L’opposition togolaise de nouveau dans les rues, la marche de Lomé chute...

L’opposition togolaise de nouveau dans les rues, la marche de Lomé chute à Deckon

SHARE
Quelques leaders de l’opposition en concertation à Déckon
Quelques leaders de l’opposition en concertation à Déckon
image_pdfimage_print

Après une semaine de pause, les responsables et militants de la coalition des 14 partis de l’opposition ont entamé ce mercredi, trois nouveaux jours de manifestations en faveur des réformes et de l’alternance politique au Togo.

Ils sont encore des milliers de manifestants à descendre encore une fois dans les rues de plusieurs localités du pays pour exprimer leur mécontentement contre le régime de Faure Gnassingbé. A Lomé, contrairement à ce qui était prévu, c’est finalement le carrefour commercial de Deckon qui a servi de point de chute à la marche de ce jour. Aucune raison officielle n’est évoquée pour le moment mais d’aucun font état d’une pression des manifestants qui n’auraient pas voulu finir la marche comme d’habitude à la plage en face de l’hôtel Sancta Maria.

A Deckon où un meeting improvisé a été tenu, le chef de file de l’opposition Jean Pierre Fabre a été (après concertation), le seul parmi les leaders de la coalition à prendre la parole pour aborder la question relative au dialogue en vue entre les acteurs de la classe politique. Le Président national de l’ANC a réaffirmé la position de la coalition pour qui, il ne revient pas au pouvoir en place de diriger le dialogue, mais à un médiateur.

Les partis membres de la coalition n’ont pas également oublié de réitérer leurs préalables avant toute participation à un éventuel dialogue. Ces revendications concernent entre autres, la libération de tous les détenus dans le cadre des manifestations et ceux des incendies des marchés de Lomé et Kara. Jean Pierre Fabre ira plus loin pour laisser entendre que si le dialogue tarde à se tenir, c’est la faute au régime en place qui refuse de satisfaire ces préalables, même si certaines mesures d’apaisement ont été déjà prises par le Gouvernement.

La coalition compte poursuivre avec les manifestations de rue pour continuer d’exiger le retour à la Constitution originelle de 1992, la révision du cadre électoral, le vote des togolais de l’étranger.

Au demeurant, les togolais sont toujours dans l’attente du dialogue politique. Aucune date n’est toujours annoncée. Les marches de l’opposition quant à elles se poursuivront demain jeudi et samedi 30 décembre. Au-delà de ces jours programmés pour les marches, l’opposition appelle également les populations épris du changement et de l’alternance à crier leur ras-le-bol ce vendredi 29 décembre, dans une sorte de vacarme en début d’après midi.

David S.