Naissance d’un nouveau regroupement de partis politiques au Togo

Naissance d’un nouveau regroupement de partis politiques au Togo

SHARE
Des responsables du Groupe des Centristes
Des responsables du Groupe des Centristes
image_pdfimage_print

Le Togo vient d’enregistrer un nouveau regroupement de partis politiques. Il s’agit du « Groupe des Centristes » composé (du moins pour le moment), de trois partis politiques notamment le Nouvel Engagement Togolais (NET), la Convergence Patriotique Panafricaine (CPP) et le Parti Démocratique Panafricain (PDP).

Face à la presse ce vendredi à Lomé, ce regroupement de partis, coordonné par Francis Ekon (Président de la CPP), a affirmé sa volonté de défendre sa position au milieu des deux grands acteurs de la scène politique actuelle à savoir le pouvoir et la coalition des 14 partis de l’opposition.

Le Groupe des Centristes se dit convaincu que seul le dialogue avec un esprit de consensus reste l’unique moyen pour permettre au Togo de sortir de la crise et se remettre sur les rails d’une démocratie apaisée. Les trois partis disent constater avec regret, la bipolarisation extrême de la classe politique avec d’une part, le régime UNIR de Faure Gnassingbé et d’autre part, la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition.

Dans un mémorandum rendu public, le NET, la CPP et le PDP ont par ailleurs formulé une série de recommandations pour une sortie de crise au Togo.

« Il nous apparaît qu’une nouvelle constitution conservant les fondamentaux de la Constitution originelle de 1992 mais amendée par les apports de tous les bords politiques et particulièrement par les travaux du HCRRUN sur les réformes politiques, peut davantage réconcilier les togolais », ont-ils proposé dans le mémorandum lu par le président du NET, Gerry Taama, Secrétaire du Groupe.

En outre, pour le Groupe des Centristes, la candidature ou non de l’actuel Chef de l’Etat Faure Gnassingbé aux prochaines élections présidentielles devrait faire l’objet d’un accord politique séparé des questions constitutionnelles et du cadre électoral.

Le NET, la CPP et le PDP tiennent également aux réformes constitutionnelles et à l’amélioration du cadre électoral qui selon eux, sont d’une importance capitale. « Le contentieux électoral est la principale cause des violences survenues au Togo au cours des 27 dernières années », ont-ils fait savoir.

Le Groupe des Centristes a affirmé son ouverture à d’autres partis politiques et sa disponibilité à verser ses propositions dans le débat politique actuellement en cours au Togo.

Cris DADA