Togo/ Fête du 1er Mai : la CCST tient à son cahier...

Togo/ Fête du 1er Mai : la CCST tient à son cahier de doléances !

SHARE
Fête du 1er Mai : la CCST toujours en revendication
Fête du 1er Mai : la CCST toujours en revendication
image_pdfimage_print

Le 1er mai de chaque année est célébrée de par le monde, la fête des travailleurs, une journée essentiellement marquée  par des défilés de différents syndicats ou associations de travailleurs qui se soldent souvent par des formulations de doléances aux autorités.

A Lomé, la commémoration de cette fête a été marquée par diverses manifestations dont un défilé de la Coordination des Centrales Syndicales du Togo (CCST). Parti du quartier Tokoin Ramco, le défilé a eu pour point de chute, l’esplanade du Palais des Congrès de Lomé en présence du Premier ministre Komi Sélom Klassou.

Pour le compte de cette année 2017, il n’y a pas eu la présentation d’un nouveau cahier de doléances. Les travailleurs ont demandé au gouvernement de pencher sur les revendications existantes, notamment celles formulées en 2016.  La CCST a appelé le gouvernement et les travailleurs à prendre des dispositions afin de favoriser les négociations franches et sincères pour la résolution définitive des différents problèmes qui se posent au monde du travail.

En effet, la Coordination des centrales syndicales du Togo estime que plusieurs revendications existantes n’ont pas encore trouvé de solutions. Le porte-parole de la coordination souligne qu’un retour au cahier de doléances de 2016 et à la plate-forme revendicative de la CCST permet de constater que les revendications exprimées sont toujours d’actualité et sont restées dans leur grande majorité sans suite.

Ephrem Mokli TSIKPLONOU fait savoir qu’à l’analyse, si dans le secteur privé, la CCST est rentrée en discussions sur la plate-forme à travers des rencontres de prise de contact avec les directions nationales des enseignements catholique et protestant, et l’Association des sociétés de la zone franche (ASOZOF), tel n’est pas encore le cas avec le Conseil National du Patronat (CNP). « Du côté de l’Etat, ce n’est que tout dernièrement que l’ouverture des négociations sur les revendications des centrales a fait l’objet de discussions sérieuses entre les centrales syndicales et le ministre de la fonction publique en vue de définir les modalités de l’agenda », a-t-il ajouté.

L’application de la nouvelle grille indiciaire avec l’avancement au deuxième échelon pour les agents de l’Etat bloqués jusqu’en 2014 en classe exceptionnelle, la signature de la convention sectorielle du commerce en ce qui concerne le secteur privé, le maintien du prix du gaz domestique (à défaut de le réduire) sont cependant, quelques avancées enregistrées par la CCST entre Mai 2016 et Mai 2017.

Au demeurant, la grande attente des travailleurs togolais demeure donc la satisfaction dans les meilleurs délais de leurs revendications qui concernent entre autres : la révision de la convention sectorielle de la Zone franche pour plus de protection des travailleurs souvent victimes d’abus, la revalorisation de la valeur indiciaire, la revalorisation des pensions de retraite dans le public comme dans le privé,  le respect de la législation du travail par l’application des dispositions de la convention collective interprofessionnelle, l’adoption des conventions sectorielles dans le secteur privé.

Le gouvernement reconnait que beaucoup d’efforts restent à faire afin d’améliorer de manière encore plus substantielle, les conditions de vie, l’environnement et le cadre de travail des agents. « Que ce soit des conditions individuelles de traitement, d’émoluments ou qu’il s’agisse des conditions collectives, il y a encore beaucoup d’efforts à faire », a indiqué le ministre Gilbert Bawara en charge de la fonction publique, du travail et de la réforme administrative à l’occasion de cette célébration.

Afin de trouver des solutions durables aux problèmes sociaux, le gouvernement promet de continuer le travail sur les différentes revendications. La voie du dialogue sera fortement exploitée selon le Premier ministre Komi Sélom Klassou.

Cris DADA