Togo/ Le front social toujours en ébullition, la STT et le SYNPHOT...

Togo/ Le front social toujours en ébullition, la STT et le SYNPHOT annoncent de nouvelles grèves

SHARE
Manifestation ce mardi au Cabinet du Ministre de la Santé
Manifestation ce mardi au Cabinet du Ministre de la Santé
image_pdfimage_print

Le Togo encore dans une nouvelle semaine mouvementée. De nouvelles grèves sont en effet annoncées par la Synergie des Travailleurs du Togo (STT) et le Syndicat des Praticiens Hospitaliers du Togo (SYNPHOT).

Déjà ce mardi dans la matinée, ce sont les agents de santé membres du Synphot qui ont effectué une descente inopinée au Cabinet du ministère de la santé pour manifester leur mécontentement et exiger la démission du patron des lieux, le ministre Moustafa Mijiyama.

Depuis un temps, les agents de santé exigent de franches discussions autour de leur plateforme revendicative qui portent essentiellement sur de meilleures conditions de travail avec une amélioration du plateau technique, et de nouveaux recrutements.

Ils estiment par ailleurs que l’autorité publique ne fait pas assez pour faire bouger les lignes. Une délégation du Synphot a été dans la foulée reçue dans la matinée par le ministre de la santé et selon les dernières informations, il est annoncé la mise en place d’un groupe de travail formel à l’image de celui du secteur de l’éducation. Un arrêté du Premier ministre serait attendu d’ici demain mercredi.

Ce groupe de travail qui sera composé de tous les acteurs du domaine de la santé, aura pour mission de discuter des points inscrits sur la plateforme revendicative du syndicat de même que sur les défis et les perspectives du secteur. Un rapport sera élaboré pour être remis au Premier ministre le 20 avril prochain au plus tard, pour une décision.

Il faut souligner que cette proposition n’a pas été du goût de la base du Synphot qui, en assemblée générale, a décidé d’une nouvelle grève (avec service minimum) cette semaine dans les formations sanitaires publiques du pays. Une grève qui vient s’ajouter à celle de 72 heures lancée par la STT pour compter de ce mercredi 04 avril 2018.

La Synergie pour sa part exige « la libération de ses membres enseignants toujours emprisonnés à Kara, le doublement de la valeur indiciaire, l’instauration de l’indemnité de départ à la retraite et l’arrêt des tracasseries au niveau des premiers responsables des greffiers pour avoir mené des grèves ».

« Cette nouvelle grève vise également à réclamer de meilleures conditions de travail dans le secteur de la santé et à soutenir les agents du ministère de la fonction publique qui depuis des mois font des grèves pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail », a indiqué la Coordinatrice de la STT, Mme Nadou Lawson.

Cris DADA