Gabriel Sassouvi Dossey-Ayron porte plainte contre un citoyen

Gabriel Sassouvi Dossey-Ayron porte plainte contre un citoyen

SHARE
image_pdfimage_print

« Agressé » au cours de son meeting de sensibilisation à Adrégo 2 de Vogan sur la taxe de sortie dans le marché Gbéké imposé par la délégation spéciale de la commune de cette localité, le Président national du parti « Le Nid » Gabriel Sassouvi Dossey-Ayron demande à ce que l’auteur en la personne soit puni  conformément à l’article 26 de la constitution togolaise.

C’est au cours d’une conférence de presse tenue ce vendredi à Lomé que le premier responsable de ce parti politique qui dit avoir été agressé, lui et son président fédéral de cette localité Assiobo Koffi Zeus en leur donnant des « coups de points » et les « tenants par la gorge », dit la déclaration.

 « Nous comptons sur la compétence, le professionnalisme et la loyauté des Autorités judiciaires et policières de Vogan pour réprimer et prévenir des actes mettant en péril la paix et l’intégrité physique de la personne humaine à qui la constitution togolaise, la loi fondamentale a reconnu dans son article 21, les caractères sacrés et inviolables et en son article 25, le droit à la liberté de pensée, de conscience d’opinion et d’expression », a déclaré le président du parti « Le Nid ».

Pour lui, il faut que cette affaire soit tirée au clair pour que l’intéressé soit « puni » parce qu’ « il  continue jusqu’aujourd’hui par recevoir des menaces de morts » pour le simple fait que son parti ait dénoncé cette taxe de sortie aux dos des pauvres populations.

« Nous constatons avec amertume que le Président de la délégation spéciale de a ville de Vogan et de ses administrés dans le but de faire taire les dénonciations légitimes de perception de la taxe de sortie mortifère du marché Gbéké, ont décidé d’user des méthodes fortes. Il faut prévenir et souvenez-vous des évènements passés. Je ne porte pas plainte contre le Préfet ni le Président de la délégation spéciale mais contre celui qui m’a tabassé », a-t-il insisté.

La démocratie selon lui est un Etat fragile que le peuple doit défendre contre les forces rétrogrades qui veulent plonger le Togo dans les ténèbres de la dictature. « Nous ne sommes pas émoussés par ces évènements agressifs du 23 juillet dernier. Notre combat est avant tout et surtout axé sur la justice sociale, l’essor économique de Vogan et l’épanouissement de ses populations notamment les agriculteurs nous interpellent », a-t-il ajouté.

Il faut rappeler que toute sensibilisation ou campagne allant dans la logique de cette taxe a été interdite par le président de la délégation spéciale de la commune de Vogan Kodjo Atchon.

Joseph Ahodo