Une délégation de la coalition de l’opposition à Accra pour rencontrer Nana...

Une délégation de la coalition de l’opposition à Accra pour rencontrer Nana Akufo-Addo

SHARE
Des responsables de la coalition de l’opposition lors d’un meeting à Lomé
Des responsables de la coalition de l’opposition lors d’un meeting à Lomé
image_pdfimage_print

Une délégation de la coalition des 14 partis de l’opposition rencontre ce vendredi 29 décembre à Accra, le Président ghanéen Nana Akufo-Addo. La délégation composée de la secrétaire générale de la CDPA, Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, du leader du PNP Tikpi Atchadam et du président national de l’ANC Jean Pierre Fabre effectue le déplacement d’Accra pour selon les informations, avoir la version officielle de la décision prise par le dernier Sommet des Chefs d’Etat de la CEDEAO sur la question de la médiation du dialogue de sortie de crise au Togo.

Il faut souligner que le pouvoir et l’opposition ne sont pas pour le moment parvenus à s’accorder sur les conditions de la tenue du dialogue de même que sur la forme qu’il devra prendre. L’opposition réclame en effet la médiation d’un Chef d’État de la sous-région alors qu’en face, le pouvoir s’inscrit plutôt dans la logique d’un dialogue inclusif inter-togolais, estimant que le Togo n’a pas besoin de médiateur ni de facilitateur extérieur.

Pour le parti au pouvoir, la seule chose que la Conférence a demandé aux Chefs d’Etat de la sous-région, c’est de continuer à suivre la situation au Togo et d’aider à surmonter d’éventuels blocages s’il y a lieu. L’opposition ne croit donc pas à ces propos et va elle-même aux nouvelles auprès de Nana Akufo-Addo, lui qui a été entre temps mandaté par ses pairs de la sous-région pour suivre de près la situation sociopolitique actuelle du Togo.

Il faut rappeler que dans son message de vœu publié mercredi, Jean Pierre Fabre avait de nouveau dénoncé et condamné la volonté des autorités togolaises visant selon lui, à écarter toute médiation notamment celle ghanéenne. Il a également exhorté  les Chefs d’Etat guinéen et ghanéen à poursuivre leurs missions de bons offices afin d’assurer la nécessaire médiation pour une véritable sortie de crise au Togo.

Mais en attendant ce dialogue dont la date n’est toujours pas annoncée, la coalition de l’opposition continue ses manifestations de rue. Celle de jeudi a été violemment réprimée à Lomé notamment à Deckon que les manifestants avaient voulu transformer en point de chute contrairement à ce qui avait été arrêté, à en croire le Ministre de la sécurité et de la protection civile, Colonel Damehame YARK. Cependant, face à la presse ce vendredi à Lomé, des responsables de la coalition ont indiqué qu’ils n’ont jamais eu l’intention d’organiser un meeting à Deckon.

« Il n’a jamais été prévu un meeting à Deckon. Deckon fait partie de notre itinéraire. Si nous nous arrêtons là-bas pour donner quelques consignes à nos militants, cela ne voudrait pas dire que nous organisons un meeting. Si nous nous arrêtons là-bas, ce n’est pas une violation de l’itinéraire », a en effet précisé Antoine Folly, un des leaders de la coalition. Le bilan des affrontements dressé par la coalition de l’opposition fait état de douze (12) blessés dont cinq (5) cas graves.

David