Togo / Un dialogue inclusif pour venir à bout des problèmes fonciers

Togo / Un dialogue inclusif pour venir à bout des problèmes fonciers

SHARE
Le Premier ministre, Komi Sélom Klassou ouvrant les travaux
Le Premier ministre, Komi Sélom Klassou ouvrant les travaux
image_pdfimage_print

Face aux multiples problèmes fonciers avec des conséquences souvent désastreuses, le gouvernement togolais prend ses responsabilités et engage un dialogue inclusif et participatif. Un forum national vient de s’ouvrir dans ce sens ce mardi à Lomé autour du thème « Une gouvernance foncière inclusive pour un développement durable : le temps de l’action ».

Il s’agit d’un cadre de discussion qui permettra de mener des réflexions sur la politique foncière adaptée à la société togolaise avec l’apport des pratiques d’ici et d’ailleurs, afin d’affermir les textes en projets pour une meilleure gouvernance foncière dans le pays. C’est une démarche participative qui a impliqué tous les acteurs clés du foncier tant au niveau préfectoral, régional que national.  Le souhait du gouvernement est d’obtenir  un consensus social en ce qui concerne les législations devant dorénavant régir dans la transparence et en toute sécurité, le foncier au Togo.

Selon le Premier ministre Komi Sélom Klassou qui a présidé l’ouverture des travaux, ce forum marque une étape essentielle quant à l’important chantier qui vise à doter le Togo de nouvelles législations foncières. « Face à la pression démographique de plus en plus forte et les besoins fonciers liés à une telle dynamique, il nous faut opérer des réformes urgentes et courageuses afin de finir avec la précarité des droits qui engendre l’insécurité foncière et constitue à la fois une contrainte majeure à la croissance économique, pour enfin asseoir les propriétaires et les tiers acquéreurs légaux dans la plénitude du droit de propriété », a-t-il indiqué.

L’insécurité foncière, à en croire ses explications, est une conséquence de la complexité et des difficultés d’application d’une législation foncière surannée, sur fond de pratiques parfois illégales et opportunistes. De plus, dit-il, la méconnaissance des règles de droit, la difficile cohabitation du système coutumier et du droit moderne ont mis en exergue l’insécurité foncière dans le pays.

Pour le ministre togolais de l’Urbanisme, de l’habitat et du cadre de vie, Maître Fiatuwo K. Sessenou, les enjeux liés au foncier constituent de sources réelles de préoccupations pour l’ensemble des Togolais et confirment la pertinence de ce forum qui fait suite à une série de rencontres déjà organisées, dont la finalité est la quête de solutions idoines et durables à la problématique foncière au Togo.

Ce forum connait la participation de plus de 200 personnes notamment des représentants de la chefferie traditionnelle, des ministères impliqués, de la justice, des professionnels de l’immobilier, des notaires et des collectivités territoriales entre autres…

Certaines délégations venues du Bénin, du Burkina-Faso, du Sénégal, de la Côte d’Ivoire, du Cameroun, du Rwanda et du Maroc prennent également part aux échanges qui dureront quatre jours.

Cris DADA