Faure Gnassingbé inaugure une usine pharmaceutique à Avéta dans le ZIO

Faure Gnassingbé inaugure une usine pharmaceutique à Avéta dans le ZIO

SHARE
Inauguration de l’usine Do Pharma par Faure Gnassingbé
Inauguration de l’usine Do Pharma par Faure Gnassingbé
image_pdfimage_print

Le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé a procédé ce vendredi 16 février à l’inauguration d’une usine pharmaceutique dénommée DO PHARMA dans la localité d’Avéta (préfecture de Zio).

Première du genre en Afrique de l’Ouest francophone, il s’agit d’une unité pharmaceutique de production de solutés intraveineux, qui entend apporter des solutions à la dépendance du Togo et de la sous-région en produits pharmaceutiques. Des médicaments de qualité seront localement produits dans cette usine avec par ricochet, une réduction des délais de livraison.

En effet, selon les explications du Dr. Guy Dovi-Akue, Président du conseil d’administration de Do-Pharma, l’usine à travers sa production, permettra de limiter la dépendance des importations, de lutter contre les produits contrefaits et d’augmenter le système de santé en renforçant l’accès aux soins primaires.

« Avec Do pharma, nous nous engageons à accroitre l’accessibilité des médicaments essentiels à la communauté africaine, en fabriquant les produits de qualités aux normes internationales. L’usine avec ses installations techniques et son personnel qualifié, peut produire selon les normes internationales, 18 millions de flacons par an, à raison de 3000 flacons par heure », a-t-il ajouté.

Sur son compte twitter, Faure Gnassingbé a indiqué que « cette imposante infrastructure présente un atout économique qui favorisera la création d’emplois durables et l’accès des populations aux produits pharmaceutiques à des coûts raisonnables » tout en précisant que « Do-Pharma jouit de la zone franche avec les avantages y afférents ».

Implantée sur un espace de 10 hectares dont 3500m2 pour l’usine, Do Pharma dispose de quatre départements (production, ingénierie, assurance qualité et contrôle qualité), d’un laboratoire avec des salles de conditionnement répondant aux normes de l’OMS. Le projet est cofinancé par des partenaires au développement notamment la BIDC, la BOAD, l’Orabank et la BIA-Togo, avec l’accompagnement de l’Etat togolais.

Cris DADA