Le Fonds Mondial accorde une subvention d’environ 38 milliards de F CFA...

Le Fonds Mondial accorde une subvention d’environ 38 milliards de F CFA au Togo

SHARE
Signature de la convention de financement
Signature de la convention de financement
image_pdfimage_print

Dans sa lutte contre le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme, le Togo vient de bénéficier d’une nouvelle subvention de la part du Fonds Mondial. 57 599 205 millions d’euros soit environ 38 milliards FCFA, c’est en effet l’enveloppe financière que l’institution vient de mettre à la disposition du pays pour la période 2018-2020. La signature de la convention de financement est intervenue ce jeudi à Lomé au cours d’une cérémonie présidée par le Premier Ministre Komi Sélom Klassou.

Cette nouvelle subvention permettra au Togo de renforcer la lutte contre ces trois maladies. Selon le Coordonnateur résident du système des Nations Unies au Togo, ces financements permettront en effet d’acheter des médicaments pour soigner les malades, de soutenir des programmes de prévention des maladies et de contribuer au renforcement du système de santé. « Notre engagement doit être total, permanent et synergique pour permettre de délivrer des services de qualité et dans des délais appropriés à celles et ceux qui en ont besoin », a indiqué Mme Khardiata Lo N’diaye, remerciant au passage les pays donateurs du Fond Mondial notamment les USA, la France et l’Allemagne qui, malgré un contexte économique difficile, ont toujours maintenu leur engagement financier auprès du Fonds.

« Mettre fin au SIDA, à la Tuberculose et au paludisme en tant que menace pour la santé publique d’ici 2030, fait partie des cibles de l’ODD », a-t-elle rappelé.

Le Premier ministre pour sa part, a au nom du Gouvernement et des populations bénéficiaires, témoigné ses gratitudes au Fonds mondial et aux pays donateurs pour leur accompagnement. « L’acte de ce jour est l’expression vivante du partenariat identifié comme vecteur essentiel et indispensable pour l’atteinte des résultats globaux à savoir : la paix, la bonne santé, la croissance durable pour un développement inclusif en faveur des peuples du monde de manière que ‘’personne ne soit laissé pour compte’’ », a déclaré Komi Sélom Klassou.

Le Togo reste encore touché à des degrés divers par les maladies endémiques et transmissibles que sont le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme. Le taux de prévalence du VIH Sida est de 2,1 % selon les dernières estimations. La proportion de personnes vivant avec le VIH (PVVIH) ayant accès aux ARV est de 51 % en 2016.

En ce qui concerne la tuberculose, la maladie reste endémique et concentrée dans trois régions du pays notamment Lomé Commune, la Maritime et les Plateaux. Pour ce qui est du paludisme, les efforts ont permis à ce qu’au moins 60 % des ménages togolais dorme aujourd’hui sous moustiquaires. L’incidence de la maladie a régressé de près de 20 % entre 2010 et 2015 avec une réduction du taux de mortalité de 40 % chez les enfants de moins de 5 ans.

David