Tikpi Atchadam ne veut pas d’une transition avec Faure Gnassingbé au pouvoir

Tikpi Atchadam ne veut pas d’une transition avec Faure Gnassingbé au pouvoir

SHARE
Tikpi Atchadam
Tikpi Atchadam
image_pdfimage_print

Au sein de la Coalition des 14 partis de l’opposition, l’on ne semble plus avoir les mêmes positions en termes de propositions pour une sortie de crise au Togo.

La Coalition, face à la presse lundi dernier, avait préconisé un gouvernement de transition politique avec l’actuel Chef de l’Etat Faure Gnassingbé, laquelle transition qui, selon les propositions de l’opposition, devrait aboutir à l’organisation des élections présidentielles de 2020 sans une candidature de Faure Gnassingbé.

Pour Tikpi Atchadam, le leader du Parti National Panafricain PNP (parti membre de la Coalition), il n’est pas question d’un gouvernement de transition ou d’union nationale avec Faure Gnassingbé encore au pouvoir.

« Il n’est pas question d’un gouvernement d’union nationale. Il est question d’une transition sans Faure Gnassingbé, laquelle transition nous conduira aux élections présidentielles, législatives et locales. Une transition n’est pas un gouvernement d’union. L’expérience de 1990 est encore fraîche dans la mémoire collective des togolais », a martelé Tikpi Atchadam dans un entretien accordé à nos confrères de FM Liberté au lendemain de la sortie médiatique de la Coalition.

« Le schéma, c’est la démission de Faure Gnassingbé. On ouvre une transition qui nous conduit aux élections, c’est tout », a-t-il ajouté, précisant qu’il est impossible de faire tout ce qui a été fait jusqu’à aujourd’hui (manifestations politiques) pour des portefeuilles ministériels.

Il faut rappeler que les souhaits de la Coalition avaient été rejetés par le parti au pouvoir qui en retour, avait fait des propositions aux leaders de l’opposition. Au cours de la dernière séance du dialogue, le facilitateur Nana Akufo-Addo avait pourtant encouragé le pouvoir et l’opposition à ne pas fermer la porte aux propositions faites par les uns et les autres mais de prendre en considération l’intérêt supérieur de la nation afin de parvenir à un consensus pour une sortie de la crise dans laquelle est plongé le Togo depuis août 2017.

Cris DADA