Lomé/ Résidence Renaissance : Une villa de type « F7 » à...

Lomé/ Résidence Renaissance : Une villa de type « F7 » à environ 02 milliards de F CFA !

SHARE
Villa F7 sur 3000 m²
Villa F7 sur 3000 m²
image_pdfimage_print

Au rang des types de villas et autres appartements à réaliser sur le site de la Résidence Renaissance, un projet immobilier porté par la Caisse nationale de Sécurité Sociale (CNSS) du Togo, figure une villa de type F7 de la tranche Privilège à bâtir sur 3000 m². Le coût d’acquisition, à partir de 1 943 213 303 F CFA !

C’est une Villa et dépendance de 1047 m² et 112 m², de 3 niveaux sur une parcelle de 3000 m² avec piscine donnant sur 2 rues comprenant au sous-sol, une salle polyvalente, une chambre de service, une chambre, une cave, une buanderie, des locaux techniques et de batterie d’énergie solaire, cinéma et salle de fitness. Au rez-de-chaussée : Un séjour, un salon, une salle à manger, 2 chambres, un bureau, une chambre-suite, les dépendances, Jacuzzi et sauna. Au R+1 il y a un vide sur séjour, une chambre-suite principale, 2 chambres et des balcons.

Lancé le 20 avril dernier, le projet immobilier de la Résidence « Renaissance » est localisé à Lomé sur un terrain délimité par la Résidence du Bénin, la Cité Millénium, l’Avenue Jean Paul II, le Boulevard de Lomé II et l’Avenue Akei.

Le projet produira sur un terrain d’une superficie de 55 hectares, un total de 394 villas classées dans les tranches Chic, Exécutive, Luxurios et Privilège, 205 appartements dans la Tranche Smart (avec des prix variant entre 18 500 000 et 75.000.000 de F CFA), un (01) centre commercial, des immeubles à usage commercial comprenant des bureaux, des boutiques et des apparts-hôtels.

A la CNSS, l’on explique que le projet ne se présente pas sous la forme d‘une opération commerciale, mais un moyen permettant de doter la sécurité sociale de moyens financiers supplémentaires pour offrir une couverture sociale au maximum de togolais.

Le projet permettra de créer 6000 emplois directs tout en assurant le renforcement de l’employabilité des jeunes artisans du métier des BTP, selon Ingrid AWADE, Directrice générale de la CNSS.

David