L’opposition maintient ses manifestations après avoir échangé avec Nana Akufo-Addo

L’opposition maintient ses manifestations après avoir échangé avec Nana Akufo-Addo

SHARE
Des responsables de la coalition
Des responsables de la coalition
image_pdfimage_print

Face à la presse ce mardi 10 avril à Lomé, la coalition des 14 partis de l’opposition a porté à la connaissance de l’opinion, le maintien de ses manifestations des 11, 12 et 14 avril prochains à Lomé et dans les autres localités du pays, malgré l’interdiction du Gouvernement.

Déjà hier lundi, une délégation de la Coalition était à Accra chez le Président Nana Akufo-Addo, le Facilitateur du dialogue inter-togolais pour non seulement lui faire part de sa décision de maintenir les manifestations, mais aussi exprimer ses préoccupations liées à la situation de la crise sociopolitique.

Selon la Coalition, le Gouvernement est en train de poser des « actes graves » en violation de l’esprit du dialogue. Il s’agit notamment de la poursuite de la préparation unilatérale des élections, l’interdiction systématique de toutes les manifestations publiques y compris celles organisées par les organisations de la société civile et autres syndicats, la multiplication des harcèlements et des arrestations de responsables d’organisations de la société civile, du maintien de l’état de siège dans les villes de Sokodé, Bafilo et Mango.

Par ailleurs toujours au sujet des marches, les leaders de la coalition ont estimé que le Gouvernement est en train de faire une interprétation « volontairement erronée » de la disposition de la Coalition à suspendre ses manifestations de rue pendant la durée du dialogue. « En se prévalent d’une prétendue décision du Dialogue de suspendre toutes les manifestations, ce qui n’est pas exact, le gouvernement a cru devoir recommander à la coalition de surseoir à ses marches », lit-on dans une déclaration de la coalition mise à la disposition de la presse.

La coalition a rapporté que Nana Akufo-Addo s’est dit surpris des faits portés à sa connaissance concernant la poursuite du processus électoral (dans la mesure où ce processus fait partie des points inscrits au dialogue), et l’interprétation de la suspension des manifestations comme une interdiction de manifester s’imposant à toutes les couches de la population.

“Le Facilitateur ghanéen a pris acte de la décision de la coalition de maintenir ses manifestations des 11, 12 et 14 avril 2018 et a promis de transmettre ladite décision aux autorités togolaises”, ont fait savoir les responsables de la coalition.

Des courriers auraient encore été échangés ce mardi entre la coalition de l’opposition et le Ministre Payadowa Boukpessi en charge de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales. Mais les lignes n’ont pas bougé, les deux parties restent campées sur leurs positions, une situation qui amène les togolais à retenir leur souffle à la veille du premier jour des manifestations.

David