De l’engagement de la Chine aux côtés de l’Afrique pour l’élimination du...

De l’engagement de la Chine aux côtés de l’Afrique pour l’élimination du Paludisme

SHARE
Une vue des officiels lors des travaux
Une vue des officiels lors des travaux
image_pdfimage_print

Le paludisme est l’une des plus grandes menaces pour la santé en Afrique. Bien que des efforts soient consentis par des gouvernants, beaucoup de défis liés à cette maladie restent à relever. C’est pourquoi la Chine, partenaire incontournable de l’Afrique, apporte son appui à des pays du continent dans leur lutte contre la maladie. Un Symposium Chine-Afrique sur le contrôle du Paludisme vers son élimination, a été organisé dans ce sens ce 18 septembre 2018 à Lomé par l’équipe médicale de l’université de médecine traditionnelle de Guangzhou, spécialisée dans la lutte contre le paludisme.

Selon le rapport mondial sur le paludisme de 2013 publié par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), environ 207 millions de cas de paludisme et 627 000 décès ont été enregistrés  en 2012. Selon les estimations, 3,4 milliards de personnes continuent d’être à risque de contracter le paludisme. Et, les mêmes études précisent qu’environ 80 % des cas de paludisme surviennent en Afrique.

C’est donc dans ce contexte que la Chine a décidé de venir en appui au continent à travers le projet dénommé Fast Elimination of Malaria by Source Eradication (FEMSE), en français « Contrôle et Elimination Rapide de Paludisme » qui, introduit aux Comores en 2006, a connu un succès retentissant sur une courte période où le pays est passé de région fortement endémique à une région à faible endémie.

Le projet FEMSE a donc pour objectif de permettre aux Iles Comores, Malawi, Sao Tome et Principe et au Togo de lutter à moindre coût contre le paludisme, ainsi que la préservation de vies qui auraient autrement été perdues, et sauver les survivants des lésions cérébrales que le paludisme peut causer.

Au Togo, le projet qui est à sa phase pilote dans le district de l’Est-Mono, a permis de réduire la prévalence du paludisme dans cette localité. Dans cette lutte, la Chine apporte des soutiens logistiques et financiers au pays.  « La Chine nous a appuyé par rapport au médicament et au financement étant donné que nous sommes dans des  traitements de masse qui se font sous forme d’une campagne. Et c’est les partenaires chinois qui nous aident à prendre en charge la rémunération des agents que nous recrutons pour cette campagne. C’est un projet financé entièrement par la Chine », a déclaré le Coordonnateur du programme national de lutte contre le paludisme, Dr Atcha-Oubou Tinah.

Pour l’ambassadeur de Chine au Togo, Chao Weidong, ce projet est la matérialisation des bonnes relations qui lient la République populaire de Chine à l’Afrique dans plusieurs domaines y compris celui de la santé. « Il s’agit en particulier de renforcer les liens de coopération ente le Togo et la Chine afin que les populations togolaises puissent jouir des résultats concrets et tangibles de cette coopération », a indiqué  M. Weidong.

Espoir AMEHOASSI