Les confessions religieuses appelées à conscientiser la population sur les valeurs civiques

Les confessions religieuses appelées à conscientiser la population sur les valeurs civiques

SHARE
Les confessions religieuses
Les confessions religieuses
image_pdfimage_print

C’est connu de tous que depuis un temps, le Togo semble perdre ses repères et ses qualités de valeurs citoyennes. Le gouvernement veut compter désormais sur les confessions religieuses pour remettre les pendules à l’heure. Les participants s’échangent depuis ce vendredi sur leurs contributions à l’éducation citoyenne des populations.

Ouverte par le ministre Guy Madjé Lorenzo, cette rencontre vise à faire de ces confessions religieuses un puissant levier d’éducation et de formation des populations en vue d’induire un véritable changement de comportement des citoyens.

C’est le 12 juin 2014 que le gouvernement a adopté une politique nationale de formation civique et d’éducation à la citoyenneté comme remède à la montée de l’incivisme que vit le Togo.

« Cette politique ne peut porter de fruits sans l’implication des confessions religieuses qui sont une véritable force dont la contribution s’avère indispensable pour permettre aux populations de s’approprier des valeurs civiques », a laissé entendre M. Madjé Lorenzo.

C’est à juste titre selon lui, que les confessions religieuses figurent parmi les acteurs privilégiés sur lesquels le gouvernement entend s’appuyer pour atteindre des objectifs à cette politique car dit-il elles « agissent sur les mentalités, changent positivement les cœurs et amènent les populations à proscrire de leur quotidien les actes et comportement inciviques », a-t-il déclaré.

Cette rencontre de ce vendredi vient ainsi clôturer la tournée nationale de sensibilisation à l’endroit des responsables religieux dans 25 préfectures du Togo débutée il y a plusieurs jours. « C’est la preuve tangible de l’intérêt particulier que le gouvernement accorde à la formation civique et à l’éducation à la citoyenneté », a pour sa part salué le Directeur de la formation civique, Djato Kanda.

Initiative très « louable » pour les participants. « Si l’Etat a pris sur lui de compter sur les confessions religieuses comme étant un levier pour relever ce défi, je crois que c’est une bonne option. L’église catholique a toujours donné son meilleur quant à la formation du citoyen que ce soit à la catéchèse, dans la prédication ou lors des conférences », a indiqué Père Antoine Germain Sichy, Secrétaire général de l’Organisation de charité pour le développement intégral (OCDI), Caritas de Lomé.

Joseph Ahodo