Première étape réussie pour l’adoption de la Charte de Lomé

Première étape réussie pour l’adoption de la Charte de Lomé

SHARE
Robert Dussey très ravi après l'adoption du projet de Charte
Robert Dussey très ravi après l'adoption du projet de Charte
image_pdfimage_print

Après son adoption par le Comité des représentants permanent (COREP) de l’Union africaine (UA) mardi dernier, le Conseil exécutif, réuni ce jeudi à Lomé vient de donner leur Ok à la « Charte de Lomé » sur la sécurité et la sûreté maritime, et le développement en Afrique.

Parole sera donnée finalement aux chefs d’Etat et de gouvernement lors du Sommet le samedi prochain pour son adoption.

C’est déjà une bonne nouvelle pour le Président de la République, Faure Gnassingbé et son gouvernement et pour toute l’Afrique.

Le ministre des Affaires  étrangères, de la Coopération et de l’intégration africaine, Robert Dussey s’est réjoui de l’adoption de ce texte par l’ensemble des ministres des Affaires étrangères.

Le temps est venu pour que  l’Afrique se dote d’un instrument propre à elle. C’est d’ailleurs ce qui explique l’adoption de ce texte à l’unanimité en entendant son adoption finale par les chefs d’Etat.

« C’est un document important pour la sécurité, la sureté et le développement. 90% échanges en Afrique s’effectuent par la mer, en import comme export. C’est donc un défi important », a indiqué Moussa Faki Mahamat, Président du Conseil exécutif de l’UA.

Il faut rappeler que des amendements ont été apportés au texte notamment en ce qui concerne son nom, sa forme et les aspects de sécurité et de sûreté maritimes.

L’adoption de cette Charte permettra d’établir un cadre unifié de lutte contre les menaces pesant sur l’espace maritime, la promotion du commerce, l’exploitation des immenses potentialités du domaine maritime, la création de richesse et d’emplois dans plusieurs secteurs, bref le développement  d’une économie bleue de toutes ses dimensions.

Le Conseil exécutif de l’UA est composé des ministres des Affaires étrangères et de représentants des Etats membres.

Joseph Ahodo