Les recommandations de la CEDEAO pour une résolution de la crise togolaise

Les recommandations de la CEDEAO pour une résolution de la crise togolaise

SHARE
53ème session de la CEDEAO à Lomé
53ème session de la CEDEAO à Lomé
image_pdfimage_print

Les travaux de la 53ème session des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO ont pris fin dans la soirée de ce mardi 31 juillet à Lomé avec d’importantes décisions parmi lesquelles, une série de recommandations à l’endroit du Togo, pays affecté par une crise socio politique depuis environ un an.  Selon le communiqué final rendu public à l’issue de la session, la Conférence a invité le gouvernement et les acteurs politiques à œuvrer en vue de l’adoption des réformes constitutionnelles par la voie parlementaire ou au cas échéant, par des  consultations électorales. Ces réformes devront prendre en compte entre autres : le mode de scrutin à deux tours pour l’élection du Président de la République, la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels, la recomposition de la Cour Constitutionnelle avec limitation du mandat de ses membres et le renforcement du processus électoral.

La conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO a invité le gouvernement à procéder à la révision intégrale du fichier électoral en vue de l’organisation des élections législatives le 20 décembre 2018.

Les dirigeants ouest africains se sont également réjouis des dispositions envisagées par le Gouvernement dans la préparation, l’organisation et le déroulement d’élections transparentes, crédibles et inclusives à travers l’accélération et la finalisation du recensement électoral, la possibilité pour les togolais de l’étranger de voter dans leur lieu de résidence et le déploiement des observateurs électoraux.

La Conférence a en outre félicité les facilitateurs et a demandé au Gouvernement de poursuivre les mesures d’apaisement en accélérant les procédures judiciaires relatives aux personnes arrêtées dans le cadre des manifestations politiques. Les acteurs politiques et la société civile sont invités à s’abstenir en toute circonstance, des actes et propos susceptibles d’alimenter de nouvelles tensions et compromettre les efforts en cours. De leur côté, les forces de sécurité sont exhortées à faire preuve de professionnalisme dans leur mission de maintien d’ordre et de préservation de la sécurité des biens et des personnes.

Les Chefs d’Etat ont pour finir demandé à la Commission de la CEDEAO d’apporter sont appui et son expertise technique dans l’organisation et le déroulement des prochaines élections.

Un comité de suivi composé des représentants des facilitateurs, de la majorité au pouvoir, de la coalition des 14 partis de l’opposition et de la Commission de la CEDEAO sera institué pour assurer le suivi de la mise en œuvre des décisions.

En dehors de la crise togolaise, les Chefs d’Etat ont également à cette 53ème session, procédé à l’examen de plusieurs documents notamment le rapport intérimaire 2018 de la CEDEAO, le rapport de la 40ème session ordinaire du Conseil de médiation et de sécurité, le rapport de la 80ème session ordinaire du Conseil des ministres de la CEDEAO, le rapport de la Task Force présidentielle sur la monnaie unique de la CEDEAO. La situation politique en Guinée Bissau et l’élection présidentielle au Mali ne sont pas également passées sous silence.

A la fin des travaux, c’est le Président nigérian Muhammadu Buhari qui a été choisi pour succéder au Chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé à la Présidence tournante de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’organisation sous régionale.

David S.