Des civils et militaires retraités lancent un cri d’alerte aux autorités togolaises

Des civils et militaires retraités lancent un cri d’alerte aux autorités togolaises

SHARE
Photo de famille des membres de l’UNAFRET-CM
Photo de famille des membres de l’UNAFRET-CM
image_pdfimage_print

L’Union Nationale des Fonctionnaires Retraités du Togo, Civiles et Militaires (UNAFRET-CM) a lancé cette semaine, un cri d’alerte à l’endroit des autorités togolaises pour une amélioration de leurs conditions de vie. C’était au cours de leur troisième Conseil national tenu à Atakpamé dans la région des plateaux.

Ce conseil de trois jours qui a pris fin le 14 février dernier a réuni les délégués venus de tout le territoire. Il a permis entre autres de faire le point des recommandations et des résolutions de l’assemblée générale de novembre 2015, de présenter les rapports moral et financier de l’Union et de définir de nouvelles orientations pour relever les nouveaux défis notamment en termes de mobilisation de ressources pour interpeler l’autorité compétente sur les difficultés et préoccupations des personnes âgées dans leur vie quotidienne.

Le président national de l’UNAFRET-CM, M. Gomez Alciat Pédro, et le délégué régional plateaux, M. Kokou Todjro ont au cours des travaux salué l’effort que tous les membres ont consenti à accompagner l’Union dans la résolution des problèmes du retraité. M. Gomez a demandé au Gouvernement de regarder de près, les conditions de vie du retraité afin qu’il ne se sente pas abandonné.

Les délégués se sont félicités de ce que le bilan des activités de l’Union a été positif au regard des actions et démarches menées même si le chemin reste encore à faire.

L’ouverture des travaux a été présidée par le Préfet de l’Ogou, Edoh Akakpo en présence du Président de la délégation spéciale de la commune d’Atakpamé, Kasségnè Adjonou, et du directeur régional de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). M. Edoh Akakpo a félicité les membres pour leur esprit de solidarité. Il les a en outre entretenus sur l’importance de préserver la paix dans le pays, et les a encouragés par rapport à la réorganisation de l’Union.

De notre correspondant à Atakpamé, Evrard NOMANYO