d’apprentissage afin de trouver des solutions idoines à l’hégémonie caractérisée par l’extrémisme religieux, la violence, la  haine, le terrorisme  et le rejet de tout.

« Le présent colloque est un véritable renfort éducatif et pédagogique au côté de toutes les mesures, politiques, institutionnelles, sociales et administratives que dispose le Togo pour une pratique religieuse libre, responsable, égalitaire voulues et mises en œuvre au plus haut sommet de l’Etat », a-t-il ajouté. « Héritiers des valeurs nobles de paix, du vivre ensemble et de cohésion sociale, nous devrons les transmettre aux générations futures et ceci à travers des rencontres de partage et d’ouverture sur les autres », a précisé le ministre de la sécurité.

« Ce colloque est très important en ce moment où plusieurs pays connaissent le terrorisme, le fanatisme et la haine au nom de cette religion qui est l’islam qui n’a rien à voir avec le vrai islam qui prône la paix, la tolérance et le vivre ensemble », a pour sa part souligné Mohamed El Gourari, expert chargé de mission à la Fondation Mohammed VI.

Au programme de ce colloque, des débats sur diverses thématiques à savoir « le rôle du dialogue inter-religieux dans l’instauration des valeurs humaines universelles », « le dialogue comme essence des religions », « liberté religieuse, gage du vivre ensemble », « uniformité des messages des Prophètes de Dieu », « diversité religieuse, ethnique, richesse et consolidation de la nation ou facteur d’effritement ». Une charte dite « Déclaration de Lomé » sera adoptée à la fin des travaux.

Créée le 24 juin 2015 à Fès au Maroc, la Fondation Mohammed VI des Oulémas africains est une institution islamique, un cadre de coopération entre les Oulémas du Maroc et ceux des autres pays africains dans une démarche conciliante pour un islam modèle, tolérant et de paix. Elle est présente dans 34 pays sur le continent.

David