David Gilmour et Faure Gnassingbé

David Gilmour reçoit les félicitations de Faure Gnassingbé

Arrivé au terme de sa mission au Togo, l’ambassadeur américain David Gilmour est allé faire ses adieux à Faure Gnassingbé ce mercredi 20 février. Occasion pour le diplomate américain de presenter au Chef de l’Etat togolais, ses gratitudes pour la bonne collaboration durant sa mission au Togo.

Les deux personnalités ont discuté de plusieurs sujets au rang desquels le Plan National de Développement (PND) et la récente signature de l’accord de financement dans le cadre du Millenium Challenge Corporation (MCC).

«Je suis venu dire au revoir à Son Excellence Monsieur le Président de la République. Nous avons discuté du développement du pays notamment le PND. Aussi, avons-nous fait le tour d’horizon des relations de coopération entre les USA et le Togo notamment dans le cadre du MCC. J’ai exprimé ma satisfaction pour la collaboration que nous avons eu avec le chef de l’Etat et le gouvernement togolais », a déclaré David Gilmour.

Le Président de la République a félicité l’ambassadeur américain pour son travail en faveur du renforcement de la coopération entre les Etats Unis et le Togo. « Ce fut un devoir pour moi de recevoir ce jour M. David Gilmour. Arrivé au terme de sa mission à la tête de l’ambassade des Etats Unis au Togo. Je lui réitère mes félicitations pour le travail abattu pour la bonne coopération entre notre pays et les Etats Unis, et lui souhaite une bonne suite de carrière », a indiqué Faure Gnassingbé sur sa page facebook.

Durant sa mission, David Gilmour a en effet contribué au renforcement des liens d’amitié et de coopération entre les USA et le Togo. Il a été l’un des artisans de la tenue en août 2017 du forum AGOA dans la capitale togolaise et de l’effectivité du programme américain Millenium Challenge Corporation (MCC) grâce auquel 35 millions de dollars US d’aide viennent d’être accordés au Togo. C’est également au cours de sa mission que le lancement du vol direct entre Lomé et New York a été effectué, dans le domaine du transport aérien.

« Je vais quitter le Togo aujourd’hui mais je garde toujours le Togo dans mon cœur. Je serai toujours un fan, un grand défenseur du Togo », a déclaré le diplomate américain.

Cris DADA




Le Ministre Robert DUSSEY édite un livre-souvenir du Togo à la Présidence de la CEDEAO

C’est la première fois qu’un pays de la CEDEAO immortalise à travers un ouvrage, son passage à la présidence de l’institution sous régionale. Le livre dénommé « Togo 2017-2018 : Présidence en exercice de la CEDEAO » publié à Lomé par le Prof. Rober Dussey, ministre des affaires étrangères, de l’intégration africaine et des togolais de l’extérieur, présence de façon claire et concise, les faits, décisions et pratiques ayant marqué le passage du Togo à la présidence de la CEDEAO.

Le document de 56 pages se présente comme un aide-mémoire pour toutes les personnes et institutions  qui s’intéressent à la politique publique extérieure du Togo, précisément au bilan de son passage à la présidence de la CEDEAO  (04 juin 2017-31 juillet 2018). Il s’articule autour de la poursuite des réformes institutionnelles, la recherche de la paix et la stabilité de la sous-région de même que la promotion de la libre circulation des personnes, des biens et des capitaux redynamisés.

Selon le Ministre Dussey, l’élection du Togo à la présidence de la CEDEAO en juin 2017 a coïncidé avec une nouvelle orientation de l’institution. « Le Togo a mis son leadership opérationnel au service de la cause communautaire. Le passage du Togo à la tête de la CEDEAO a été un véritable mandat de service à la communauté régionale. Le travail du Togo à la présidence de la communauté a porté aussi bien sur le chantier des réformes de l’institution que sur la situation sociopolitique et sécuritaire de la société régionale ainsi que sur l’intensification de l’intégration », a-t-il écrit dans la préface du document.

Pour le représentant permanent de la CEDEAO au Togo, ce livre cadre parfaitement avec les idéaux de la vision et des objectifs de la CEDEAO des peuples à savoir : beaucoup plus de transparence dans les actions des gouvernants et des dirigeants de la communauté pour que le peuple puisse s’inspirer de toutes les actions qui sont menées par les autorités afin de réussir les véritables politiques d’intégration régionale.

« C’est une innovation de la République togolaise. C’est la première fois qu’un ouvrage de ce genre est rédigé d’une plume rédactionnelle inimaginable. C’est la première fois que nous immortalisons le passage d’une présidence en exercice au sein de l’espace communautaire », a souligné Garba Lompo.

Le document note que c’est sous le mandat de Faure Gnassingbé à la tête de la CEDEAO que la Guinée-Bissau a retrouvé la sérénité et s’apprête à fermer un chapitre tumultueux de sa vie politique avec l’organisation fin 2018 des élections législatives. C’est également sous le mandat du Togo que la Mauritanie a rejoint sa famille sous régionale avec un accord d’association qui satisfait les deux parties et que la monnaie unique de la CEDEAO n’a jamais été aussi près de devenir une réalité. « L’histoire retient, par ailleurs, que la diplomatie togolaise a également impulsé sous sa présidence en exercice la conception, la préparation et la tenue du Sommet inédit CEDEAO-CEEAC sur la Paix, la Stabilité, la Sécurité, et la Lutte contre le Terrorisme et l’Extrémisme Violent », précise le document qui rassure que « le Togo continuera de jouer pleinement sa partition afin que l’élan de solidarité et de coopération puisse continuer de revigorer l’idéal d’intégration inclusive pour le bonheur des populations ».

Ce livre-souvenir fera certainement cas d’école puise qu’à la cérémonie de dédicace, des représentants des Etats de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale ont exprimé leur volonté de s’en inspirer pour désormais sortir aussi un livre bilan de leur présidence.

David




David Gilmour

David Gilmour : « (…) le Togo va me manquer beaucoup »

Après 4 années de service, l’ambassadeur américain est arrivé au terme de sa mission au Togo. Ce lundi 18 février, David Gilmour est allé faire ses adieux au Premier ministre Komi Sélom Klassou. « (…) le Togo va me manquer beaucoup. Je serai toujours l’ami du Togo, un défenseur et un promoteur de votre pays au niveau de Washington DC. Cela a été un grand privilège pour moi d’être l’ambassadeur des Etats-Unis ici au Togo », a confié le diplomate américain.

Durant sa mission, David Gilmour a contribué au renforcement des liens d’amitié et de coopération entre les USA et le Togo. En termes de bilan, il a été l’un des artisans de la tenue en août 2017 du forum AGOA dans la capitale togolaise et de l’effectivité du programme américain Millenium Challenge Corporation (MCC) grâce auquel 35 millions de dollars US d’aide viennent d’être accordés au Togo. C’est également au cours de sa mission que le lancement du vol direct entre Lomé et New York a été effectué, dans le domaine du transport aérien.

Un dîner d’adieu a été organisé dans le soirée de ce lundi en l’honneur du diplomate.

Après le Togo, David Gilmour regagne le ministère américain des Affaires Etrangères à Washington au département en charge de l’Afrique de l’Est.

David S.




Abdel Fattah al-Sissi (©ROT)

Abdel Fattah al-Sissi succède à Paul Kagamé à la Présidence de l’Union Africaine

Le 32e sommet de l’Union Africaine s’est ouvert ce dimanche 10 février au siège de l’organisation continentale à Addis Abeba en Ethiopie avec le passage de relais entre le Président rwandais Paul Kagamé et son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi qui a pris officiellement la présidence tournante de l’UA pour les douze prochains mois.

Dans son tout premier discours, Abdel Fattah al-Sissi a dévoilé les trois axes de sa présidence qui portent notamment sur le développement les infrastructures, l’accélération de l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC), et la création des emplois surtout pour les jeunes du continent.

La plupart des Chefs d’Etat des 55 pays membres de l’UA ont fait le déplacement d’Addis Abeba pour participer à ce sommet axé sur le thème « les réfugiés, les rapatriés et les personnes déplacées en Afrique ». Le Togo y est représenté par le Ministre Robert Dussey en charge des affaires étrangères.

En ce qui concerne le thème général du Sommet, la note conceptuelle issue des réunions préparatoires recommande des dispositions à prendre afin de soulager la détresse des réfugiés et d’aider les Etats à mieux prendre en charge leurs besoins. Une feuille de route devrait être élaborée dans ce sens à l’intention des gouvernements.

Le problème des réfugiés s’est en effet aggravé dans le monde, selon les chiffres de l’Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR). La situation est plus critique en Afrique où se trouvent 26 % des 25 millions de réfugiés que compte la planète.

Plusieurs autres sujets d’actualité du continent seront également abordés par les dirigeants africains au cours des travaux de ce 32è sommet. Au rang de ces sujets, l’état de la mise en œuvre du Marché unique du transport aérien en Afrique (MUTAA) dont le dossier avait été confié en 2018 au président togolais Faure Gnassingbé.

David




Faure Gnassingbé et Franck-Walter Steinmeier

Faure Gnassingbé à la Conférence G20 en Allemagne pour « vendre » le nouveau Plan national de développement

Le Chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé est depuis ce lundi à Berlin en Allemagne où il devra prendre part à la conférence G20-Compact with Africa (CwA) qui s’ouvre ce mardi 30 octobre. Une grande rencontre internationale sur l’investissement et un cadre d’échange entre les Chefs d’Etat et de Gouvernement et les représentants d’entreprises et des institutions financières internationales en présence des autorités allemandes.

La conférence du G20 mettra un accent sur l’investissement dans les projets phares destinés à soutenir la transformation économique. A cette occasion, Faure Gnassingbé accompagné d’une forte délégation du secteur privé togolais entend « vendre » le nouveau Plan national de développement (PND) axé sur 3 domaines principaux dont la création d’un hub logistique avec le développement d’un centre d’affaires de premier ordre en Afrique de l’Ouest.

Avec le PND, il est en effet aussi question du développement d’un pôle de transformation de l’agriculture, de la fabrication et des industries extractives, la consolidation du développement social et le renforcement des mécanismes d’inclusion.

« Le Plan national de Développement occupe une place de choix au secteur privé dont l’investissement est attendu à hauteur de 65 %. Après le processus participatif d’élaboration du PND, nous attachons du prix à la réalisation de ses grands axes dans une démarche inclusive », a indiqué Faure Gnassingbé sur sa page Facebook.

A la veille de l’ouverture de la Conférence, le dirigeant togolais a pris part à un dîner offert par le Président allemand Franck-Walter Steinmeier, aux côtés d’une douzaine de délégations présidentielles présentes.

C’est en Avril dernier que le Togo a été admis au programme Compact With Africa du G20 qui est un plan de partenariat initié par la présidence allemande du G20 et les pays africains qui ont effectué ou continuent d’élaborer des réformes courageuses visant à promouvoir les investissements privés dans leur pays.

David




Alpha Condé et Faure Gnassingbé

Faure Gnassingbé au jubilé de diamant de la Guinée

Aux côtés de son homologue guinéen Alpha Condé, le Chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé a assisté ce mardi à Conakry, au 60ème anniversaire de l’accession de la Guinée à la souveraineté internationale. Ce jubilé de diamant est placé sous le thème : « 60 ans d’indépendance, une souveraineté assumée », une célébration principalement marquée par un géant défilé qui a regroupé toutes les catégories socioprofessionnelles, politiques, militaires et paramilitaires de la Guinée.

L’éclat des festivités a été rehaussé par la présence de plusieurs autres Chefs d’Etat et de Gouvernements africains qui ont également fait le déplacement de Conakry. La participation du dirigeant togolais à cette commémoration traduit l’excellente qualité des relations entre le Togo et la Guinée, selon une note de la Présidence de la République togolaise.

En marge des festivités, Faure Gnassingbé et Alpha Condé ont eu des entretiens sur des sujets d’ordre bilatéral et sous-régional.

Il faut souligner que le Président guinéen est l’un des facilitateurs de la CEDEAO dans la crise sociopolitique togolaise

La Rédaction




Robert Dussey à la Tribune des Nations Unies

Le Togo apporte son soutien à l’initiative de réforme de l’ONU

« Faire de l’ONU une organisation pour tous : une force mondiale fondée sur des responsabilités partagées, au service de sociétés pacifiques, équitables et durables » : c’est autour de cette thématique que se sont déroulés cette semaine à New York aux Etats Unis, la 73ème session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies. Au rang des déclarations à la tribune des Nations, celle du Togo qui a exprimé son adhésion et son soutien à l’initiative de réforme de l’institution.

C’est le ministre des Affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine, Prof. Robert Dussey qui a au nom du Chef de l’Etat Faure Gnassingbé, prononcé la déclaration devant l’Assemblée. Selon  lui, la thématique de cette 73ème session interpelle toutes les nations sur un enjeu essentiel : décentrer l’exercice des responsabilités au niveau des Nations Unies pour mettre l’Institution en phase avec la réalité du monde.

« La réforme des Nations Unies est moins un souhait qu’une nécessité logique. Le monde a évolué, de nouveaux problèmes et nouveaux acteurs ont émergé, la planète aujourd’hui est en souffrance, l’extrémisme violent et le terrorisme menacent le monde, de nouvelles formes de responsabilité sont apparues. Notre institution, en tant que pôle d’exercice de la responsabilité collective à l’échelle mondiale, doit se mettre à jour dans son organisation et son fonctionnement, si elle veut efficacement jouer son rôle d’institution de service à la communauté humaine », a indiqué le Ministre Dussey.

Cette réforme engagée par le Secrétaire général Antonio Guterres a selon le patron de la diplomatie togolaise, le mérite de reposer sur un processus ouvert et inclusif prenant en compte les trois principaux piliers institutionnels du Système des Nations Unies, notamment la paix et la sécurité, le développement et la structure de gestion.

« La réforme en cours devrait positionner le système de développement des Nations Unies pour l’adapter aux nouvelles exigences liées à la mise en œuvre de l’agenda 2030 afin d’atteindre à terme les objectifs du développement durable et faire reculer les frontières de la pauvreté et celles des inégalités domestiques et mondiales », a-t-il ajouté, précisant que la réforme dont il s’agit aujourd’hui, vise à rendre les Nations Unies plus dynamique et capable.

Le Prof. Robert Dussey a également abordé les divers efforts du Togo dans le domaine de la paix, de la sécurité, de la lutte contre le terrorisme et du développement durable. Il a expliqué que l’objectif est de faire du Togo, un pays à revenu intermédiaire, économiquement, socialement et démocratiquement stable et ouvert aux sollicitations du monde.

« Le Plan national de développement (PND), qui est en cohérence avec les ODD, la vision 2020 de la CEDEAO ainsi que l’agenda 2063 de l’Union africaine, ambitionne de transformer structurellement l’économique nationale pour une croissance durable, inclusive et résiliente », a-t-il fait savoir, tout en réaffirmant l’engagement du gouvernement à poursuivre le processus de réformes constitutionnelles et institutionnelles en vue de consolider les acquis démocratiques et de garantir les droit et libertés à tous.

Il faut souligner que cette 73ème session ordinaire a été également marquée par divers panels sur différents thèmes relatifs au maintien de la paix, à la lutte contre la tuberculose et les armes nucléaires.

David




Faure Gnassingbé au «One Planet Summit »

Faure Gnassingbé : « Notre engagement dans la lutte contre le changement climatique doit être respecté »

En marge de la 73ème session ordinaire de l’Assemblée Générale des Nations Unies à laquelle il prend part, le Chef de l’Etat togolais a participé ce mercredi 26 septembre à la 2ème édition du «One Planet Summit » autour du thème « Accélérons la mise en œuvre de l’accord de Paris, en mettant la finance au service de l’action climatique », sur invitation du Président français Emmanuel Macron.

Conjointement organisé par le Président Macron, le Secrétaire Général des Nations Unies António Guterres, le Président de la Banque Mondiale Jim Yong Kim, et Michael Bloomberg, envoyé spécial des Nations Unies pour l’action climatique, ce sommet a rassemblé de grands dirigeants et autres décideurs concernés par la lutte contre le changement climatique.

L’objectif est de montrer au monde comment des décideurs institutionnels de haut niveau et des citoyens peuvent agir d’un même élan afin d’atténuer les effets des changements climatiques et construire un avenir commun.

« Ce dont nous avons besoin, c’est de trouver un mécanisme pour réduire les risques liés à l’investissement dans les zones reculées. Si nous ne le faisons pas, nous ne gagnerons pas la bataille contre le changement climatique », a indiqué le Chef de l’Etat togolais.

« Nous devons aller vite. Notre engagement dans la lutte contre le changement climatique doit être respecté. A ce rendez-vous d’éminents acteurs de la protection de notre environnement, je me réjouis de l’occasion offerte au Togo de partager son expérience dans la promotion d’énergies propres et durables », a-t-il ajouté.

A ce panel, Faure Gnassingbé a en effet évoqué les expériences du Togo sur les questions climatiques, intrinsèquement liées à la protection de la planète. Le pays a déjà lancé une ambitieuse politique d’électrification solaire qui répond aux objectifs de l’Alliance Solaire Internationale initié à Paris en 2015 par la France et l’Inde.

Il faut souligner que cette 73ème session ordinaire est placée sous le thème « Faire de l’ONU une organisation pour tous : une force mondiale fondée sur des responsabilités partagées, au service de sociétés pacifiques, équitables et durables ». En dehors des discours et déclarations des chefs d’Etat à la tribune des Nations Unies, des panels sont prévus toute la semaine sur différents relatifs au maintien de la paix, à la lutte contre la tuberculose et les armes nucléaires.

David




Faure Gnassingbé et Alassane Ouattara ce dimanche à Lomé

Plusieurs Chefs d’Etat à Lomé pour le Sommet conjoint CEDEAO-CEEAC

La capitale togolaise abrite ce lundi 30 juillet, un Sommet conjoint de deux institutions régionales notamment la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC). Ils sont nombreux les Chefs d’Etat des pays membres de ces organisations à fouler ce dimanche, le sol togolais pour cette rencontre de haut niveau consacrée à la paix, la sécurité, le radicalisme et l’extrémisme violent.

Au rang des dirigeants déjà présents à Lomé, Roch Marc Christian Kaboré du Burkina Faso, Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire, Georges Weah du Liberia, Muhammadu Buhari du Nigéria, Denis Sassou N’Guesso de Congo, Julius Maada Bio de la Sierra Léone, Muhamadou Issoufou du Niger, Adama Barrow de la Gambie, Nana Akufo-Addo du Ghana, Macky Sall du Sénégal, Faustin-Archange Touadera de la République Centrafricaine, José Mario Vaz de la Guinée Bissau et Manuel Pinto Da Costa de Sao Tomé et Principe. Ils sont tous accueillis à leur descente d’avion par leur homologue togolais Faure Gnassingbé, Président en exercice de la CEDEAO.

Des délégations de l’Angola, du Burundi, de la Guinée Equatoriale sont également déjà présentes à Lomé. Celles du Gabon, du Tchad, et du Cap Vert sont attendues dans la capitale togolaise d’ici lundi matin.

Le Sommet de Lomé permettra aux dirigeants d’examiner la situation sécuritaire et d’adopter une Déclaration définissant une approche commune sur la paix, la sécurité, la stabilité et la lutte contre le terrorisme ainsi que l’extrémisme violent dans les deux espaces sous-régionaux.

Il faut préciser qu’en prélude à ce sommet, les  ministres des affaires étrangères et ceux en charge de la défense et de la sécurité des Etats membres ont tenu samedi 28 juillet toujours à Lomé, une réunion préparatoire sous la présidence du ministre togolais des affaires étrangères, de la coopération et de l’intégration africaine, Pr. Robert Dussey. Une réunion qui a permis aux ministres d’adopter un « projet de déclaration de Lomé », document à soumettre ce lundi 30 juillet aux Chefs d’Etat.

Nous y reviendrons…

David S.




Faure Gnassingbé

Faure Gnassingbé au 10è sommet du groupe des BRICS en Afrique du Sud

Ce 25 juillet 2018 s’ouvre à Johannesburg en Afrique du Sud, le 10è sommet du groupe des BRICS et de l’Afrique. La CEDEAO est représentée à cette rencontre internationale par le Chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé, président en exercice de l’institution sous régionale.

Le Groupe des BRICS est composé du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud. Les leaders des pays membres et leurs pairs africains vont au cours des trois jours de travaux, échanger sur la collaboration pour une croissance inclusive et une prospérité partagée dans le cadre de la 4ème révolution industrielle.

Les travaux permettront également aux participants de discuter des nouvelles mesures de lutte contre le protectionnisme conformément aux règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Selon une note de la Présidence de la République togolaise, Faure Gnassingbé prendra part activement aux sessions de mise en place d’un cadre formel de coopération entre les BRICS et l’Afrique et sur les principes de libre-échange entre les deux entités.

« En marge des travaux, le chef de l’Etat togolais aura des rencontres bilatérales avec ses homologues des pays membres des BRICS », précise le document.

La Rédaction