Le Gouvernement interdit les sit-in des jeunes de l’ANC

Le Gouvernement interdit les sit-in des jeunes de l’ANC

SHARE
Le Ministre Payadowa Boukpessi
Le Ministre Payadowa Boukpessi
image_pdfimage_print

Par un courrier signé du ministre Payadowa Boukpessi en charge de l’administration territoriale, le Gouvernement dit « non » au programme de sit-in de la jeunesse de l’Alliance Nationale pour le Changement ANC (opposition) prévu jusqu’à la fin de ce mois de Mai au niveau de certaines représentations diplomatiques et autres départements ministériels à Lomé.

« Les sit-in que vous avez prévus au niveau de: ambassade de France, ambassade d’Allemagne, ambassade du Ghana, ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, ministère des infrastructures et des transports, et de la CENI sont interdits », écrit le ministre Boukpessi.

Selon ce dernier, « ces différents lieux ne sont pas des lieux publics au sens de la loi n° 2011-010 du 16 mai 2011 fixant les conditions d’exercice de la liberté de réunion et de manifestation pacifiques publiques ». « La possibilité de collusion entre vos manifestants et les usagers de ces différents services constitue un risque de troubles graves à l’ordre public » précise le courrier adressé au Président de la Jeunesse de l’ANC.

Le gouvernement affirme cependant qu’il n’y a aucune objection par rapport aux meetings des jeunes du parti programmés jusqu’au 27 mai 2018 notamment à Bè-Kpota, blanc place publique à côté des rails, place en face du lycée de Nyékonakpoè, Bè- Kondjindji, Zossimé et Davié et les rencontres prévues les 18 et 25 mai 2018 à Tsévié et Atakpamé.

Selon le Président de la jeunesse de l’ANC, le sit-in devant l’ambassade de France vise à faire le suivi du décaissement des aides publiques de la France à l’endroit du Togo et son impact sur le développement. « La France depuis un certain temps a augmenté l’aide publique au Togo. Cela fera bientôt un an, et on se pose la question de savoir à quoi servent ces aides publiques dans notre pays », a indiqué Jean Eklou lors d’un meeting samedi dernier à Lomé. Quant au sit-in devant l’ambassade du Ghana, il a pour objectif de féliciter le président ghanéen Nana Akufo-Addo pour ses efforts dans la résolution de la crise togolaise et l’encourager à s’impliquer davantage dans cette dynamique.

Cris DADA