Togo : La cité de Nangbéto au rythme de la danse KAMOU

Togo : La cité de Nangbéto au rythme de la danse KAMOU

SHARE
Une image de la danse
Une image de la danse
image_pdfimage_print

L’aire de jeu de la cité de Nangbéto dans la préfecture de l’Ogou a vibré ce samedi 20 janvier au rythme de la danse traditionnelle Kamou. Organisée par les ressortissants de la Kozah dans la localité, cette manifestation s’inscrit dans le cadre des activités culturelles et du vivre ensemble entretenues par les habitants de la cité et de ses environs.

Cette danse a regroupé non seulement les populations de Nangbéto, mais aussi celles des villages environnants notamment Ataké, Agnigbavo, Findigue, Akparé, et une délégation venue d’Atakpamé et de Lomé.

Poussant des cris de joie, les danseurs ont remercié Dieu de leur avoir permis de se retrouver ce jour autour de la danse Kamou. Dans l’arène, ceux-ci, moites de sueur, ont rivalisé d’ardeur à travers leur savoir-faire, leurs traditions. Castagnettes, branchages, massues, carquois, sifflets, flûtes, gongs aux poings, ils se trémoussaient dans une symphonie envoutante sous des regards des premiers responsables de la cité de Nangbéto.

Certains dansaient chemise déchiré, peints d’argile, de cendre, d’autres au contraire, s’étaient masqués de peaux de bêtes d’animaux sauvages, retenant ainsi dans une chorégraphie harmonieuse, l’attention des spectateurs qui émerveillés et séduits par ce beau spectacle, se muaient en des danseurs spontanément.

Au fur et à mesure que les minutes s’égrenaient, l’ambiance grandissait avec l’arrivée de bon nombre de personnes qui venaient gonfler les rangs des danseurs. De temps à l’autre, les chorégraphes abandonnaient le cercle, la gorge asséchée pour aller boire de la boisson locale tchoukoutou chez les dames visiblement joyeuses, qui leur servaient avec sourire.

Aux environs de 18 h30 mn, la danse Sô a pris place de celle de Kamou. Le public emporté par le rythme et la danse Sô rentra dans l’ambiance qui s’est dirigée chez le président d’organisation où un comité les attendait. Selon le président, cette danse vise à renforcer l’unité entre les populations de la cité et de ces environs sans distinction de race ni d’ethnie, promouvoir le vivre ensemble  et permettre à la génération de suivre le chemin des sages.

Le directeur de la centrale hydroélectrique de Nangbéto, M. Kpangon Pascal a salué l’initiative et a souligné que pour la circonstance, la cité a retrouvé les populations qui se sont déplacés pour renouer avec les valeurs ancestrales, dans la grande ferveur, la gaieté et le partage, une atmosphère que personne ne souhaite se faire conter. « Cette danse initiée chaque année apporte de la joie, de l’ambiance et l’amour au sein de la population de Nangbéto et de ses environs », a-t-il fait savoir.

De retour de Nangbéto, Evrard NOMAYNO