Des responsables de la C14

Togo : La Coalition de l’opposition renoue avec les manifestations de rue

Au Togo, la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition a renoué ce samedi 26 janvier avec les manifestations de rue, les premières après les élections législatives du 20 décembre 2018. Cependant, la mobilisation n’a pas été celle des grands jours comme attendue, selon les leaders de la coalition qui pointent du doigt, le régime de Faure Gnassingbé pour avoir mis en place, un impressionnant dispositif sécuritaire pour intimider la population.

« Il y a eu des intimidations. Vous avez vu la mobilisation des forces de sécurité, des militaires pour faire en sorte que les gens ne viennent pas nombreux à la marche. Mais ce sont les premières manifestations, comme on organisera d’autres, on verra », a déclaré Jean Pierre Fabre, leader de l’ANC (parti membre de la coalition) et ex-chef de file de l’opposition.

« Tout est déployé pour que les premières manifestations de l’année n’aient aucune ampleur. Mais ça n’enlève strictement rien de l’acte que les Togolais ont massivement posé le 20 décembre et nous pensons que c’est un bon signe qu’ensemble nous arriverons à atteindre les objectifs », a pour sa part indiqué la Coordinatrice de la Coalition, Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson pour qui cette stratégie du pouvoir n’empêchera pas la C14 à aller dans ses revendications à savoir : les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales, la libération des personnes arrêtées dans le cadre des manifestations politiques entre autres.

« Les réformes, l’alternance, nous les obtiendrons en 2020. Nous ne sommes pas du tout inquiétés par le fait qu’aujourd’hui il n’y ait pas autant de monde que les autres fois », a-t-elle ajouté.

A travers cette reprise des manifestations, la coalition de l’opposition dit vouloir entamer une nouvelle phase de sa lutte, celle de l’élargissement de la lutte à d’autres composantes de la société notamment à ceux qui, au moment des élections, ont appelé à un report qui n’a finalement pas eu lieu. « Avec toutes ces personnes-là, nous voulons créer un vaste mouvement citoyen de libération nationale », a fait savoir Jean Pierre Fabre.

David




Le Premier Ministre Komi Sélom Klassou

Déclaration de politique générale : Komi Sélom Klassou reçoit le « OK » du Parlement

Suite à sa nomination et à la formation de son Gouvernement, le premier ministre Komi Sélom Klassou était ce vendredi 25 janvier devant les députés à l’assemblée nationale pour la présentation des grandes lignes de son programme d’action comme le recommande la tradition. Une déclaration de politique générale qui a reçu l’accord des élus du peuple.

La politique générale est essentiellement basée sur le Programme national de développement (PND 2018-2022) dont l’objectif de mise en œuvre est celui d’atteindre une croissance forte et inclusive de 8 % et créatrice d’emplois décents à travers la transformation structurelle de l’économie togolaise.

Le Chef du Gouvernement a également dans sa déclaration mis l’accent sur la nécessité d’opérer très vite les réformes constitutionnelles et institutionnelles qui sont à l’origine de la crise sociopolitique actuelle du Togo.

« Le chef de l’Etat a demandé au gouvernement d’agir avec célérité pour parachever le processus des réformes institutionnelles et constitutionnelles », a-t-il indiqué. Un projet de révision constitutionnelle élaboré par la Commission les lois de la précédente législature devrait servir de base pour les prochaines discussions.

Le Premier ministre a en outre confirmé dans sa déclaration, mais sans donner de date précise, la tenue des élections locales en cette année 2019 pour l’enracinement de la démocratie à la base au Togo.

Cris DADA




Le Premier Ministre Komi Sélom Klassou

Togo : Formation d’un nouveau gouvernement, le PM Komi Sélom Klassou reconduit dans ses fonctions

Le Togo dispose depuis ce vendredi 24 janvier d’une nouvelle équipe gouvernementale composée de 26 ministres. Le Premier Ministre Komi Sélom Klassou a été reconduit à son poste de Chef du Gouvernement.

Dans la nouvelle équipe, plusieurs anciens ministres ont été reconduits. On citera entre autres la ministre Victoire S. TOMEGAH-DOGBE en charge du développement à la base, le Ministre de la Fonction publique, Gilbert Bawara, celui de la Sécurité et de la Protection Civile, Général Damehane YARK, ou encore de le Ministre des Affaires Etrangères, Robert DUSSEY.

Les nouvelles personnes qui font leur entrée dans le nouveau Gouvernement sont Christian Trimua (précédemment Conseiller à la Présidence), Kodzo Adedze, (Commissaire Général de l’OTR), Tairou Bagbiegue, (récemment élu député à l’Assemblée nationale), Demba Tignokpa, Issa Tchédé, Zoueratou Tchakondo, Arouna Batiem Silly Kpabre, Oladokoun Wonou David, Kossivi Egbetognon, Noël Koutéra Bataka,  Folly Bazi Katari, et Mme Koko Ayéva.

Il faut relever que le nouveau Gouvernement ne compte plus de représentants de parti Union des Forces de Changement (UFC).

Voici l’équipe du nouveau gouvernement

Premier ministre, chef du gouvernement

Selom Komi KLASSOU (inchangé)

Ministre du Développement à la base, de l’Artisanat et de la Jeunesse

Victoire TOMEGAH-DOGBE (inchangé)

Ministre de la Fonction publique, du Travail, de la Réforme administrative et de la Protection sociale

Gilbert Bawara (inchangé)

Ministre des Postes, de l’Economie numérique et des Innovations technologiques

Cina LAWSON (inchangé)

Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile

Général Damehane YARK (inchangé)

Ministre des Affaires Etrangères, de l’Intégration africaine et des togolais de l’extérieur

Robert DUSSEY (inchangé)

Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales

Payadowa BOUKPESSI (inchangé)

Ministre de l’Economie et des Finances

Sani Yaya (inchangé)

Garde des Sceaux, ministre de la Justice

Puis Agbetomey (inchangé)

Ministre des Mines et des Energies,

Dèdèriwè Ably-Bidamon (inchangé)

Ministre de la Santé et de l’Hygiène publique

Professeur Moustafa Mijiyawa (inchangé)

Ministre auprès du président de la République

Arouna Batiem Silly Kpabre (inchangé)

Ministre du Commerce, de l’Industrie, du Développement du secteur privé et de la Promotion de la consommation locale

Kodjo Adedze (nouveau)

Ministre de l’Enseignement technique, de la Formation et de l’Insertion professionnelle

Tairou Babiègue (nouveau)

Ministre de la Planification du Développement et de la coopération

Demba Tignokpa (nouveau)

Ministre de l’Action Sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation

Tchabinandi KOLANI YENTCHARE (inchangé)

Ministre de l’Eau, de l’Equipement rural et de l’Hydraulique villageoise

Antoine Lekpa Gbegbeni (inchangé)

Ministre des Droits de l’homme et chargé des relations avec les institutions de la République

Christian Trimua (nouveau)

Ministre des Infrastructures & des Transports

Mme Zouréatou Tchakondo-Kassa-Traoré (nouveau)

Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Professeur Koffi Akpagana (nouveau)

Ministre de l’Environnement, du Développement durable et de la Protection de la nature

David Olatokoun Wonou (nouveau)

Ministre de la Culture, du Tourisme et des Loisirs

Kossivi Egbetognon (nouveau)

Ministre délégué auprès du ministre de l’Eau de l’Equipement rural et de l’Hydraulique villageoise

Kanfitine Issa Tchede (nouveau)

Ministre de l’Agriculture, de la Production animale et halieutique

Noël Koutéra Bataka (nouveau)

Ministre de la Communication, des Sports et de l’Education à la citoyenneté et au civisme

Folly Bazi Katari (nouveau)

Ministre de la Ville, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Salubrité publique

Mme Koko Ayéva (nouveau)

* Le ministère de la Défense et des Anciens Combattants est rattaché à la Présidence de la République




L’honorable TSEGAN Yawa Djigbodi

Togo : Mme TSEGAN Yawa Djigbodi portée à la tête du bureau de l’Assemblée nationale

C’est la première fois qu’une femme occupe ce poste de responsabilité dans l’histoire démocratique du Togo. L’honorable TSEGAN Yawa Djigbodi a été élue ce mercredi 23 janvier Présidente de l’Assemblée nationale. De la trésorerie générale de la majorité parlementaire Union pour la République (UNIR), Mme Tségan Yawa Djigbodi aura dorénavant la lourde responsabilité de diriger le Parlement togolais pour les cinq prochaines années.

C’est une dame expérimentée qui sera aux commandes du Parlement car l’honorable TSEGAN Yawa Djigbodi occupait le poste de Premier Questeur dans le précédent bureau de l’Assemblée nationale (2013-2018).

Une fois au Perchoir, TSEGAN Yawa Djigbodi a invité les 91 députés et surtout les membres de son bureau à une meilleure collaboration. « Mes collègues de la 6ème législature ont bien voulu placé leur confiance en notre personne. Nous voulons dire merci et rendre grâce à Dieu, remercier le peuple togolais par lequel nous avons été élus le 20 décembre », a-t-elle indiqué. « Aujourd’hui c’est un sentiment de gratitude mais aussi de responsabilité par rapport aux différents enjeux qui sont les notre au niveau national. C’est avec responsabilité que nous prenons ces fonctions », a ajouté la nouvelle présidente de l’Assemblée nationale. Elle préside un bureau de 11 membres composé de quatre femmes.

Voici la composition du nouveau bureau de l’assemblée nationale

Présidente : Mme TSEGAN Yawa Dzigbodi

Premier vice-président : BAGBIEGUE Tairou

Deuxième vice-présidente : Mme Méimounatou Ibrahima

Troisième vice-président : André JOHNSON

Quatrième vice-président : ADJOUROUVI Yaovi

Premier Questeur : Mme BONFOH Abiratou

Deuxième Questeur : MODIBO Essohanam

Troisième Questeur : AMEGANVI Tsitsopé Kodzo

Premier secrétaire parlementaire : KASSEGNE Donko

Deuxième secrétaire parlementaire : Mme Léordina Rita De Souza

Troisième secrétaire parlementaire : Noël De POUKN

Cris DADA




Payadowa Boukpessi, Ministre de l’administration territoriale

Togo/ Le Gouvernement réduit le nombre des meetings de la coalition de l’opposition

Neufs (9) des 27 meetings de mobilisation et de sensibilisation annoncés par la coalition des 14 partis politiques de l’opposition (C14) sur l’ensemble du territoire les 19 et 20 janvier prochains ont été interdits par le Gouvernement Togolais pour cause d’effectif des forces de l’ordre, a appris ce vendredi, l’Agence de presse La Voix de la Nation.

Cette information émane d’un courrier réponse du ministre de l’administration territoriale, Payadowa Boukpessi, adressé aux responsables de ce regroupement de partis politiques.

A en croire le ministre, il s’avère impossible pour les forces de l’ordre et de sécurité d’encadrer simultanément plus de 10 manifestations par jour. Pour ce fait les 19 meetings du 20 janvier sont réduits à 10 et se dérouleront dans les localités ci-après : Bassar, Bafilo, Tchamba, Sokodé, Tsévié, Atakpamé, Kpalimé, Afagnan, Baguida, et Zanguéra. Par contre, les 8 meetings du samedi  19  janvier sont maintenus et se dérouleront à Dapaong, Mango, Dankpen, Anié, badou, Akébou, Danyi et Kévé.

« Il est à noter que seuls les préfets des villes concernées seront chargés de recommander les lieux les plus appropriés pour la tenue de ces meetings et les dispositions y relatives », précise le courrier.

Il faut souligner que la C14, à travers ces meetings de mobilisation, veut sensibiliser ses partisans en vue de la prochaine manifestation de rue prévue le 26 janvier prochain.

Elisabeth S.




Aboudou Assouma, Président de la Cour Constitutionnelle

Togo/ La Cour Constitutionnelle dit « NON » au nouveau règlement intérieur de l’Assemblée nationale

Le règlement intérieur adopté lundi dernier par la nouvelle législature togolaise avec la disposition selon laquelle, le président de l’Assemblée nationale sera élu pour une durée d’un an renouvelable, est rejeté ce jeudi 17 janvier par la Cour Constitutionnelle.

Selon les juges de la Cour, cette modification n’est pas conforme à l’article 54 de la Constitution togolaise qui indique que : « l’Assemblée et le sénat sont dirigés chacun par un président assisté d’un bureau. Les présidents et les bureaux sont élus pour la durée de la législature dans les conditions fixées par le règlement intérieur de chaque assemblée ».

« Le fonctionnement de l’Assemblée nationale ou du Sénat est déterminé par un règlement intérieur adopté conformément à la Constitution”, ajoute par ailleurs l’article 57 de la Constitution », précise l’article 57 de la Constitution en vigueur au Togo.

Il faut rappeler que l’adoption le 14 janvier dernier du nouveau règlement avait suscité beaucoup de commentaires notamment dans les milieux politiques, dans la presse et sur les réseaux sociaux.

Notons que le parti Union pour la République UNIR (au pouvoir) est majoritaire au Parlement avec 59 sièges sur 91. La formation du bureau de l’Assemblée est attendue à la suite de la résolution de cette question du règlement intérieur.

La Rédaction




L’honorable André Johnson

Des nouveautés dans le fonctionnement du Parlement au Togo

Du nouveau dans le fonctionnement de l’Assemblée nationale pour les 5 années à venir. Le règlement intérieur de la représentation nationale a en effet fait l’objet de révision puis d’adoption à l’unanimité par les élus du peuple au cours de leur deuxième session de plein droit tenue ce lundi 14 janvier au siège de l’Institution à Lomé, une séance plénière présidée par le doyen d’âge, l’honorable André Johnson du parti Union des Forces du Changement UFC (opposition).

Au rang des nouveautés dans le texte révisé, l’élection du Président de l’Assemblée nationale pour un mandat d’un (01) an renouvelable, contrairement à l’ancienne disposition où le Président est élu pour un mandat de cinq ans. Le nouveau règlement prévoit en outre, qu’un groupe parlementaire doit représenter 25 % du total des députés de l’Assemblée nationale.

Le 08 janvier dernier, une commission avait été mise en place pour la relecture du règlement intérieur de l’Assemblée pour cette VIème législature.

Le nouveau règlement intérieur adopté sera transmis  sous forme de résolutions à la Cour constitutionnelle qui s’assurera de la conformité avec la Constitution. « C’est à l’issue de ce quitus que nous allons convoquer l’Assemblée nationale pour l’élection de son bureau », a indiqué l’honorable André Johnson.

Cris DADA




Des leaders de la C14 (archives)

Togo/ La manifestation de la coalition de l’opposition reportée au 26 Janvier prochain

Initialement prévue pour se tenir ce samedi 12 janvier, la manifestation de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition vient d’être reportée au 26 janvier prochain. La décision est contenue dans une déclaration de la C14 publiée ce jeudi. Dans la note, les responsables de la coalition affirment que l’interdiction de manifester dans les localités de l’intérieur du pays décidée par le Ministre en charge de l’administration territoriale présente en effet un caractère illégal.

« L’interdiction d’une manifestation ne peut intervenir qu’en dernier recours face à une menace exceptionnelle et seulement après concertation préalable avec les organisateurs. Non seulement cette concertation préalable n’a pas eu lieu mais surtout les motifs évoqués par le ministre relèvent d’un abus de pouvoir et d’une violation du droit de manifester », ont expliqué les leaders de la coalition.

« La Coalition tient à organiser une manifestation à caractère national. En conséquence elle reporte sa manifestation prévue pour le samedi 12 janvier 2019 à Lomé et dans les villes de l’intérieur du pays, au samedi 26 janvier 2019 », lit-on dans la déclaration.

Il faut rappeler que par courrier en date du 09 janvier 2019, le ministre Payadowa Boukpessi en charge de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales a notifié à la Coalition de l’opposition l’interdiction à l’intérieur du pays des manifestations programmées ce samedi 12 janvier par ce regroupement de partis de l’opposition pour « manque d’informations légales ».

Le Ministre Boukpessi avait expliqué que pour les marches de l’intérieur du pays, la coalition a juste annoncé son intention de manifester, sans indiquer ni les villes concernées, ni les itinéraires correspondants. Il faut cependant relever qu’à Lomé, la marche a été autorisée, mais avec une modification des itinéraires par l’autorité publique.

Après les élections législatives du 20 décembre dernier qu’elle a boycotté, la coalition de l’opposition veut renouer avec les manifestations de rue à l’échelle nationale pour non seulement condamner et rejeter ce qu’elle appelle « le coup de force électoral du 20 Décembre 2018 », mais aussi pour exiger les réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales avant toute consultation électorale au Togo.

Autres exigences de la coalition, « l’arrêt immédiat des intimidations et harcèlements des paisibles populations qui ne demandent que l’alternance politique et l’édification de l’Etat de droit dans leur pays, le Togo » et « la libération des manifestants et acteurs de la société civile arrêtés dans l’exercice de leur droit constitutionnel et la levée de l’Etat de siège de fait des villes de Mango, Bafilo, Sokodé, Tchamba, Kara et des quartiers de Lomé ».

Cris DADA




Le doyen d’âge, l’honorable André Johnson

Rentrée parlementaire de la VIème législature au Togo

Les nouveaux élus du peuple issus des élections législatives du 20 décembre dernier ont effectué leur rentrée parlementaire de droit ce mardi 08 janvier 2019, une session inaugurale présidée par le doyen d’âge, l’honorable André Johnson de l’Union des Forces de Changement (UFC). Ce dernier avait à ses côtés, les deux plus jeunes de l’hémicycle à savoir Sénou Soklingbé du parti au pouvoir Union pour la République (UNIR) et Vincent Améganvi du Nouvel Engagement Togolais NET (opposition).

Ils étaient au total 90 députés sur les 91 à répondre présent à cette première session consacrée à l’annonce des personnes élues, à la lecture de la requête en contestation d’élection et la décision de la Cour constitutionnelle, et à la mise en place d’une commission de  13 membres qui se chargera de plancher sur la révision du règlement intérieur de l’Assemblée nationale.

Le grand chantier qui attend cette nouvelle législature concerne la mise en ouvre des réformes constitutionnelles et institutionnelles à l’origine de la crise sociopolitique qui secoue le Togo depuis août 2017. Et sur ce dossier, les députés comptent très vite faire avancer les choses.

« Il s’agit d’aller rapidement aux réformes constitutionnelles et institutionnelles afin de consolider la paix dans notre pays. J’ai foi en notre capacité à transcender nos divergences pour faire évoluer le cadre institutionnel et politique, une profonde aspiration du peuple togolais », a indiqué André Johnson.

« J’ai conscience que le chantier qui nous attend est énorme et le monde entier nous observe. Nous devons poser des actes qui garantissent l’enracinement de notre démocratie, nous devons travailler dans l’acception de l’autre pour répondre aux aspirations profondes de nos lectorats », a-t-il ajouté.

La prochaine séance de la VIème législature est prévue pour le lundi 14 Janvier 2019.

Bruno OBOE




Komi Sélom Klassou

Togo/ Démissionnaire, le Premier Ministre Klassou chargé d’expédier les affaires courantes

Le Premier ministre Komi Sélom Klassou a présenté ce vendredi 04 décembre sa démission et celle de son gouvernement au Président de la République Faure Gnassingbé. Pratique républicaine, cette démission intervient au lendemain des élections législatives du 20 décembre 2018 remportées 59 sièges sur 91 par le parti au pouvoir, Union pour la République (UNIR).

« Le Président de la République a accepté cette démission et a saisi l’occasion pour féliciter le Premier Ministre et toute l’équipe gouvernementale pour les efforts déployés dans la poursuite des réformes économiques, politiques et sociales engagées par notre pays depuis quelques années », indique un communiqué de la Présidence de la République.

Selon le document lu à la télévision nationale TVT, le Premier Ministre a été chargé par le Président de la République d’ « expédier les affaires courantes ».

Il faut rappeler que Komi Sélom Klassou a été élu député du parti UNIR dans la circonscription du Haho à l’issue du scrutin législatif du 20 décembre dernier. Il occupait le poste de Premier Ministre depuis le 05 juin 2015.

La Rédaction