Le Togo appelle à un renforcement des actions du CILSS pour une...

Le Togo appelle à un renforcement des actions du CILSS pour une sécurité alimentaire au Sahel

SHARE
Le Premier ministre lors de son intervention
Le Premier ministre lors de son intervention
image_pdfimage_print

Face aux risques des changements climatiques, le Togo a lancé un appel en faveur d’un renforcement des actions du Comité permanent Inter-Etats de Lutte Contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) pour une résilience et une sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations. C’était lors de la 18ème session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’institution tenue le 7 février 2018 à Niamey au Niger.

C’est le Premier ministre Komi Sélom Klassou qui a délivré le message du Chef de l’Etat Faure Gnassingbé, Président en exercice de la CEDEAO au cours de ces assises qui ont permis aux Chefs d’Etat de la sous région d’échanger sur les mesures à prendre pour favoriser l’efficacité des actions du CILSS dans une région particulièrement confrontée à la sécheresse et à d’autres catastrophes naturelles notamment les inondations.

Le message de Faure Gnassingbé a été un appel à « une approche globale mais cohérente » visant le renforcement de l’intégration et l’harmonisation des décisions et actions en vue d’atteindre les résultats escomptés. Il a d’abord salué les efforts du CILSS avant d’exhorter les Etats, au-delà des efforts déployés pour améliorer la production agricole, à travailler à garantir les conditions de paix, de sécurité et de libre circulation des personnes et des biens qui dit-il, sont des préalables indispensables au progrès et au développement durable de la sous-région.

Au cours de cette 18ème session, les Chefs d’Etat ont réitéré leur engagement pour un sahel prospère, en paix et en sécurité, où il fait bon vivre. Ils restent convaincus que les actions engagées avec le concours des institutions sous-régionales à l’image de la CEDEAO, l’UEMOA, le CILSS et le G5 Sahel permettront, à très court terme, de concrétiser de manière significative les efforts de lutte contre la sécheresse et la criminalité transnationale.

Il faut souligner qu’au terme des travaux, le président malien Ibrahim Boubacar Keita a passé le témoin au président Rock Marc Christian Kaboré du Burkina Faso à la tête du CILSS pour un mandat de deux ans.

Pour rappel, le CILSS a été créé le 12 septembre 1973 suite aux grandes sécheresses qui ont frappé le sahel au début des années 70. Il regroupe 13 Etats, dont le Togo, et a pour mission principale, l’investissement dans la recherche de la sécurité alimentaire et dans la lutte contre les effets de la sécheresse, de la désertification et du changement climatique.

David S.