Joël MISSEBOUKPO, délégué général du FESCILOM

La 5ème édition du FESCILOM prévue du 26 mars au 1er avril 2018 à Lomé

Du 26 mars au 1er avril 2018, Lomé la capitale togolaise accueille pour la 5ème fois consécutive, le Festival de Cinéma de Lomé (FESCILOM). Les activités de l’édition 2018 de cet évènement culturel qui fait la promotion du 7e Art au Togo ont été officiellement lancées ce jeudi 08 février à Lomé à travers une conférence de presse animée par les promoteurs.

Plus de quatre-vingts films issus d’une douzaine de pays seront présentés au public lors de cette 5e édition de FESCILOM couplée au 2e forum des Jeunes Cinéastes Africains Francophones Engagés pour l’Environnement. Placée sous le haut patronage du ministère en charge de la Culture, avec l’appui du ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières, la présente édition se déroulera autour du thème : « Quelle formation pour quel développement ? », et aura pour invité d’honneur la Côte d’Ivoire.

Le FESCILOM a pour objectif de faire du Togo, un véritable cadre professionnel de rencontres périodiques et régulières, de formations, d’échanges et de promotion d’œuvres cinématographiques et audiovisuelles locales, aussi bien dans la chaine de production qu’à l’échelle de la diffusion d’œuvres filmiques.

En termes de bilan des 4 précédentes éditions, le délégué général de FESCILOM, M. Joël Misséboukpo se prononce : « Il s’agit d’un bilan satisfaisant. Et je m’en réjouis car, nous avons produit des réalisateurs qui travaillent à la télé, certains sont des acteurs dans les films d’autres nationalités. Nous avons des partenariats de tous ordres comme la présence du FESPACO sur le festival l’année passée », s’est félicité M. Misséboukpo.

Pour sa part, le Directeur de la cinématographie au Togo, M. Denis Koutom représentant son ministre de tutelle à cette cérémonie, a salué les efforts consentis par les organisateurs de cet évènement et les a invités à œuvrer pour que l’édition de cette année soit une parfaite réussite. Aussi, a-t-il exhorté pour terminer, « les partenaires à manifester leur bonne volonté » autour de l’évènement.

Toujours dans l’agenda de ce festival, une foire qui s’ouvrira à partir du 16 mars 2018 à Adidogomé sur le Terrain des Frères Franciscains (Lomé) avec 300 stands disponibles pour les partenaires et les promoteurs.

Quant au 2e forum des Jeunes Cinéastes Africains Francophones Engagés pour l’Environnement, il aura pour point d’orgue, la visite le 29 mars à Aného à l’embouchure du lac Togo où les visiteurs auront à se faire une idée du phénomène de l’érosion côtière et à penser à la promotion de l’utilisation de l’énergie solaire pour une indépendance énergétique en Afrique.

Jacob ATALI




Koffi Olomidé et ses danseuses sur scène

Spectacle de Koffi Olomidé : Un show qui a tenu toutes ses promesses !

Devant un public connaisseur qui a fait nombreux le déplacement du site du Canal Olympia de Lomé, la star de la chanson congolaise et l’ensemble de son orchestre « Quartier latin » ont assuré le spectacle ce dimanche 04 février dans un concert live gratuit qui a tenu toutes ses promesses.

Il s’agit d’un concert organisé pour la promotion de la paix et du vivre ensemble au Togo. Pendant plus d’une heure d’horloge, celui que l’on surnomme « Mopao » a encore une fois démontré de quoi il est capable en matière de chant et de danse. Il a réussi au cours de ce show à faire danser tout le public présent sur les chansons phares de son riche répertoire musical.

« Je suis ravi, je repartirai heureux à vie. Le Togo m’a manqué vous ne pouvez pas savoir », a indiqué à la fin de sa prestation, Koffi Olomidé au micro de La Voix de la Nation. « Ne faisons rien ni au Togo, ni au Congo ni nul part en Afrique qui puisse compromettre la paix. Nul n’est parfait et il y a toujours des avis, des contradictions mais préservons la paix. Si nous sommes ici aujourd’hui, c’est parce qu’il y a la paix dans ce pays », a-t-il ajouté.

Le roi de la danse « Ndombolo » a également réaffirmé sa disponibilité à revenir jouer à Lomé aussi longtemps que les promoteurs culturels le voudront.

Il faut souligner que la première partie de ce spectacle a connu la prestation de nombreux artistes togolais parmi lesquels Kaporal Wisdom, Boris Keth, Yaovi Ketethi, Poundy Cissé, Master Popa, K-Roll, Dieudonné Willa, Capitaine Marius, Kossi Apéson, et Max Fire.

David




Koffi Olomidé en concert Live ce dimanche 04 février à Lomé

Le site du Canal Olympia de Lomé va vibrer dans l’après midi de ce dimanche 04 février au rythme de la bonne musique à la faveur d’un concert live gratuit qui sera donné par l’artiste congolais de la chanson, Koffi Olomidé.

Il s’agit selon les organisateurs, d’un concert pour promouvoir la paix, la concorde et le vivre ensemble au Togo. Ce spectacle connaitra également la prestation de l’orchestre « Quartier latin » et de divers artistes nationaux notamment Poundy Cissé, Kossi Apéson, Master Popa, K-Roll et bien d’autres.

Déjà présent à Lomé dans le cadre d’une convention internationale des Lions Clubs, Koffi Olomidé vous donne un avant goût de ce spectacle sur le lien https://youtu.be/dNRMfmtjjrQ




Une image de la danse

Togo : La cité de Nangbéto au rythme de la danse KAMOU

L’aire de jeu de la cité de Nangbéto dans la préfecture de l’Ogou a vibré ce samedi 20 janvier au rythme de la danse traditionnelle Kamou. Organisée par les ressortissants de la Kozah dans la localité, cette manifestation s’inscrit dans le cadre des activités culturelles et du vivre ensemble entretenues par les habitants de la cité et de ses environs.

Cette danse a regroupé non seulement les populations de Nangbéto, mais aussi celles des villages environnants notamment Ataké, Agnigbavo, Findigue, Akparé, et une délégation venue d’Atakpamé et de Lomé.

Poussant des cris de joie, les danseurs ont remercié Dieu de leur avoir permis de se retrouver ce jour autour de la danse Kamou. Dans l’arène, ceux-ci, moites de sueur, ont rivalisé d’ardeur à travers leur savoir-faire, leurs traditions. Castagnettes, branchages, massues, carquois, sifflets, flûtes, gongs aux poings, ils se trémoussaient dans une symphonie envoutante sous des regards des premiers responsables de la cité de Nangbéto.

Certains dansaient chemise déchiré, peints d’argile, de cendre, d’autres au contraire, s’étaient masqués de peaux de bêtes d’animaux sauvages, retenant ainsi dans une chorégraphie harmonieuse, l’attention des spectateurs qui émerveillés et séduits par ce beau spectacle, se muaient en des danseurs spontanément.

Au fur et à mesure que les minutes s’égrenaient, l’ambiance grandissait avec l’arrivée de bon nombre de personnes qui venaient gonfler les rangs des danseurs. De temps à l’autre, les chorégraphes abandonnaient le cercle, la gorge asséchée pour aller boire de la boisson locale tchoukoutou chez les dames visiblement joyeuses, qui leur servaient avec sourire.

Aux environs de 18 h30 mn, la danse Sô a pris place de celle de Kamou. Le public emporté par le rythme et la danse Sô rentra dans l’ambiance qui s’est dirigée chez le président d’organisation où un comité les attendait. Selon le président, cette danse vise à renforcer l’unité entre les populations de la cité et de ces environs sans distinction de race ni d’ethnie, promouvoir le vivre ensemble  et permettre à la génération de suivre le chemin des sages.

Le directeur de la centrale hydroélectrique de Nangbéto, M. Kpangon Pascal a salué l’initiative et a souligné que pour la circonstance, la cité a retrouvé les populations qui se sont déplacés pour renouer avec les valeurs ancestrales, dans la grande ferveur, la gaieté et le partage, une atmosphère que personne ne souhaite se faire conter. « Cette danse initiée chaque année apporte de la joie, de l’ambiance et l’amour au sein de la population de Nangbéto et de ses environs », a-t-il fait savoir.

De retour de Nangbéto, Evrard NOMAYNO




Le Groupe ivoirien MAGIC SYSTEM

Le groupe MAGIC SYSTEM fera bel et bien son show à Lomé

Le groupe ivoirien Magic System sera effectivement à Lomé ce week-end pour deux grands spectacles dans le cadre de sa tournée africaine marquant la célébration de ses vingt (20) ans de carrière. L’information est confirmée par la structure Sud-Com, organisatrice de l’évènement dans la capitale togolaise.

Sur les réseaux sociaux, des rumeurs avaient en effet circulé faisant état du report de ce concert. « En tout temps et sur toute l’étendue du territoire togolais, nous exerçons notre métier et accueillons nos frères africains comme ils nous accueillent chez eux », a indiqué dans un point de presse, le responsable de Sud-Com, Tam Hakeem Toutou en réponse à un collectif d’artistes engagés (parmi lesquels Eric Mc et Ras Ly) qui appellent au boycott du spectacle.

Tam Hakeem Toutou insiste sur la nécessité de mettre la différence entre la politique de la culture. « La politique et le culturel sont deux choses différentes. Un acteur culturel que ce soit artiste ou promoteur culturel a le droit de s’exprimer politiquement mais n’a pas le droit de vouloir que les autres le suivent forcément. Il n’y a pas de parti politique dans la culture », a-t-il souligné avant d’ajouter qu’il n’y aura aucun report. « Tous les évènements auront bel et bien lieu », a-t-il insisté.

« Nous sommes les premiers à se plaindre que nos artistes ne se produisent pas à l’extérieur et nous sommes également les premiers à refuser les étrangers chez nous », a fait savoir Tam Hakeem Toutou.

Le groupe Magic System se produira à Lomé les 16 et 17 décembre respectivement à l’hôtel du 2 février (soirée VIP) et à la plage en face de l’hôtel de la paix.

David




Mlle Cornelia Dédévi Adomayakpo avec le Premier Ministre Klassou

La Miss Togo 2017 présente la gestion de son mandat au Premier Ministre

De retour de sa tournée européenne, la Miss Togo 2017 a rendu ce vendredi 24 novembre, une visite de courtoisie au Premier Ministre Komi Sélom Klassou à Lomé. Occasion pour Mlle Cornelia Dédévi Adomayakpo de faire part de la gestion de son mandat au Chef du Gouvernement.

Elle était accompagnée lors de la visite par le président du Comité National Miss Togo, M. Gaspard Baka. Le mandat de la Miss s’articule autour de trois points essentiels notamment ses études, ses missions à l’étranger et ses projets sociaux, à savoir l’insertion des prisonniers et la préservation de l’environnement.

Dans le cadre de ses projets sociaux, Cornelia Dédévi Adomayakpo a récemment effectué une tournée en Europe plus précisément en France et en Belgique.

La Rédaction




L’artiste Skotokata sur scène lors du spectacle

« Lueur d’Espoir », un spectacle pour dire « stop » à l’usage des sachets non bio dégradables

Les initiatives dans le sens de la réduction voire de l’éradication de l’usage de ces sachets plastiques non bio dégradables n’en finissent pas. Ce mercredi 22 novembre 2017, l’artiste Jibidar AYI alias Skotokata en a fait sa part au Goethe Institut de Lomé par le biais d’une création de danse contemporaine dénommée « Lueur d’espoir ».

L’utilisation du sachet plastique a toujours été fatale aussi bien pour la terre que pour les océans. En se dégradant, le plastique relâche des composants toxiques qui polluent la terre et les océans. Ces effets sévères se répercutent sur la chaîne alimentaire et par ricochet sur la santé humaine.

« Lueur d’espoir », est une création de l’Artiste Chorégraphe Skotokata pour sensibiliser les populations dans le sens du maintien de la propreté dans l’environnement par l’éradication des déchets plastiques non bio dégradables.

« Le spectacle parle de l’environnement et du soin que nous devons lui apporter surtout avec le recyclage des sachets plastiques. Le sachet fait souffrir la terre en l’étouffant au point où l’eau ne peut pas infiltrer le sol. Notre devoir est donc de débarrasser ces sachets qui jonchent nos rues, nos maisons et autres endroits publics pour permettre à la terre de mieux respirer et à l’eau de rafraîchir le sol. Cela donnera un résultat probant dans la croissance des arbres, ce qui va faire tomber la pluie, et nous permettre d’obtenir de bonnes récoltes », a expliqué l’artiste.

Tout ceci a été observé sur scène par les spectateurs qui ont apprécié la performance d’un artiste ayant noué à sa ceinture une jupe faite de sachets plastiques. Le balai et la poubelle ont permis à Skotokata de poser un acte symbolique pour inviter ses pairs à débarrasser l’environnement des déchets plastiques.

Skotokata a su garder en éveil un public épris de plaisir à travers une expression corporelle rimant avec le message qu’il a bien voulu passé : maintenir notre environnement propre pour notre survie.  C’est avec un sentiment de satisfaction que le public est reparti à la fin de la durée de la création dont la mise en scène a été assurée par Ali Kokou MESSANH.

Richard M.




L’humoriste Gogologo accompagné de sa troupe

Culture : L’acte 5 de « La thérapie du rire » prévu les 24 et 25 novembre 2017 à Lomé

Le grand spectacle d’humour dénommé « La thérapie du rire » est à sa cinquième édition cette année. Deux grandes soirées sont au programme pour ce jubilé de bois : d’abord une soirée VIP le 24 novembre sur réservation et un grand spectacle au stade omnisport de Lomé le 25 novembre pour tous les fans. Le programme a été dévoilé à la presse ce samedi par le promoteur de l’évènement, N’TSULEY Komi Mawulikplimi alias GOGOLIGO, entouré des membres de l’Association de la Jeunesse Consciente pour un Togo Meilleur (AJCTM).

« La mise à jour… », c’est le thème retenu pour la 5ème édition de cet évènement qui promet encore beaucoup plus d’étincelles selon les organisateurs. Le festival de « la thérapie du rire » de cette année sera particulier en ce sens qu’il rendra un hommage aux humoristes togolais accidentellement décédés en juillet dernier.

« La particularité de cette édition, c’est le thème qui est ‘’La mise à jour… ‘’. Tout le monde restera dans cet esprit, nous allons injecter ‘’ le vaccin’’ dans tous les domaines pour que les gens puissent se corriger », a ajouté GOGOLIGO.

Au-delà de toute la crème de la comédie togolaise, l’évènement rassemblera sur scène, trois grands humoristes du continent à savoir Omar Difunzu du Gabon, Edoudoua Non Glacé du Cameroun et Le Magnifik de la Côte d’ivoire.

Changer les mœurs à travers le rire, telle est l’idée qui a motivé la création de ce festival international du rire qui se tient à la fin de chaque année depuis 2013. Le festival a déjà connu la prestation de grands noms de l’humour africain notamment Decothey, le président Veskaye et Abass de la Côte d’Ivoire, Souké et La Jaguar du Burkina Faso entre autres.

David




Mlle Dédévi Cornelia Adomayakpo et M. Kokou Nayo M'Beou

Séjour de la Miss Togo 2017 à Bruxelles en Belgique

Après la France, la Miss Togo 2017 était de passage en milieu de semaine à Bruxelles dans le cadre de sa tournée européenne. Dans la capitale belge, Dédévi Cornelia Adomayakpo a eu un agenda chargé avec de multiples rencontres.

Déjà, la Miss Togo 2017 a été reçue en audience par l’Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Togo auprès du royaume de la Belgique, M. Kokou Nayo M’Beou, avec qui elle a échangé sur l’apport et le soutien de la représentation diplomatique togolaise à la réalisation de ses projets.

« J’ai rencontré Monsieur l’ambassadeur et ensemble nous avons évoqué la nécessité de la représentation diplomatique de nous appuyer et nous soutenir dans la réalisation de mon projet de société pour mon mandat. L’ambassadeur a été très attentif à notre demande et a promis de nous assister et nous venir en aide. Je suis satisfaite de cette rencontre », nous a confié Dédévi Cornelia Adomayakpo à sa sortie d’audience avec l’ambassadeur.

L’ambassadeur s’est estimé heureux d’avoir reçu la visite de la nouvelle miss Togo dans les locaux de l’ambassade. « C’est un grand plaisir pour moi et mes collaborateurs de recevoir la Miss Togo ici. Ce n’est pas souvent que nous recevons des Miss Togo ici donc en la recevant ce matin nous avons senti une reconnaissance du rôle que joue la représentation diplomatique togolaise à Bruxelles et au cœur de l’Europe. C’est pour nous un honneur et une joie d’être avec elle et nous la remercions et nous vous remercions d’être également venus avec elle », a déclaré Kokou Nayo M’Beou.

Le séjour de la Miss Togo à Bruxelles lui a permis également de rencontrer de nouveaux partenaires pour solliciter leur financement pour ses projets dans le cadre de son mandat d’ambassadrice de la beauté de la jeune fille togolaise.

A Bruxelles dans la capitale européenne, Dédévi Cornelia Adomayakpo à également eu à visiter d’emblématiques sites touristiques de même que l’école Leo 13 de Bruxelles et le siège de l’agence d’organisation d’événementiel AEA (Action Europe Afrique).

Dédévi Cornelia Adomayakpo a, il faut le rappeler, bénéficié d’un appui logistique important de la part de l’AEA, une structure professionnelle dirigée par des Togolais. L’AEA est une association à but non lucratif qui a pour objectif principal de soutenir et d’organiser des événements socioculturels de la diaspora africaine en général et togolaise en particulier. L’association soutient depuis toujours des projets de développement social au Togo entre autres.

La Miss Togo sera de retour à Lomé le 15 novembre prochain.

David




Patrick BLANDE, président du comité d’organisation

Togo/ Culture: Lancement des All Music Awards 2017

C’est parti pour la 14ème édition des All Music Awards, une cérémonie annuelle de récompense des artistes et autres acteurs de la musique togolaise. Le ton de l’édition 2017 a été donné ce vendredi 10 novembre à travers une conférence de presse tenue par le comité d’organisation à Lomé.

Organisés par la Radio Zéphyr, les All Music Awards ont pour objectif de promouvoir la musique togolaise dans tous les genres et d’encourager les artistes à réaliser des productions musicales de qualité.

Pour le compte de cette année, au total 16 catégories seront primées. La nouveauté, c’est l’ajout de deux nouvelles catégories. D’abord celle du « meilleur album ». « Il s’agit de faire un clin d’œil aux artistes qui se sont évertués à faire un bon travail parce que ce n’est pas évident de sortir un album entier pour une année, il n’y a que des singles qu’on enregistre. Nous avons donc voulu dire merci à ces artistes et les encourager à aller de l’avant pour faire en sorte que d’autres artistes puissent emboiter le pas », a expliqué le président du comité d’organisation Patrick BLANDE également Directeur général de la radio Zéphyr.

La seconde nouvelle catégorie est celle de la « meilleure chanson lover » pour encourager les artistes qui font de la musique sentimentale. Pour le comité, c’est en outre une manière de demander aux autres artistes qui ne se retrouvent pas dans un genre musical, de pouvoir chanter de l’amour.

Les autres catégories concernent : le meilleur artiste masculin de l’année, meilleure artiste féminin, meilleur artiste gospel, meilleur artiste d’inspiration traditionnelle, meilleure vidéo clip, meilleur artiste hip hop, meilleure chanson featuring, meilleur artiste ou groupe de la diaspora, le tube de l’année, la révélation de l’année, l’artiste découverte de l’année, le meilleur messager parolier, le meilleur beat maker, et le meilleur réalisateur.

Chaque catégorie comprendra en moyenne 4 à 6 nominés. Le comité d’organisation a également fait savoir que des prix spéciaux seront attribués à des artistes ou à des personnalités qui se sont distinguées dans l’année ou au cours de l’histoire de la musique togolaise.

La grande soirée de proclamation des résultats et de remise des trophées est prévue le 23 décembre prochain au Palais de Congrès de Lomé en présence des artistes, promoteurs culturels,  diverses personnalités et du grand public. En dehors de son caractère de soirée de récompense, les All Music Awards sont aussi un plateau d’expression de la musique dans son intégralité et dans toute sa diversité.

David