Education : Le Togo en route vers la mise en place de...

Education : Le Togo en route vers la mise en place de la carte scolaire

SHARE
Des élèves dans une salle de classe
Des élèves dans une salle de classe
image_pdfimage_print

Il a été procédé ce jeudi 23 août 2018 au Lycée scientifique de Lomé-Tokoin, l’ouverture d’un atelier devant permettre la mise en place d’une carte scolaire afin d’aider le gouvernement dans ses prévisions dans le secteur éducatif, et l’optimisation des ressources disponibles afin de garantir les conditions d’une scolarisation primaire universelle.

Ce processus appuyé par l’Institut International de la Planification de l’Education (IIPE) de l’UNESCO aidera le gouvernement dans ses prévisions en termes des infrastructures, d’équipements et de personnel et surtout facilitera la tâche en ce qui concerne la réglementation de la création des écoles et les normes à suivre pour pouvoir rehausser le niveau du système éducatif togolais.

L’objectif de cet atelier de sensibilisation est d’avoir l’adhésion des autorités et des partenaires tant du niveau central que local de l’éducation pour la mise en place de la carte scolaire. De manière plus spécifique, il s’agira de partager avec les participants, les différents objectifs de la mise en place d’une carte scolaire, les différentes étapes du processus et les résultats attendus.

Selon Tsali Kossi, Chef division carte scolaire et statistique de la Direction de la Planification de l’Education et de l’Evaluation, c’est le défaut du respect des normes qui motive l’idée de la mise en place de la carte scolaire. « Sur le terrain nous constatons tous qu’il y a des créations des établissements par des communautés qui ne respectent pas des normes. C’est pour cette raison que nous cherchons à mettre en place cet outil qu’est la carte scolaire. C’est une planification locale pour analyser les besoins selon les réalités des localités avant la proposition de la création de ces écoles », a-t-il laissé entendre.

Il a par ailleurs précisé que dans les années à venir, le gouvernement procédera à la fusion de certains établissements publics situés à proximité qui ne disposent pas d’assez d’effectif. Aussi, a-t-il averti,  « les établissements privés qui ne se conforment pas aux dispositions des normes se verront fermés pour la bonne qualité de l’enseignement au Togo ».

Le Ministre des Enseignements Primaire, Secondaire et de la Formation Professionnelle, Komi Tchakpélé, a dans son intervention exprimé la gratitude du gouvernement aux partenaires qui œuvrent pour la réussite de ce projet avant d’insister sur l’importance de ce projet qui va dans le sens de la politique de l’éducation nationale.

Des pays comme la France, le Burkina Faso, le Benin ont déjà expérimenté cette approche qui se révèle efficace dans l’amélioration du système éducatif.

Espoir AMEHOASSI