De grandes décisions au 1er jour du dialogue politique au Togo

De grandes décisions au 1er jour du dialogue politique au Togo

SHARE
Daniel Oseï (au micro)
Daniel Oseï (au micro)
image_pdfimage_print

Le dialogue politique inter-togolais ouvert lundi à Lomé commence déjà par porter des fruits après une première journée assez bien mouvementée, marquée de plénières et de suspensions.

Le premier sujet abordé est relatif aux mesures d’apaisement exigées par la Coalition des 14 partis de l’opposition. Sur cet aspect, les discussions ont été fructueuses selon Daniel Oseï, porte-parole des facilitateurs.

Les discussions ont permis d’aboutir à certaines décisions dont la libération par grâce présidentielle de 45 des 92 personnes détenues dans le cadre des manifestations politiques. « Les autres détenus à cause de leur participation aux manifestations verront leurs cas examinés par la justice togolaise afin de déterminer leur sort après étude du bien fondé  de leur cas particulier, cas par cas », a indiqué Daniel Oseï.

Autre importante décision, le jugement des sept (07) détenus dans l’affaire des incendies des marchés de Lomé et de Kara d’ici le mercredi 21 février. Ils pourraient aussi bénéficier d’une liberté provisoire.

Aussi, a-t-il été accordé au Gouvernement, sa participation au dialogue en qualité de « Groupe autonome ». Pour sa part, l’opposition a également la possibilité d’augmenter nombre de ses représentants aux pourparlers, ceci proportionnellement au nombre des représentants du Gouvernement.

Les deux parties (pouvoir et opposition) ont décidé de suspendre les manifestations en attendant les résultats qui sortiront du dialogue dont les travaux reprendront le vendredi 23 février prochain avec au menu des débats, la question du retour à la Constitution originelle de 1992, revendication phare de la Coalition de l’opposition.

Il faut rappeler que les travaux se déroulent sous la facilitation du Président ghanéen Namna Akufo-Addo.

David