Offensive diplomatique de la coalition de l’opposition en prélude au dialogue politique

Offensive diplomatique de la coalition de l’opposition en prélude au dialogue politique

SHARE
Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, coordinatrice de la Coalition lors d’un meeting à Lomé
Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, coordinatrice de la Coalition lors d’un meeting à Lomé
image_pdfimage_print

L’heure n’est pas du tout repos à la Coalition des 14 partis de l’opposition à quelques jours du dialogue politique dont les travaux préparatoires s’ouvrent ce jeudi 15 février.

Selon les informations parvenues à notre Rédaction, une délégation de la coalition est attendue ce mardi à Abuja pour y rencontrer le président nigérian Muhammadu Buhari et son prédécesseur Olusegun Obasanjo, celui là-même qui a été témoin des conditions de l’avènement de Faure Gnassingbé au pouvoir en 2005 au Togo.

Première puissance dans la sous-région ouest africaine, le Nigéria fait figure de « poids lourd » au sein de la communauté sous régionale. Muhammadu Buhari a à plusieurs reprises affiché son inquiétude face à la crise qui secoue le Togo depuis août 2017. Le dirigeant du géant de la sous-région n’a pas l’intention de voir se développer un nouveau foyer de tension dans la région.

Le week-end prochain, une autre rencontre est prévue aux USA entre le Secrétaire d’Etat Américain et la délégation de la Coalition de l’opposition qui aura également à rencontrer le congrès américain. Des rendez-vous qui font suite à la réception accordée aux leaders de la Coalition la semaine dernière à Lomé par l’ambassadeur des USA au Togo.

Les travaux proprement dits du dialogue démarreront le 19 février prochain à Lomé sous la direction du Chef d’Etat ghanéen, Nana Akufo-Addo. Des voix s’élèvent déjà pour un heureux aboutissement des pourparlers. Vendredi 09 février dernier, la Coordination du Système des Nations Unies, la délégation de l’Union Européenne, et les Ambassades de France, de la République Fédérale d’Allemagne et des Etats-Unis d’Amérique au Togo ont dans une déclaration conjointe, encouragé les acteurs de la classe politique togolaise à travailler de bonne foi au cours de ce dialogue pour aboutir à un consensus sur les réformes institutionnelles et constitutionnelles et leur mise en œuvre.

Cris DADA