Sécurité Maritime : Eric KPADE, optimiste sur « La Charte de Lomé...

Sécurité Maritime : Eric KPADE, optimiste sur « La Charte de Lomé ».

SHARE
ERIC KPADE
ERIC KPADE
image_pdfimage_print

A la faveur du Sommet Extraordinaire des Chefs d’Etats et de gouvernements de  l’Union Africaine  sur la sureté, la  sécurité maritime et le développement en Afrique  qui se tiendra du 10 au 15 octobre prochains  dans la capitale togolaise, l’homme politique Eric KPADE, ancien 1er  Vice-président de l’Assemblée nationale  et cadre du  parti UNIR  se confie à notre rédaction à travers une interview sur les réels enjeux et les retombées de cette rencontre internationale  pour le Togo. Il affirme que les dirigeants africains vont pouvoir trouver lors de ce sommet  un terrain d’entente en ce qui concerne la prévention de la piraterie. Lisez plutôt.

La rédaction : Bonjour Mr Eric KPADE !                                          

Eric KPADE: Bonjour !

La rédaction: Pourquoi un sommet sur la sécurité maritime et quels intérêts pour le Togo ?

Eric KPADE : Je vous remercie sincèrement de me donner l’opportunité de sortir  la tête de ma tanière pour me prononcer sur ce sujet capital et profiter par la même occasion pour vous dire merci à vous les journalistes en général  qui vous battez pour informer l’opinion.

Le Togo, occupé par ses engagements de développement au profit de ses citoyens, s’est éloigné un peu de ce qui faisait son honneur sur le plan international et diplomatique. Aujourd’hui l’opportunité a été donnée au Togo de poursuivre le travail qui a été fait au Cameroun en juin 2013 sur la sécurité maritime. Il faut relever  que la superficie de la terre est occupée à plus de 2/3 par les océans et que dans le commerce international,  le pourcentage des trafics maritimes  est plus  élevé par rapport aux trafics aériens et  terrestres notamment.

En effet, c’est une urgence et une nécessité pour nos pays d’assurer la sécurité des personnes et des biens, eu égard au contexte d’insécurité  dans le Golfe d’Aden, et plus récemment sur nos côtes dans le Golfe de Guinée. La piraterie est née subitement et se renforce sur nos côtes. A un moment donné,  on  croisait les bras face à certaines situations comme si cela ne nous concernait pas. Au fur et à mesure que les années passent, on se rend compte qu’aucun Etat n’est à l’abri de la piraterie. Personnellement, ce Sommet Extraordinaire de l’Union  Africaine  sur la sûreté  et  la sécurité maritimes et le développement en Afrique, est capital d’autant plus que, non seulement il nous permet d’interpeller les Etats, les gouvernements ainsi que les leaders du monde économique  à définir une feuille de route sur la sécurité maritime en Afrique à travers la Charte de Lomé.

La rédaction: Quels impacts ce sommet peut-il avoir sur les économies africaines?

Eric KPADE : Lorsqu’un navire ou un bateau quitte  l’Europe, l’Amérique ou l’Asie en direction de notre continent africain, il  est nécessaire que ce navire puisse parvenir à bon port ! Au-delà de ceci, la sécurité dans nos différentes eaux nous permettra de préserver également nos ressources aquatiques. En laissant quiconque en avoir accès sans un contrat et ne pas protéger ce qui nous appartient, et bien ce sont les pirates, les bandits de grands chemins qui vont s’en approprier et nos populations vont  demeurer dans la précarité. Dans ces conditions,  vous comprenez que  c’est un sujet de taille quand on pense  aussi au profit que la jeunesse togolaise pourra tirer de cette période courte, où l’hôtellerie va fonctionner,  des relations entre personnes se tisseront qui dans un ou deux ans peuvent aboutir à  des contrats d’affaires. Sans cette occasion de ce Sommet, on n’aura pas toutes  ces opportunités.  Voilà pourquoi j’apprécie à plus d’un titre ce sommet qui aura lieu  dans les prochains  jours dans notre pays.

 La rédaction: Il y a certains Togolais qui se  trouvent dans  des hôpitaux qui manquent de lits, de scanners etc… et trouvent inopportun l’organisation de ce Sommet.  Qu’en dites-vous ?

 C’est parfois réelles  toutes ces préoccupations, cependant  quand vous jetez un regard sur les réformes que le Chef de l’Etat entreprend  au Togo depuis qu’il est arrivé au pouvoir, ce sont des réformes politiques, des réformes stratégiques, et économiques. Dans ce cas précis, vous n’êtes pas sans savoir que beaucoup d’investissements ont été faits dans le domaine de la santé. Mais si aujourd’hui toutes ces populations ne sont pas encore satisfaites, comprenez simplement qu’on ne peut pas non plus attendre que toutes ces mesures soient satisfaites à cent pour cent près avant d’aller  faire autre chose. Le Sommet n’entrave en rien les démarches qui se font dans le domaine de l’éducation, dans le domaine de la santé. Par contre après le Sommet, nous continuerons par vivre et ce qui se fait dans le pays se poursuivra certainement.

La rédaction: Environ 3000 personnalités sont attendues dans notre pays, pensez-vous que le Togo dispose d’infrastructures requises pour accueillir nos hôtes? 

Eric KPADE : Il faut que je vous le dise tout suite, selon mes  informations,  le Togo dispose d’infrastructures  pouvant contenir et assurer le séjour de tous les participants par rapport au moyen dont nous disposons et au regard des différentes annonces des délégations des différents Etats. Le recensement a été fait à la taille des infrastructures devant abriter le sommet.  Il faut souligner que tout se passe sous l’égide des Nations Unies avant que le secrétariat de l’UA n’organise les choses. Le Togo n’est pas à son premier exercice dans l’organisation des grands évènements. Je suis persuadé qu’ils ont sûrement pris les dispositions pour que chacun  puisse trouver  une couchette  pendant la tenue de ce grand évènement.

La rédaction: De la réussite de ce sommet devons-nous s’attendre au retour du Togo au-devant de la scène internationale?

Eric KPADE : Ah  oui ! Sûrement,  c’est une affaire de confiance. Et sans cette confiance  entre les autres les  pays de l’Union Africaine,  le Secrétariat Général des Nations Unies,  le Secrétariat Exécutif  de l’UA et tout le reste, l’on  n’aurait pas  accepté que ce Sommet se tienne à Lomé. Voilà pourquoi chacun devait mettre de son meilleur pour que pendant le séjour de nos hôtes, chacun puisse jouer parfaitement son rôle. Pour qu’en sortant de ce Sommet, la moindre opportunité  provenant  des autres puisse nous revenir. A travers ce sommet,  des hôtels vont se faire connaître, les restaurateurs vont se faire connaître.  A partir de ce Sommet, pour moi personnellement, je souhaiterai que d’autres opportunités puissent suivre au profit de nos activités économiques.

La rédaction : Avant tout,  vous êtes un politique  et il y a le  bloc  politique  de l’opposition  CAP 2015, qui projette d’organiser des manifestations, ne pensez-vous pas que cela   impacte négativement le succès du sommet ?

 

Eric KPADE : Je ne pense pas, tous les esprits éclairés  pourront comprendre donc que, c’est parce que justement dans notre pays la démocratie  bat son cours effectivement; que la liberté d’expression est réelle sans ambages et qu’en conséquence ceux-là peuvent élever leurs voix en toute liberté. Mais,  ce que je demanderais,  c’est qu’ils le fassent dans moins de bruit en respectant les lois de la République pour que leur message puisse passer dans le respect de la liberté d’autrui et que tout le monde puisse se retrouver dans une bonne quiétude.

La rédaction : Pourquoi  les questions sécuritaires préoccupent tant le monde en général et le Togo en particulier ?

En ce qui concerne la sécurité dans le monde entier aujourd’hui, certains théoriciens pensent que nous avons entamé la 3ème guerre mondiale. Aucune économie ne peut survivre en restant en autarcie et penser que l’insécurité est une affaire des autres et dire que ce qui se passe chez le voisin  ne le concerne pas.

Je l’ai déjà dit, la superficie de la mer dépasse largement celui de la terre. Et quand on prend notre pays le Togo, il n’a que 50 km de côtes. Le gouvernement sous l’impulsion du Président de la République Faure GNASSINGBE, a modernisé les moyens de l’armée marine de notre pays pour que cette dernière puisse faire son devoir en surveillant les côtes togolaises.  Si on se contente de la sécurité terrestre en oubliant celle réservée aux océans, on pourrait être surpris désagréablement. C’est vrai que même en ce qui concerne les airs, la surveillance se fait par les satellites et autres. Mais si les pirates prennent le pas sur nos Etats, en passant du Golfe d’Aden au Golfe de Guinée, il nous revient de commencer par réfléchir.

La rédaction: Pensez-vous que Lomé  sera un nouveau départ pour le défi sécuritaire maritime ?

Eric KPADE : Je parie qu’à partir de la charte du Sommet de Lomé,  nous allons pouvoir trouver un terrain d’entente en ce qui concerne la prévention de la piraterie. C’est ça l’enjeu principal de ce Sommet. Si nous n’assurons pas cette  sécurité, nos ressources  halieutiques,  pétrolières qui sont pour la plupart  dans sous les océans, seront pillées. C’est pour cela que déjà en juin 2013 au Cameroun,  le travail a été fait en partie. Et c’est la suite de ce travail qui sera fait par le Sommet de Lomé, où nous allons pouvoir assurer la quiétude entre nous sur notre continent et en même temps,  assurer la surveillance de nos ressources qui nous appartiennent naturellement pour demain et que nos enfants ne soient pas entièrement dépouillés de ce qui leur revient de droit.

La rédaction: Mr Eric KPADE, merci,  

Eric KPADE : Merci infiniment et à très bientôt !

Interview réalisée par la Rédaction  de l’Agence LA VERTE