Entre inondations et attaques terroristes, des moments douloureux pour l’espace CEDEAO !

Entre inondations et attaques terroristes, des moments douloureux pour l’espace CEDEAO !

SHARE
Inondation à Freetown en Sierra Leone
Inondation à Freetown en Sierra Leone
image_pdfimage_print

Ces derniers jours, la communauté sous régionale est en train de traverser de très douloureux moments marqués par de nouvelles attaques armées et de graves inondations avec des centaines de morts.

Après l’attaque terroriste perpétrée dimanche dernier contre le restaurant Istanbul à Ouagadougou et qui a occasionné une vingtaine de morts et des blessés, c’est en effet le tour de certains camps de la MINUSMA (au Mali) d’être victime lundi d’une attaque menée par des hommes armés non identifiés. Là également, il y eu des morts dont un Casque bleu togolais notamment le capitaine Massamaesso TANGAOU.

« Notre sous-région reste en proie aux risques d’insécurité face auxquels nos forces de l’ordre soutenues par nos États, doivent continuer de lutter avec courage et sens du devoir », a indiqué le Chef de l’État togolais Faure Gnassingbé, président en exercice de la CEDEAO.

Des victimes, il y en a également eu depuis lundi dans la banlieue de la capitale sierra-léonaise, Freetown, où au moins 312 personnes ont perdu la vie à la suite de fortes précipitations suivies de coulées de boues et d’inondations. Ce mardi, un appel à l’aide internationale a été lancé par le président sierra-léonais Ernest Bai Koroma.

Sur son compte twitter, Faure Gnassingbé a rendu hommage au militaire togolais disparu et exprimé sa compassion à la famille éplorée. Il a par ailleurs, au nom du peuple togolais et de la CEDEAO, présenté ses sincères condoléances et son soutien aux peuples frères du Burkina Faso et de la Sierra-Léone, et aux familles des victimes.

En termes de recommandation en faveur de la lutte contre le terrorisme en Afrique, le Chef de l’Etat togolais insiste sur la nécessité de renforcer la coopération en matière de renseignements non seulement dans la sous région ouest africaine, mais aussi sur tout le continent. Pour le président en exercice de la CEDEAO, l’une des plus grandes priorités demeure la sécurité des citoyens.

Deux jours après les attaques terroristes perpétrées au Burkina Faso et au Mali, le Conseil de Sécurité de l’ONU a souligné ce mardi 15 août, l’urgence de déployer la force anti terroriste du G5 Sahel dans les zones frontalières.

David S.