Le FMI décaisse environ 35,5 millions de dollars pour le Togo

Le FMI décaisse environ 35,5 millions de dollars pour le Togo

SHARE
Sani Yaya, Ministre togolais de l’Economie et des Finances
Sani Yaya, Ministre togolais de l’Economie et des Finances
image_pdfimage_print

Au titre le l’accord de Facilité élargie de crédit (FEC), une nouvelle enveloppe financière évaluée à 35,5 millions de dollars US est mise à la disposition du Togo par le Fonds monétaire international (FMI) qui a achevé ce 15 juin, la deuxième revue de la performance économique du Togo.

Ce montant porte le total des décaissements au titre de l’accord à 106,5 millions de dollars sur un total de 241,5 prévus par l’accord triennal conclu avec le Togo en 2017.

« La performance réalisée par le Togo dans le cadre du FEC a été globalement satisfaisante, en dépit d’un environnement politique et économique difficile. La situation budgétaire s’est nettement améliorée, principalement grâce à la réduction des dépenses et de la réduction de la dette publique », a expliqué Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint du FMI.

Ce programme FEC vise non seulement à réduire sensiblement le déficit budgétaire global pour assurer la dette à long terme et la viabilité externe, mais aussi recentrer les politiques sur la croissance durable et inclusive au moyen de dépenses sociales ciblées et de dépenses d’infrastructure financées de manière durable. Par ailleurs, il s’agit et résoudre les faiblesses financières des banques publiques.

« Il est important que la politique budgétaire continue de se concentrer sur la réduction de la dette publique et la préservation de la viabilité budgétaire. Les autorités devraient poursuivre les réformes pour remédier à la faible collecte des recettes, éviter de nouveaux arriérés, améliorer la rentabilité des projets d’investissement public et limiter les dépenses publiques », a précisé M. Furusawa.

Selon le FMI, la mise en œuvre rapide des réformes structurelles peut aider le Togo à parvenir à une croissance plus forte et plus inclusive. Le Fonds rappelle en outre que la clé de la stabilité macroéconomique est d’assurer la réduction de la dette.

Il faut souligner que les autorités togolaises procèdent à un réexamen des dépenses en vue d’une amélioration de l’efficacité et ont commencé à mettre en œuvre des mesures visant à améliorer la gestion de la dette publique.

David