Marchés publics : Des femmes et jeunes entrepreneurs outillés à Atakpamé

Marchés publics : Des femmes et jeunes entrepreneurs outillés à Atakpamé

SHARE
image_pdfimage_print

L’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) en collaboration avec le Fonds d’ Appui aux Initiatives Économiques des Jeunes (FAIEJ) et la Direction Nationale du Contrôle des Marchés Publics (DNCMP) ont organisé une session de formation sur les marchés publics à l’endroit d’une trentenaire de jeunes et femmes entrepreneurs à Atakpamé dans la préfecture de l’Ogou.

Cette formation de cinq jours qui a pris fin le 30 Mars dernier a permis aux participants de disposer de connaissances requises pour participer directement aux appels d’offres dans le cadre des marchés publics.

Il s’agissait de leur indiquer les sources et les stratégies d’accès aux informations relatives aux marchés publics ainsi que les droits et devoirs des acteurs privés de la commande publique.

Le Directeur Général de l’ARMP, M. Kapou René a expliqué que ces sessions de formation initiées depuis le 28 Février 2018 à l’intention des femmes et jeunes entrepreneurs togolais constituent l’autre volet de la concrétisation de la mesure du Chef de l’État qui est d’accorder 20 % de la part des marchés publics aux femmes et jeunes entrepreneurs.

La Directrice Générale du Fonds d’Appui aux Initiatives Economiques des jeunes (FAIEJ), Mme Sahouda Gbadamassi-Mivedor a pour sa part souligné que depuis l’annonce de cette mesure, plusieurs actions ont été menées afin de la rendre plus opérationnelle notamment la tenue des séances de sensibilisations par le Conseil National de la Jeunesse (CNJ), la création du site web http:www.pjfe.dncmp-Togo.com par la DNCMP pour l’enregistrement des Jeunes et femmes entrepreneurs ainsi que le guichet unique pour alléger les démarches d’obtention des pièces administratives notamment à Lomé, Atakpame et Kara.

« Le cadre de gestion des marchés publics au Togo », « les droits et obligations des opérateurs économiques », « la vielle commerciale en marché publics », « les techniques d’analyse de la demande des autorités contractantes et de la pratique de montage d’une offre concurrentielle » ont été les principales thématiques développées au cours des échanges.

Il faut souligner que l’ouverture des travaux a été présidée par le préfet de l’Ogou, M. Akakpo Edoh.

Evrard NOMANYO