TOGO/ Dialogue politique : les travaux de nouveau renvoyés à une date...

TOGO/ Dialogue politique : les travaux de nouveau renvoyés à une date ultérieure

SHARE
Les porte-paroles de la mission de facilitation
Les porte-paroles de la mission de facilitation
image_pdfimage_print

Le dialogue politique inter-togolais a repris ce vendredi 23 Mars à Lomé toujours sous la houlette du facilitateur ghanéen Nana Akufo-Addo. La séance a été marquée par des discussions en plénière et bilatérales. Mais ce qu’il faut retenir est que la reprise des travaux est de nouveau renvoyée à une date ultérieure, la mission de facilitation ayant constaté que les parties (pouvoir et opposition) avaient besoin de plus de temps pour étudier les propositions faites par chaque partie.

Au cours des réunions séparées avec le facilitateur, chaque partie avait notamment présenté ce qu’elle considérait comme étant des points essentiels qui garantiraient un dialogue fructueux. On n’en saura pas plus sur les propositions, mais toujours est-il que sur la table des négociations, deux épineux dossiers relatifs à la revendication phare de la coalition de l’opposition à savoir le retour à la Constitution originelle de 1992, et la question de la candidature de Faure Gnassingbé en 2020.

« Ces propositions feront l’objet des discussions plus approfondies à l’occasion de la prochaine session du dialogue », indique le communiqué ayant sanctionné les travaux, lu par le porte parole de la mission de facilitation, Daniel Oseï. Le document précise que « dans la période comprise entre la présente session et la prochaine session du dialogue, le Président Nana Akufo-Addo poursuivra des concertations bilatérales avec les deux parties ».

Le facilitateur ghanéen a par ailleurs salué les efforts déployés ces derniers temps par les deux parties, afin d’atténuer les tensions politiques dans le pays. La Coalition de l’opposition avait notamment suspendu ses manifestions programmées. En face, le pouvoir a pour sa part, accepté de suspendre le processus électoral en cours, ce qui était l’une des principales préoccupations de la Coalition des 14 partis de l’opposition lors de la dernière réunion du dialogue.

Nana Akufo-Addo a dans sa conclusion, encouragé le pouvoir et l’opposition à ne pas fermer la porte aux propositions faites par les uns et les autres mais de prendre en considération l’intérêt supérieur de la nation afin de parvenir à un consensus pour une sortie de crise.

David