Togo/ Gilchrist Olympio annonce sa retraite politique et fait des propositions à...

Togo/ Gilchrist Olympio annonce sa retraite politique et fait des propositions à Faure Gnassingbé

SHARE
Gilchrist Olympio
Gilchrist Olympio
image_pdfimage_print

Face à la presse ce mardi à Lomé, l’ancien opposant Gilchrist Olympio a annoncé son intention de se retirer de la scène politique togolaise. Chose qui sera faite dans les prochaines heures. Cette annonce est accompagnée d’une proposition faite par le leader de l’Union des Forces du Changement (UFC) à l’endroit du Chef de l’État Faure Gnassingbé à qui il demande de ne plus se représenter au scrutin présidentiel de 2020.

Fatigué par le poids de l’âge (plus de 80 ans), le fils du premier Président de la République togolaise, Sylvanus Olympio a donc jugé bon de laisser sa place à la jeunesse montante qui aura la lourde responsabilité de continuer la lutte notamment en faveur de l’alternance politique au Togo.

Depuis le 26 mai 2010, date de la signature de son accord de gouvernement avec le parti RPT devenu UNIR (Union pour la République) au pouvoir, Gilchrist Olympio n’a cessé de prôner la non violence et une alternance pacifique dans le dialogue et l’entente entre les acteurs politiques.

Vu le contexte sociopolitique actuel du pays, le Président national de l’UFC a proposé des pistes pour une solution politique durable à la crise que traverse actuellement le pays. Au rang de ces propositions, le retour aux fondamentaux de la constitution de 1992 et la non participation de son allié, l’actuel président Faure Gnassingbé à la prochaine élection présidentielle prévue pour 2020.

Selon lui, le retrait de Faure Gnassingbé en 2020 laissera un champ libre pour « une consultation démocratique libre ». « Il en ressortira grandi évitant ainsi de vivre le sort personnel et collectif dont plusieurs pays africains ont déjà vécu l’exemple tragique », a fait savoir l’opposant « historique » Gilchrist Olympio qui compte néanmoins rester dans l’ombre pour apporter son soutien pour le renforcement de la démocratie et de l’Etat de droit au Togo.

Cris DADA