Notsè, ville hôte de la 4ème édition de la campagne de lutte...

Notsè, ville hôte de la 4ème édition de la campagne de lutte contre les faux médicaments

SHARE
image_pdfimage_print

Du 24 au 26 août prochain,  Notsè le Chef-lieu de la préfecture de Haho sera le pole d’attraction à la faveur de la 4è édition de la campagne de sensibilisation contre les faux médicaments. Une initiative portée par le Club RFI-Togo.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), près de 100.000 personnes meurent par an en Afrique à cause des médicaments contrefaits. Au Togo, l’Ordre national des pharmaciens estime que 60 à 70 % des médicaments sont faux et la plupart des populations demeurent toujours dans l’ignorance malgré les efforts du gouvernement et de la société civile. C’est sur la base de ces constats que le Club Radio France internationale au Togo (RFI-Togo) a décidé depuis quelques années d’attirer l’attention des populations sur les conséquences nuisibles de ces produits contrefaits.

Pour l’édition de cette année 2018 qui est la 4è, le thème choisi est : « Les faux médicaments, un crime contre l’humanité ». Plusieurs activités sont au programme parmi lesquelles des consultations foraines de dépistage du VIH/Sida, des conférences-débats, des jeux-Kermesses, ainsi qu’un festival de football doté de prix.

D’après le Président du Club RFI-Togo, Amouh Bienvenu, cette organisation répond à la nécessité d’éveiller la conscience de ces personnes qui méconnaissent encore les effets secondaires et les dangers de la prise des faux produits pharmaceutiques.

«Le phénomène devient récurrent.  Les étalages de faux médicaments se retrouvent à chaque coin de rue dans presque toutes les villes du Togo. C’est la raison pour laquelle à chaque édition, le club RFI-Togo met les bouchées doubles pour aller au fin fond du pays, histoire de toucher ceux qui ignorent encore ce fléau qui tue plus que les armes »,  a-t-il indiqué.

Soulignons que cette campagne placée sous la Présidence de la Directrice de RFI, Marie Christine Saragosse est parrainée par le Préfet de Haho. Elle se veut un cadre d’échanges et de partage sur les questions liées aux risques de consommation de ces produits d’origine douteuse qui inondent malheureusement les marchés d’Afrique.

Espoir AMEHOASSI