HCRRUN : Fin de la prise en charge des victimes de Plateaux-Est

HCRRUN : Fin de la prise en charge des victimes de Plateaux-Est

SHARE
Séance d’échange avec les victimes à Lomé
Séance d’échange avec les victimes à Lomé
image_pdfimage_print

La deuxième étape du processus de prise en charge psycho-médicale et d’indemnisation des victimes vulnérables dans le cadre du processus de justice transitionnelle a pris fin ce vendredi avec les victimes de la région Plateaux-Est.

Elles sont en effet une vingtaine de victimes vulnérables (sur  les 28 identifiées pour cette région) à répondre présent à ces opérations de prise en charge par les médecins de l’ONG Aimes-Afriques. Elles ont également reçu individuellement une indemnisation à hauteur du préjudice subi suivant les recommandations de la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR).

Selon la Présidente du Haut Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN), Madame Awa Nana Daboya, le constat effectué est que cette région des Plateaux-Est présente beaucoup  plus de victimes mutilées et en situation de handicap.

Démarré depuis le 12 décembre dernier, le processus d’indemnisation piloté par le HCRRUN se poursuivra la semaine prochaine avec les victimes de la région des Plateaux-Ouest et d’Aného.

Il faut rappeler que la prise en charge et l’indemnisation sont une sorte d’apaisement des victimes car en matière de justice transitionnelle, la nature de la réparation est symbolique. Cette première étape des indemnisations est consacrée aux victimes « vulnérables » (137) qui portent encore des séquelles physiques ou psychologiques graves et nécessitant des soins.

Le total des victimes de violences politiques évalué par la CVJR  est de 22.415 personnes sur la période de 1958 à 2005.  Pour le démarrage de ce programme de réparation, le gouvernement avait débloqué une somme de deux (02) milliards de F CFA. Un fonds spécial a été également créé et devra être progressivement alimenté par les ressources de l’Etat. Le montant total du programme de réparation est évalué à 35 milliards de F CFA.

La Rédaction