Mesure d’apaisement : Faure Gnassingbé accorde une grâce présidentielle à 07 détenus

Mesure d’apaisement : Faure Gnassingbé accorde une grâce présidentielle à 07 détenus

SHARE
Faure Gnassingbé
Faure Gnassingbé
image_pdfimage_print

Sept (07) détenus dans les prisons civiles de Lomé et de Kpalimé viennent de bénéficier d’une grâce présidentielle de la part de Faure Gnassingbé, a-t-on appris ce mardi de source officielle. Une décision qui s’inscrit dans le cadre de la poursuite des mesures d’apaisement recommandées par les facilitateurs de la crise togolaise à l’issue du dernier round du dialogue politique tenu le 27 juin dernier à Lomé.

« Par décret présidentiel N°2018-121/PR du 16 juillet 2018, sept (07) détenus dans les prisons civiles de Lomé et de Kpalimé reconnus par la justice coupables de diverses infractions commises lors des dernières manifestations politiques et condamnées selon les lois en vigueur, ont bénéficié d’une réduction de peine », indique en effet une note de la Présidence de la République parvenue à notre Rédaction. Par ailleurs, douze (12) autres détenus de la prison civile de Mango ont également bénéficié d’une liberté provisoire.

Il s’agit de personnes condamnées et détenues pour des infractions commises lors des manifestations politiques de ces derniers mois à travers le pays.

Selon les services de communication de Faure Gnassingbé, « ces mesures témoignent une fois de plus de la volonté manifeste du Président de la République, premier Magistrat du pays, de poursuivre les initiatives en faveur de l’apaisement de la situation sociopolitique et la préservation de la concorde nationale ».

Lors de la dernière séance du dialogue politique inter-togolais, les Présidents Nana Akufo-Addo du Ghana et Alpha Condé de la Guinée avaient félicité le Gouvernement pour les mesures d’apaisement déjà prises et l’ont encouragé à les poursuivre notamment par la libération des personnes arrêtées lors des manifestations politiques.

Il faut souligner que pour une sortie de crise, le Togo est dans l’attente des recommandations de la CEDEAO dont les Chefs d’Etat et de Gouvernement tiennent le 31 juillet prochain à Lomé, leur prochaine session avec la crise togolaise au centre des débats.

Cris DADA