Gerry Taama juge illégale la recomposition de la CENI

Gerry Taama juge illégale la recomposition de la CENI

SHARE
Gery Taama, Président national du NET
Gery Taama, Président national du NET
image_pdfimage_print

Face à la presse ce lundi 24 septembre, le leader du parti Nouvel Engagement Togolais (NET) a dénoncé la décision relative à la recomposition de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) décidée à l’issue de la 2ème réunion du Comité de suivi des recommandations de la CEDEAO. Pour Gerry Taama, cette recomposition est non seulement contestable mais aussi viole les articles 12, 14 et 19 du code électoral du pays. Mais il estime que son parti n’a aucune envie de la contester.

« Pour l’intérêt supérieur de la nation togolaise, notre parti considère que le peuple togolais attend plus de ses leaders politiques que des querelles sur des sièges à la CENI », martèle la déclaration. Et d’ajouter: « Pendant les 11 mois que nous avons représenté l’opposition dans cette institution, nous nous sommes attachés à veiller au respect des normes et des règles démocratiques, et nous féliciterons le moment venu, tous nos collaborateurs et tous nos militants qui à la CENI, à la CELI et les CLC, ont abattu un travail remarquable dont vont hériter ceux qui seront désignés par l’opposition parlementaire pour poursuivre le travail ».

Pour le NET, le comité de suivi de la CEDEAO mérite des félicitations pour des avancées importantes obtenues lors de cette rencontre. « Une CENI complète et un chronogramme accepté par les principaux protagonistes ouvrent donc la voie à un processus électoral crédible, transparent et acceptable par tous, auquel le parti prendra part », reconnait Taama.

Sous un autre angle, le leader du NET rassure que son parti ne sera jamais le représentant de l’Union pour la République (UNIR) à la CENI mais au contraire, elle pourrait représenter la coalition si celle-ci venait à lui faire cet honneur.

Par ailleurs, le parti le NET a une pensée pour les togolais qui croupissent encore en prison du fait de leur engagement politique, et appelle à leur libération dans les meilleurs délais. Aussi, poursuit-il dans ce sens en présentant sa compassion à tous ceux qui ont perdu leurs proches durant cette période.

Pour finir, l’ex militaire invite tous les togolais en âge de voter à sortir massivement pour se faire recenser, et à se préparer à donner aux différents partis de l’opposition qui prendront par au scrutin du 20 décembre prochain, la majorité nécessaire à l’Assemblée Nationale pour amorcer l’alternance politique.

Espoir AMEHOASSI