Togo/ Le Gouvernement décide de retirer les forces de défenses installées à...

Togo/ Le Gouvernement décide de retirer les forces de défenses installées à Sokodé

SHARE
Faure Gnassingbé lors de son passage à Sokodé le 25 novembre dernier
Faure Gnassingbé lors de son passage à Sokodé le 25 novembre dernier
image_pdfimage_print

Par le biais d’un communiqué publié ce lundi 27 novembre, le Gouvernement décide du retrait des forces de défense installées à Sokodé (336 Km au nord de Lomé) et de la mise en place d’un plan sentinelle à l’image de celui de Lomé afin de renforcer la surveillance des lieux publics et sécuriser les marchés.

Selon le Gouvernement, il s’agit de nouvelles mesures d’apaisement qui viennent compléter celles déjà prises le 06 novembre 2017 notamment la remise en liberté de quarante deux (42) personnes interpellées, jugées et condamnées par diverses juridictions dans le cadre des manifestations violentes qui se sont déroulées depuis le 19 août 2017 au Togo.

Ces nouvelles mesures font suite à l’entretien qu’avait eu le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé avec les différentes couches sociales de la population lors de son passage le samedi 25 novembre dernier dans cette localité, deuxième ville du pays.

Les entretiens avaient en effet porté sur les dispositions à prendre pour une meilleure normalisation des activités dans la ville de Sokodé, le chef-lieu de la région centrale qui avait été le théâtre de violences sociopolitiques il y a quelques semaines avec des pertes en vies humaines de civils et de militaires, des blessés et d’importants dégâts matériels. Le Gouvernement avait alors décidé du renforcement du dispositif sécuritaire dans la ville  avec les forces de défense.

Il faut souligner que le retrait de ces forces fait partie des exigences de la coalition des 14 partis de l’opposition avant la participation au prochain dialogue de sortie de crise annoncé par le Gouvernement.

Pour rappel, le Togo est plongé dans une crise sociopolitique depuis le 19 août dernier avec des manifestations de cette coalition de l’opposition qui réclame de profondes réformes politiques parmi lesquelles, le retour à la Constitution originelle de 1992, la révision du  cadre électoral, le vote des togolais de l’étranger.

De nouvelles manifestations sont encore annoncées cette semaine à compter de ce mercredi 29 novembre à Lomé et dans plusieurs autres localités du pays.

David