La presse togolaise entre avancées, stagnations et régressions…

La presse togolaise entre avancées, stagnations et régressions…

SHARE
image_pdfimage_print

La presse togolaise a certes réalisé ces dernières années, des avancées mais aussi des stagnations et d’inquiétantes régressions. C’est ce qui ressort de l’analyse croisée de trois rapports du Baromètre des médias africains pour ce qui concerne le Togo entre 2010 et 2017.

L’édition 2017 du Baromètre de médias africains publié ce mercredi 14 février à Lomé renseigne qu’au nombre des avancées de la presse togolaise, il est à noter la mise en place de la loi de 2016 sur l’accès à l’information et à la documentation publique de même que la multiplicité des ressources d’information avec l’apparition de nouveaux médias notamment en ligne.

Cependant, précise le rapport, les médias togolais sont restés peu viables économiquement et ils sont politisés dans la grande majorité. « Le marché de la publicité est très étroit au Togo. Dans le privé, ce sont les entreprises de télécommunications qui sont les principaux annonceurs. Quant au Gouvernement, il a tendance à placer ses annonces dans les médias qui ne lui sont pas hostiles », indique le rapport qui ajoute : « Les journalistes togolais sont mal rémunérés. En fait, on ne peut pas parler de salaire (…) ».

En ce qui concerne les régressions, le rapport souligne la dégradation de la liberté d’expression et surtout le non respect des normes professionnelles par les acteurs des médias eux-mêmes.

« Les publications écrites d’Etat souffrent de l’ingérence des pouvoirs publics. Cette ingérence se fait souvent par l’intermédiaire de haut fonctionnaires zélés », peut-on lire dans le document réalisé avec l’appui de la fondation Friedrich Ebert Stiftung (FES).

« Ces points de stagnation et de régression ne doivent pas constituer une source de découragement, mais au contraire, une motivation supplémentaire pour s’engager résolument dans la voie de la recherche de réponses efficaces à ces défis », recommande Dr. Rudolf Traub, représentant résident de la fondation Friedrich Ebert Stiftung au Togo.

Le Baromètre des médias africains (BMA) est une description approfondie et une évaluation de l’environnement médiatique sur le continent. Le BMA est en fait, un exercice d’auto-évaluation effectué par des africains. Les analyses permettent d’évaluer l’environnement des médias d’un pays et servent également d’instrument de lobbying pour des réformes dans le secteur des médias.

David SOKLOU