Le Togo gagne le pari de l’élimination des substances les plus nocives...

Le Togo gagne le pari de l’élimination des substances les plus nocives à la Couche d’Ozone

SHARE
André Johnson, ministre de l’environnement et des ressources forestières
André Johnson, ministre de l’environnement et des ressources forestières
image_pdfimage_print

Depuis le 25 février 1991, le Togo a signé et ratifié la Convention de Vienne pour la protection de la couche d’ozone et son Protocole de Montréal relatif aux Substances qui Appauvrissent la couche d’Ozone (SAO). Dès lors, des efforts ont été faits et à ce jour, le pays a gagné le pari d’éliminer les substances les plus nocives à la Couche d’Ozone à savoir les Chlorofluorocarbones (CFC) au moment où les pays développés ont arrêté la production.

A l’occasion de la célébration ce 16 septembre de la journée internationale de la protection de la couche d’ozone pour le compte de cette année, le ministre André Johnson de l’environnement a expliqué que dans ses efforts pour répondre aux obligations envers le Protocole de Montréal, le Togo a en effet mis en place dès 2002, un plan de gestion de fluides frigorigènes.

Ce plan est décliné en des composantes qui prennent en compte la sensibilisation du public, la formation des techniciens du froid, la surveillance des importations des SAO et le suivi de la consommation qui vise la réduction progressive de l’utilisation et l’élimination complète de ces substances nocives pour la couche d’ozone.

Par ailleurs, des équipements et kits d’appareils de mesures ont été mis à la disposition des centres de formation technique en vue de permettre le renforcement des capacités des techniciens de froid et d’assurer l’appropriation des bonnes pratiques. « Dans le même cadre, les représentations régionales de l’association des frigoristes du Togo ont également bénéficié des équipements au profit de leur corporation locale respective », a ajouté le ministre André Johnson.

Il est démontré que les Chlorofluorocarbones (CFC) ou fréon, les Halons et le bromure de méthyle sont des gammes de produits chimiques stables qui ont certes prouvé leur efficacité dans la réfrigération, l’extinction des incendies, l’élimination des pestes en agriculture et autres mais ils se sont finalement avérés très nuisibles pour l’environnement notamment la destruction de la couche d’ozone.

Au Togo, cette célébration de la journée internationale de la protection de la couche d’ozone placée sous le thème « Prendre soin de toute forme de vie sous le soleil », a été l’occasion de porter un regard rétrospectif sur les activités initiées dans le cadre de la protection, de rappeler les résultats atteints et de saisir l’occasion pour renforcer la sensibilisation du public sur le rôle de la couche d’ozone et le cadre réglementaire de l’utilisation des gaz frigorifiques.

Toutes les composantes de la population notamment les jeunes, les femmes, les hommes et autres associations sont encouragés à collaborer avec le ministère de l’environnement et des ressources forestières pour une mise en œuvre efficiente du Protocole de Montréal.

La couche d’ozone est située entre 12 et 50 km d’altitude dans la stratosphère. L’ozone stratosphérique forme une couche extrêmement fragile, qui absorbe les rayonnements solaires les plus dangereux et qui ont des effets néfastes sur la santé et l’environnement. Les fortes chaleurs, les pluies tardives, les inondations, la sécheresse, l’érosion côtière sont quelques conséquences liées à la destruction de la Couche d’Ozone et du réchauffement du climat.

David S.