Manifestations : Pouvoir et opposition toujours à couteaux tirés !

Manifestations : Pouvoir et opposition toujours à couteaux tirés !

SHARE
Des forces de l’ordre dans une rue de Lomé (image icilomé)
Des forces de l’ordre dans une rue de Lomé (image icilomé)
image_pdfimage_print

Le climat sociopolitique ne cesse de se dégrader davantage au Togo. La tension reste tendu entre le pouvoir et l’opposition qui sont toujours à couteaux tirés au sujet des manifestations que tente depuis un certains temps d’organiser la coalition des 14 partis de l’opposition afin de maintenir la pression  sur le régime de Faure Gnassingbé.

Le bras de fer entre le pouvoir et l’opposition s’est encore matérialisé ce mercredi dans les rues de Lomé, premier jour de la marche de l’opposition pour le compte de cette semaine avec des échauffourées par endroit entre manifestants et forces de l’ordre.

Tout est en effet parti de la mésentente autour des itinéraires. Les échanges de courriers entre les responsables de la coalition et le ministre de l’administration territoriale n’ont pas fait bouger les lignes, tant chacun est resté campé sur sa position.

L’opposition n’a cependant pu manifester ce mercredi suivant son itinéraire voulu notamment à Lomé. Les manifestations ont été étouffées par les forces de l’ordre. Tôt dans la matinée, les points de départs prévus par l’opposition (la plage en face de l’hôtel Sancta Maria, Totsi et Mission Catholique d’Adidogomé) ont été bouclés par les forces de l’ordre empêchant tout rassemblement.

Alors qu’ils étaient en réunion au siège de la CDPA à Akassimé pour selon les informations, décider de la conduite à tenir, les leaders de la coalition affirment avoir été encore une fois pris à partie par les forces de l’ordre voulant les empêcher de descendre sur le terrain.

« Les points de rassemblement que nous avons prévus ont été pris d’assaut à la fois par des militaires, des gendarmes et la police. Et cela, naturellement, n’a pas facilité le regroupement des manifestants. Nous avons entrepris de nous réunir pour analyser la situation ? Nous étions en réunion quand le chef de file de l’opposition qui nous  rejoignait, a été accueilli par des gaz lacrymogènes », a expliqué la coordinatrice de la coalition, Mme Brigitte kafui Adjamagbo Johnson.

Les militants qui essayaient de se regrouper dans les environs d’Akassimé sont systématiquement dispersés à coup de gaz lacrymogène. Pour manifester leur mécontentement, ils ont essayé de poser des barricades sur la voie publique. Des courses poursuites sont signalées ça et là.

Malgré tout, l’opposition a appelé ses militants à sortir de nouveau ce jeudi, deuxième jour des manifestations.

Il faut rappeler que les exigences de la Coalition de l’opposition n’ont pas varié à savoir le retour à la Constitution originelle de 1992, le droit de vote de la diaspora, la révision du cadre électoral, les réformes institutionnelles  et la libération des prisonniers politiques entre autres.

David