Santé/ Une baisse « à priori » de la consommation du tabac...

Santé/ Une baisse « à priori » de la consommation du tabac au Togo

SHARE
image_pdfimage_print

Même s’il n’y a pas encore une enquête exhaustive sur l’évolution de la consommation du tabac au Togo, le suivi qui se fait par la coordination togolaise de la lutte anti tabac depuis deux ans sur la base du nombre de paquets de cigarettes vendus dans le pays laisse apparaitre une baisse de la courbe de la quantité de cigarettes vendues. Ce qui laisse penser qu’à priori, avec les opérations de sensibilisation, il y a une diminution de la consommation du tabac au Togo, à en croire le Dr. Vincent Koumako, coordonnateur national du programme anti-tabac.

Invité dans l’émission « Santé d’abord » sur le plateau de la Télévision nationale (TVT) dans le cadre de la célébration ce 31 Mai de la Journée mondiale sans tabac pour le compte de cette année 2017,  le Dr Vincent Koumako a souligné que la vision est de parvenir à enrailler le tabagisme que ce soit au Togo ou dans le monde, ce qui selon lui, est possible si les uns et les autres arrivent à prendre réellement conscience des complications liées au tabagisme. Il est en outre revenu sur tous les méfaits liés à la consommation du tabac.

« De tous les produits que consomme l’homme, le tabac est le seul à n’avoir aucun effet positif sur l’organisme à court, moyen et long terme », a-t-il fait savoir.

« Aujourd’hui, le tabac contient plus de 4.000 substances toxiques pour l’organisme et le tabac est un produit qui entraine un problème au niveau de la multiplication des cellules et donc le cancer. Tous les organes sont à même de développer un cancer à un moment donné de la consommation du tabac », a ajouté Dr Koumako.

À l’occasion de la célébration de cette journée mondiale sans tabac 2017, l’Organisation mondiale de la Santé souligne également pour sa part, la façon dont cette substance met en péril le développement des nations du monde entier. L’institution onusienne lance à cet effet, un appel aux  gouvernements à appliquer des mesures fortes de lutte antitabac. Lesquelles mesures comprennent l’interdiction du marketing et de la publicité pour le tabac, la promotion du conditionnement neutre pour les produits du tabac, l’accroissement des droits d’accise et l’interdiction du tabac dans les lieux publics intérieurs et les lieux de travail.

Les produits du tabac sont des produits fabriqués entièrement ou partiellement sur la base de feuilles de tabac et destinés à être fumés, sucés, chiqués ou prisés. Ces produits contiennent tous de la nicotine, un agent psychotrope qui entraîne une forte dépendance. Bien que le tabagisme soit l’un des principaux facteurs de risque de plusieurs maladies chroniques, à l’image du cancer, des affections pulmonaires et autres maladies cardiovasculaires, il demeure malheureusement très répandu dans le monde.

« La consommation de tabac tue plus de 7 millions de personnes chaque année et coûte aux particuliers et aux gouvernements plus de 1400 milliards de dollars (US $) en dépenses de santé et en perte de productivité », précise un communiqué de l’OMS.

David