Les meetings de la Coalition se feront sans le PNP et le...

Les meetings de la Coalition se feront sans le PNP et le CAR

SHARE
Des leaders de la coalition de l’opposition (archives)
Des leaders de la coalition de l’opposition (archives)
image_pdfimage_print

Existerait-il un malaise au sein de la coalition des 14 partis de l’opposition ? L’on est tenté de le croire au regard des positions divergentes affichées ces derniers jours par certains leaders de ce regroupement de partis de l’opposition togolaise. Après le Parti National Panafricain (PNP) de Tikpi Atchadam, c’est en effet le tour du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) de Me Yawovi Agboyibo de se désolidariser des prochaines manifestations politiques à l’agenda de la coalition.

« Il n’est pas question pour le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) de participer aux meetings d’information que la coalition des 14 partis politiques de l’opposition projette sur les 22 et 23 septembre prochains sur toute l’étendue du territoire national », ont notifié les responsables du CAR aux autres responsables de la coalition.

Dans un communiqué publié en début de semaine, la C14 avait en effet annoncé une série de meetings les  22 et 23 septembre dans plusieurs localités du pays. L’objectif est d’exiger non seulement la mise en œuvre des mesures d’apaisement dans le cadre du processus de sortie de crise, mais aussi « l’arrêt immédiat de l’organisation unilatérale des élections par une CENI aux ordres ».

Au CAR, l’on soutient qu’il n’est pas question de s’associer à ces meetings tant que le Parti National Panafricain (PNP) n’y sera pas. Une position qui en réalité, ne devrait pas surprendre quand on sait que lors de la première réunion du Comité de suivi des recommandations de la CEDEAO tenue les 10 et 11 septembre derniers à Lomé, Me Yawovi Agboyibo avait déjà manifesté sa déception et son mécontentement à l’issue des travaux.

« A un moment donné, j’ai failli quitter la salle. Mais comme nous sommes dans un groupe organisé et qu’il a été convenu de montrer notre mécontentement si la question (question de la CENI, ndlr) n’a pas été abordée, j’ai gardé mon calme en espérant que ceux que nous avons placé à la tête du groupe donnent le ton. Mais cela n’a pas été le cas », avait déclaré le leader du CAR.

Cette ambiance au sein de la coalition intervient à un moment où la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) avance tranquillement dans ses activités pour l’organisation des prochaines élections notamment les locales et les législatives respectivement les 16 et 20 décembre prochains.

Cris DADA