La gestion du CHR d’Atakpamé et du CHP de Blitta confiée à...

La gestion du CHR d’Atakpamé et du CHP de Blitta confiée à l’ONG Entraide Médicale Internationale

SHARE
Signature de convention/ Dr. Rafael KLUENDER et le Ministre de la Santé Moustafa MIJIYAWA
Signature de convention/ Dr. Rafael KLUENDER et le Ministre de la Santé Moustafa MIJIYAWA
image_pdfimage_print

Une nouvelle méthode de gestion s’installe dans les hôpitaux publics au Togo. L’approche contractuelle annoncée depuis un certain temps par le Gouvernement rentre dans sa phase opérationnelle. La gestion du Centre Hospitalier Préfectoral de Blitta et du Centre Hospitalier Régional d’Atakpamé sera dorénavant une affaire de l’ONG Entraide Médicale Internationale (EMI).

Il s’agit d’un partenariat public-privé dont la convention vient d’être signée respectivement par le Ministre de la Santé et de la Protection Sociale, Pr. Moustafa MIJIYAWA  et le directeur des opérations Afrique de l’ouest de l’ONG EMI, Dr. Rafael KLUENDER.

L’objectif est d’améliorer la performance des  services médicaux et la gestion hospitalière de ces deux structures sanitaires retenues pour la phase pilote de ce processus de contractualisation des hôpitaux publics du pays.

Cette réforme de la gestion hospitalière n’a pas pour finalité de renflouer les caisses de l’Etat à travers des bénéfices, mais il s’agit de faire en sorte qu’il y ait une corrélation entre les ressources mises à la disposition du secteur  de la santé et la satisfaction des populations. Selon les explications du ministre de la santé, l’approche consiste à déléguer la gestion des formations sanitaires à une structure extérieure au centre hospitalier, et qui sera chargée de la gestion des hommes, des équipements et des finances.

« La société contractante sera payée pour ses prestations, elle n’aura pas à injecter un centime », a précisé Moustafa MIJIYAWA qui souligne qu’il ne s’agit pas d’un désengagement de l’Etat ni une privatisation des structures de soins, mais un partenariat pour améliorer la gestion des structures sanitaires afin de donner une grande satisfaction aux patients à travers une meilleure gestion des ressources humaines et matérielles disponibles.

Selon les termes du contrat, l’ONG EMI s’engage ainsi pour l’amélioration de la gestion technique, administrative et financière de ces hôpitaux publics afin de les amener à améliorer considérablement leur prestation et à offrir un service de qualité aux populations.

Les formations sanitaires publiques du Togo sont affectées par divers maux parmi lesquels, les problèmes de gestion et de dysfonctionnement. Les prestations hospitalières sont de plus en plus critiquées et la population, davantage déçue.

Cette nouvelle approche sera étendue aux autres centres de santé du pays parmi lesquels le Centre Hospitalier Universitaire Sylvanus Olympio de Lomé.

Cris DADA